La 11ème Escadre de Chasse

(texte extrait du livre "L'Arméee de l'air, des avions et des hommes", Lcl Henri Guyot, éditions ADDIM, septembre 1992 actualisé).

La 11e escadre de chasse est créée à Reims le 1er août 1952, à partir d'unités diverses regroupées à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, auxquelles se sont rajoutés quelques éléments épars de retour d'indochine. Elle comprend deux escadrons, le 1/11 "Roussillon" et le 2/11 "Vosges".

Equipée de F 84 G Thunderjet, l'escadre exécute alors la mission traditionnelle des unités de l'aviation de chasse : défense aérienne et appui tactique de surface. Fin novembre 1952, l'escadre quitte Reims pour rejoindre sa nouvelle affectation située en Allemagne fédérale, sur la base de Lahr. Affectation de courte durée car, dès juin 1953, elle reprend le chemin de la métropole et s'installe sur sa nouvelle base Luxeuil.

S'enrichissant d'un troisième escadron, le 3/11 "Jura", l'escadre, équipée de 75 F 84 G Thunderjet, voit enfin ses voeux exaucés et sa position renforcée. Le 16 mai 1956, après 64000 heures de bons et loyaux services, les F 84 G laissent la place aux F 84 F Thunderstreak. Parallèlement, les pilotes de la "11", comme leurs camarades des autres escadres, entament à partir du 15 mai 1956 une noria algérienne dans le cadre du parrainage des unités de chasse engagées en Algérie et créent les EALA 3/71 et 21/72 à Djelfa et 16/72 à Biskra, équipées de Sipa puis de T 6, et s'y illustrent jusqu'en 1962.

Le 12 novembre 1957, l'escadron 3/11 "Jura" est dissous. L'escadre ne possède plus que soixante avions F 84 F qui seront bientôt remplacés par des F 100 Super Sabre. Du 1er juin 1961 au 13 septembre 1967, l'escadre stationne sur la base aérienne de Bremgarten, base de l'OTAN située en Allemagne fédérale, et devient nucléaire. Le 1er avril 1966, l'escadron 3/11 est recréé et reprend les traditions du "Corse".

Le 13 septembre 1967, retour en France et installation sur la base aérienne de Toul Rosières, fraîchement évacuée par les forces américaines. En décembre 1972, la 11e escadre de chasse se renforce de nouveau avec le rattachement de l'escadron 4/11 "Jura" stationné à Djibouti. Elle s'articule autour de quatre escadrons de combat et d'une unité de maintenance.

Le 7 février 1975, le premier Jaguar (E 29) se pose sur la piste de Toul. L'escadron de chasse 3/11 "Corse" débute alors sa transformation sur Jaguar, non sans un certain regret pour le vieil F 100 à bord duquel il aura effectué quelque 37 000 heures de vol. Le 10 octobre 1975, l'escadron de chasse 1/11 "Roussillon" change à son tour de monture, après 81 000 heures sur le type. Tous les F 100 sont désormais regroupés au sein de l'escadron 2/11 "Vosges" avant d'être progressivement reversés (les avions du plan PAM), pour une part, aux Américains sur la base britannique de Sculthorpe et, pour une autre part, envoyés à Djibouti. Le 23 juin 1977, le dernier F 100 de la base de Toul rejoint le musée de l'Air.

La montée en puissance de l'escadre se poursuit rapidement et, le 22 décembre 1977, l'EC 1/11 "Roussillon" reçoit le Jaguar A 60, centième Jaguar sorti des chaînes de l'usine Marcel Dassault à Toulouse. L'aventure africaine de la "11" peut désormais reprendre; elle l'emportera au-dessus de la plupart des pays de l'Afrique francophone et du Liban. En 1977, 1978, 1979, la 11e escadre, en appui des forces d'action extérieures et dans le cadre des accords de défense ou de coopération passés entre le gouvernement français et ses homologues africains, intervient à plusieurs occasions au-dessus des territoires de Mauritanie (Lamantin) et du Tchad (Tacaud). Elle contribue à donner à l'aviation de combat, par sa capacité de projection de puissance et sa rapidité d'intervention, une dimension nouvelle.

