La 65ème Escadre de Transport de Villacoublay

 (texte extrait du livre "L'Arméee de l'air, des avions et des hommes", Lcl Henri Guyot, éditions ADDIM, septembre 1992 actualisé).

Les origines du groupe aérien de liaison et d'entraînement (GAEL) remontent à la création d'un service d'entraînement aérien (SEA) rattaché au 34e régiment d'observation en juillet 1920, qui devient vite la division d'entraînement aérien (DEA) de Villacoublay en 1921. En août 1924, la division est transférée à Orly, mais elle se ramifie en diverses sections implantées autour de Paris. Que ce soit au départ d'Orly, d'Etampes, du Bourget ou de Villacoublay, la période 1925-1930 symbolise la grande époque des raids.

En décembre 1936, ces unités sont regroupées au sein de l'escadron aérien de Villacoublay. Celui-ci est équipé de Simoun, de Morane 230 et de Goéland et s'articule en quatre sections. Au cours de l'année 1937, les deux premières sections font sécession en raison de leur mission et l'escadron aérien ne conserve que les 3e et 4e qui se spécialisent en service de liaison aérienne (SLA). A la déclaration de la guerre, le SLA est dissous et ses équipages vont combattre dans les autres unités.

Dès la libération de Paris, le 26 août 1944, une section ministérielle de transport et de liaison (SMTL) est reformée au Bourget. Le 27 septembre 1944 se crée la section d'entraînement aérien et de liaison (SEAL) qui s'établit à Issy-les-Moulineaux, puis au Bourget. Cette section met en oeuvre des Morane 500, des Nord 1000, des Pingouin, des Caudron 445, des Cessna 78, des JU 52, des Siebel, des P47 et des FW 190. La SEAL est dissoute le 30 juin 1945 pour renaître le 1er juillet sous l'appellation groupe aérien d'entraînement et de liaison (GAEL 87). De façon tout à fait analogue, la section ministérielle de transport et de liaison se métamorphose en groupe de liaisons aériennes ministérielles (GLAM 86).

Au printemps 1946, ces deux unités, le GLAM 86 et le GAEL 87, se regroupent en 60e escadre de liaisons aériennes, qui sera créée organiquement le 9 octobre. Le GAEL s'intitule alors GLA 2/60, mais conserve son ancien sigle. Sa flotte de Morane 500, de Goéland et de Nord 1000 s'installe à Villacoublay.

Entre le 1er mars 1947 et le 15 mai 1948, la 60e escadre devient 40e escadre. Le GLA 2/60 prend en conséquence le numéro 2/40. Au cours de l'été, le groupe reçoit des Yak du glorieux Normandie-Niémen, quelques P 47, des Siebel et des NC 701 Martinet.

Le 15 mai 1948, le GAEL prend l'appellation de groupe de transport de liaison aérienne GTLA 2/60 et intègre avec la nouvelle escadre le groupement des moyens militaires de transport aérien (GMMTA). Cette même année, le groupe reçoit son premier LeO 451.

En 1952, les Goéland sont remplacés par les MD 312 Flamant et, en 1954, les LeO 45 disparaissent. Le 1er juillet 1959, le GAEL reçoit ses premiers avions à réaction, des MS 760 Paris.

En 1960, le groupe se rééquipe en Beechcraft et perçoit des Broussard ainsi que des C 47 Dakota pour les missions de transport. Les premiers N 262 apparaissent en 1968, et il faut attendre 1971 pour assister à l'arrivée des deux premiers Mystère XX.

Le 6 juillet 1972, le GTLA 2/60 cesse d'exister au profit de la 65e escadre de transport, et c'est le 1er janvier 1974 que cette jeune unité baptise ses deux escadrons, l'ET 1/65 Vendôme et l'ETE 2/65 Rambouillet. En 1984, l'escadron de calibration EC 57 Commercy vient renforcer les effectifs de l'escadre. Il prend l'appellation EC 3/65.

Le 1er octobre 1986, le DHC 6 Twin Otter s'inscrit dans la dotation de la flotte de la 65e escadre. Le 1er juillet 1987, l'EC 3/65 Commercy étend son domaine de missions, devient escadron de transport et de calibration (ECT) et réunit dès lors tous les Mystère XX de l'escadre sous sa bannière. Le MH 1521 Broussard termine sa carrière le 1er décembre 1987 au Rambouillet. Le Nord 262 symbolise ainsi l'identité du Vendôme, et le MS 760 Paris, celle du Rambouillet.

Le 1er mai 1991, associant son potentiel avec celui du 2/65, I'ECT 3/65 Commercy est dissous pour donner naissance à l'escadron de transport, d'entraînement et de calibration ETEC 2/65 Rambouillet. Le 27 mai 1992, enfin, les deux premiers TBM 700 arrivent dans cet escadron pour remplacer les Paris qui sont rayés de la flotte le 1er juillet 1992.

A ce jour, la 65e escadre de transport conserve l'appellation de GAEL. Ce sigle est devenu en quelque sorte son nom de tradition. Pour preuve, il figure sur son insigne et sur celui de ses deux escadrons.

Insigne de l'EC 3/65 Commercy puis ETC 3/65 (à l'origine EC 57) :

(actualisation après septembre 1992)
1er juillet 1993 : La 65ème escadre de transport GAEL devient escadron (GAEL), ses escadrons ET 1/65 Vendôme et 2/65 Rambouillet devenant eux-mêmes des escadrilles.
1er juillet 1994 : retrait des Twin Otter (affectés à l'ETL 1/62 de Creil)
1er mai 1995 : Création de l'ETEC 65 regroupant les escadrilles 1/65 "Vendôme" et 2/65 "Rambouillet". L'ETEC 65 est composé de trois cellules :
- Cellule hélices (Vendôme)
- Cellule Court Courrier et Calibration (Rambouillet)
- Cellule Long Courrier (Ex. GLAM)
8 février 2002: Livraison du premier Airbus A319CJ à l'ETEC.
1er juillet 2004: Retrait des Nord 