Les opérations succèdent aux opérations, et la 11e escadre ne quitte plus le territoire africain où elle contribue efficacement au maintien de la paix. 1983 (Manta) voit un renforcement de sa présence, notamment en République centrafricaine et au Tchad. 1985 (Chevesne), la 11e escadre prend la relève temporaire de la force Olifant qui croise au large du Liban. Une patrouille simple effectue un vol de reconnaissance France - Liban - France en sept heures de vol.

1986-1987 (Epervier). L'Armée de l'air française, et plus particulièrement le CAFDA, assure l'essentiel du dispositif dissuasif au Tchad. La 11e escadre n'est cependant pas loin et inscrit à nouveau brillamment sa marque le 16février 1986 en intervenant massivement au nord du 16e parallèle sur la plate-forme de Ouadi-Doum, au cours d'un raid de six heures. Entre-temps, abandonnant la corne de l'Afrique, l'escadron de chasse 4/11 "Jura" a rejoint sa nouvelle affectation en terre girondine le 1er février 1979 et prend possession de ses nouveaux appareils. Forte de ses quatre escadrons et riche de son expérience, la 11e escadre de chasse intensifie son action sur tous les théâtres d'opérations où elle est envoyée. Elle participe massivement, sous la direction du centre d'opérations de la Force aérienne tactique, aux différents exercices majeurs nationaux ou interalliés, contribuant ainsi au renom de la FATac-1er RA et à celui de l'Armée de l'air. Elle a notamment l'occasion de faire apprécier son savoir-faire à l'occasion de nombreux exercices tactiques interalliés "Red Flag" se déroulant au Nevada.

Parallèlement, elle poursuit et développe les liens privilégiés qui l'unissent, depuis de nombreuses années, à la ire division blindée. Chaque escadron est en effet jumelé avec un régiment de la division, et l'escadre participe à de nombreux exercices élaborés en commun. De son côté, l'escadron 4/11"Jura", de par sa position géographique excentrée et la spécificité de sa mission, développe également des rapports privilégiés avec la 11e division parachutiste, unité constituante de la FAR. En 1986, à Lechfeld (RFA) d'abord, puis à Toul, sont définitivement officialisées les relations d'amitié et de coopération qui unissent la 11e EC et le 31' Jagdbomb Geschwader de Norvenich, équipé de Tornado.

En 1988, l'escadre fête symboliquement son onzième anniversaire d'opérations en Afrique, mais, malgré la démonstration brillante de son efficacité, la plus belle page de son histoire n'est pas encore inscrite. Ce sont en effet les pilotes et les Jaguar de la 11e escadre qui s'illustreront avec brio, du 17 janvier au 26février 1991, lors de l'opération "Desert Storm" de la guerre du Golfe. Durant quarante-trois jours, les raids journaliers aux couleurs de la "11" sur le Koweït et l'Irak (avec tirs de bombes de 250 kilos et de missiles A 530 laser) se succéderont avec succès et sans perte d'appareil en territoire ennemi. Suite aux restructurations en cours, la 11e escadre de chasse enregistre la dissolution de l'EC 4/11 "Jura" le 30 juin 1992. Elle maintient néanmoins le cap et poursuit sa route, confiante dans l'avenir, prête à intervenir à tout moment et fière de sa devise, "Res non verba" : les actes plutôt que les paroles.

Liste des commandants la 11e EC

(actualisation après septembre 1992)
23 juin 1995 : Dissolution de de la 11 ème escadre de chasse.


EC 1/11 Roussillon

L'escadron de chasse 1/11 "Roussillon" est l'héritier des traditions du GC III/6 créé le 1er mai 1939 sur MS 406, dissous GC III/6 "Roussillon" sur P 47 D Thunderbolt le 1er avril 1946 et qui fut recréé GM III/6, le 2 mai 1950, pour combattre en Indochine jusqu'en février 1952 Créé en août 1952, l'EC 1/11 "Roussillon" forme le noyau de la 11e escadre de chasse, affectée au 1er Commandement aérien tactique (1er CATac).

Le commandement en est confié au capitaine Collin, avec le capitaine Passemard comme second. Du 5 décembre 1952 au 10 juin 1953, l'escadron 1/11 "Roussillon" stationne sur la base de Lahr pour finalement rejoindre Luxeuil-les-Bains, où il reste huit ans. A partir de cette base, et sous le commandement du 1er CATac, il participe brillamment à tous les exercices alliés au-dessus du ciel allemand, contribuant ainsi à promouvoir le renom des ailes françaises. Il est successivement équipé de F 84 G Thunderjet, de F 84 F Thunderstreak et de F 100 Super Sabre.

En 1961, l'escadron rejoint la base de Bremgarten, où il reste six ans, puis arrive en 1967 à Toul-Rosières. Equipé d'avions de chasse type Jaguar à partir de 1977, le "1/11" a pour mission l'appui aérien dans toute la profondeur du dispositif adverse. Il participe également, en renfort des escadrons 3/11 et 4/11, aux missions dévolues à la composante AIR des FAE et assure ainsi de nombreux détachements en Afrique. C'est au cours de l'un d'entre eux, en février 1986, que le "1/11", au cours d'un raid de 1800 nautiques, exécute avec brio une mission de rétorsion sur la plate-forme de Ouadi-Doum, au nord du Tchad.

Liste des commandants l'EC 1/11 Roussillon
Liste des commandants des escadrilles III/6(5) et (III/6 (6) (à venir)

(actualisation après septembre 1992)
24 juin 1994 : L'EC 1/11 Roussillon est dissous


EC 2/11 Vosges

L'escadron de chasse 2/11 est l'héritier des escadrilles SPA 91 et SPA 97.

La SPA 91, créée N 91 en avril 1917, fut dissoute le 8juillet 1919. Ses traditions ne sont reprises qu'à l'avènement du 2/11.

La SPA 97, pour sa part, créée fin mai 1917, constitue la 2e escadrille du 3e régiment d'aviation de chasse (3e RAC) de Châteauroux le 1er janvier 1920, et cette escadrille est dissoute le 31 août 1933. Recréée au sein du groupe aérien régional d'aviation légère de défense GARALD 574 à Tunis-Al Aouina, le 1er avril 1937 sur Dewoitine 371, escadrille régionale de chasse ERC 574, le 1er décembre 1938, elle constitue la 6e escadrille du GC III/5 sur MS 406 le 15 mai 1940 àBizerte-Sidi-Ahmed. Ce groupe est dissous le 1er août 1940.

Le 1er octobre 1952 à Reims, après les bouleversements de la Seconde Guerre mondiale et le retour d'Indochine, l'escadron 2/11 "Vosges" naît au sein de la 11e escadre. Equipé de F 84 G et placé sous le commandement du 1er CATac, il fait aussitôt mouvement sur la RFA et la base de Lahr. Court séjour en vérité car, dès juin 1953, c'est le retour en France et une nouvelle installation sur la base aérienne de Luxeuil.

En 1956, le "2/11" comprend près de cent soixante hommes, dont quarante pilotes, et participe au maintien de l'ordre en Algérie au sein de plusieurs escadrilles d'aviation légère et d'appui (les EALA 16/72 et 3/71), équipées de T 6. Dans un même temps, les F 84 G sont progressivement remplacés, tout d'abord par des F 84 F puis, à partir de 1958, par des F 100 Super Sabre.

En 1963, le 2/11 "Vosges", dans le cadre de l'organisation militaire intégrée de l'OTAN, devient "Strike" (pénétration nucléaire) et opère sur la base de Bremgarten. En 1967, retour en France sur la base aérienne de Toul Rosières, fraîchement évacuée par les forces américaines. Le 2/11 redevient "conventionnel". En 1970, l'escadron, sous les ordres du commandant Deveaud, remporte le "challenge Walker" face aux meilleures formations alliées.

En 1976, tout en poursuivant son activité sur F 100, l'escadron 2/11 "Vosges" reçoit ses premiers Jaguar et, le 1er juin 1977, il passe définitivement sur Jaguar. Le bilan de son activité aérienne s'établit alors ainsi 64000 heures de vol sur F 84 G, 21 000 sur F 84 F et 78000 sur F 100.

Depuis, l'escadron 2/11 poursuit son activité sur Jaguar dans le cadre d'une mission principale nouvelle et fondamentale : la guerre électronique offensive. Seule unité de l'aviation de combat à posséder cette mission, son activité s'étend à tous les théâtres d'opérations et notamment au théâtre africain.


Liste des commandants l'EC 2/11 Vosges
Liste des commandants des escadrilles SPA 91 et SPA 97 (à venir)

(actualisation après septembre 1992)
24 juin 1994 : Création d'une 3ème escadrille qui reprend les traditions de l'escadrille III/6(6) Masque de Comédie (issue de l'EC 1/11 Roussillon)
31 juillet 1996 : Dissolution de l'EC 2/11 Vosges
05 décembre 1996 : Les traditions de la SPA 91 sont reprises par la 3ème escadrille de l'EC 1/7 Provence.

25 juin 2012 : Les traditions de la SPA 91 sont reprises par la 3ème escadrille de l'EC 2/30 Normandie-Niémen


EC 3/11 Corse

Le 1er juin 1953, un troisième escadron est créé. Il prend alors le nom et les traditions du "Jura", et ce jusqu'à sa dissolution le 12 novembre 1957, avant d'être réactivé sous le nom de 3/11 "Corse", le 1er avril 1966. Dix-sept F 100 portent alors les insignes des SPA 69 "Chat" et SPA 88 "Serpent" et opèrent à partir de la plate-forme de Toul Rosières dès le 26 octobre 1967, après un intermède de quelques mois sur le terrain de Colmar.

Ces appareils pouvant être ravitaillés en vol, le "Corse" participe aussitôt aux opérations de présence et d'intervention française outre-mer à Dakar, Libreville, Djibouti, Tananarive, Lomé, Niamey et dans bien d'autres capitales du continent africain. Ce sera le 1er escadron de la 11e escadre àêtre transformé sur Jaguar.

Les traditions de la SPA 69 et celles de la SPA 88, créées respectivement en septembre 1915 et en mai 1917, sont reprises le 1er janvier 1920 par la 4e et la 5e escadrille du 3e RAC de Châteauroux. En septembre 1933, elles constituent le GC I/3 jusqu'à sa dissolution le 30novembre 1941 à Oran.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la SPA 69 et la SPA 88 renaissent GC I/3 "Corse" du 1er janvier 1943 au 1er juillet 1947, GC I/6 "Corse" jusqu'en avril 1952, EC 1/1 "Corse" avant d'arriver à la 11e EC.

Liste des commandants l'EC 3/11 Corse
Liste des commandants des escadrilles SPA 69 et SPA 88 (à venir)

(actualisation après septembre 1992)
24 juin 1994 : 3ème escadrille Traditions III/6(5) Masque de Tragédie
25 juin 1997 : Dissolution de l'EC 3/11 Corse
3 novembre 2008 : Création de l'EC 3/11 Corse à Djibouti en remplacement de l’EC 4/33 Vexin (à noter le choix symbolique de la date du 3/11 pour ce transfert de traditions).


EC 4/11 Jura

L'escadron de chasse 4/11 "Jura", implanté à Bordeaux Mérignac, a été officiellement dissous le 3 juillet 1992. Cet escadron perpétuait les traditions des escadrilles N 158 "Serpentaire" et SPA 161 "Sphinx" de la Grande Guerre. La N 158 est formée le 1er janvier 1918 sur le terrain de Bonneuil (Oise). MS 158 le 4 mars 1918 et SPA 158 le 19 mai 1918, cette escadrille est dissoute le 19 mars 1919. La N 161 est elle aussi créée en janvier 1918 sur le terrain de Lhéry (Marne). MS 161 à partir du 21 février, elle deviendra SPA 161 le 19 mai 1918, pour être dissoute en 1919.

Mis sur pied le 1er juin 1953, l'escadron de chasse 3/11 "Jura", équipé de F 84 G Thunderjet puis de F 84 F Thunderstreak, reprend les traditions des SPA 158 "Serpentaire" et 161 "Sphinx" jusqu'à sa dissolution le 12 novembre 1957.

Le "Jura" renaît ensuite avec l'EC 4/11, en décembre 1972, constitué seulement d'une seule escadrille, la SPA 158 "Serpentaire". Placé pour emploi sous commandement opérationnel du Comfor pour le territoire des Afars et des Issas, l'escadron stationne à Djibouti et met en oeuvre huit avions F 100 Super Sabre et huit pilotes. En avril 1974, le nombre de ses avions est porté à douze par prélèvement sur les existants de la 11e escadre de chasse. Au mois de juillet 1975, le cap des 5 000 heures de vol est franchi. Suite à l'accroissement des effectifs, la SPA 161 "Sphinx" est officiellement recréée le 1er novembre 1975, et le "Jura" retrouve ainsi ses deux escadrilles de tradition.

Reprenant l'idée du commandant Salmon, le lieutenant Croci dessine une gueule de requin sur un F 100 (n° 156 YC) pour marquer l'événement des 10000 heures de vol : c'est l'apparition des "Requins de la mer Rouge". Suite à l'indépendance du territoire, le 31 décembre 1978, l'escadron de chasse 4/11 "Jura" quitte définitivement la République de Djibouti pour s'installer le lendemain sur la BA 106 de Bordeaux Mérignac. Dès lors, seul escadron de chasse stationné dans le sud-ouest de la France, il participe, sur Jaguar A, à toutes les activités de la FATac et se voit confier un nombre impressionnant de missions sur le territoire national et à l'étranger.

Force d'action extérieure, le 4/11 "Jura" effectue, en effet, de nombreuses missions en Afrique. C'est au cours de l'une de celles-ci, au Tchad (opération Manta), que l'escadron perdra l'un de ses meilleurs pilotes, le capitaine Croci, "Chef Ops" du 4/11, abattu par un tir d'armes lourdes le 25 janvier 1984. Sa vocation extérieure, le 4/11 "Jura" l'assume une dernière fois durant la guerre du Golfe, dans le cadre de l'opération Daguet. Stationnés sur la piste d'Al Ahsa, au coeur de l'Arabie Séoudite, ses Jaguar effectuent avec brio de nombreux raids offensifs sur le Koweït et l'Irak, et ses pilotes parachèvent ainsi l'histoire glorieuse de leur escadron.

Liste des commandants l'EC 3/11 Jura 4/11 Jura
Liste des commandants des escadrilles SPA 158 et SPA 161 (à venir)

(actualisation après septembre 1992)
13 septembre 2012 : Les traditions de l'EC 4/11 Jura et celles de la SPA 161 sont reprises par l'ex 6e ECS de l'Ecole de l'Aviation de Chasse 314 de Tours qui s'appelle dès lors STANEVAL 4/11 Jura
(ECS = Escadron de Contrôle et de Standardisation)

Implantations successives de la 11ème escadre de chasse

Reims

d'août 1952 à novembre 1952

Lahr (RFA)

de novembre 1952 à juin 1953

Luxeuil

de juin 1953 à juin 1961

Bremgarten (RFA)

de juin 1961 à septembre 1967

Toul Rosières

de septembre 1967 au 25 juin 1997


Avions successivement utilisés à la 11ème escadre de chasse

F 84G Thunderjet

de 1953 à 1955

F 84F Thunderstreak

de 1956 à 1957

Sipa

du 15 mai 1956 à 1957

North American T6 G

de 1957 à 1961 (dans les EALA 3/71 21/71 à Djelfa et 16/72 à Biskra)

F 100 Super Sabre

de 1957 à 1976

Jaguar A et E

de 1976 à 1997


Appellations successives des escadrons de la 11ème escadre de chasse

EC 1/11 Roussillon

 

EC 1/11 Roussillon

d'août 1952 au 24 juin 1994

EC 2/11 Vosges

 

EC 2/11 Vosges

d'octobre 1952 au 31 juillet 1996

EC 3/11 Corse

 

EC 3/11 Corse

du 1er avril 1966 au 25 juin 1997

EC 4/11 Jura

 

EC 3/11 Jura

de juin 1953 à novembre 1957

EC 4/11 Jura

de décembre 1972 au 30 juin 1992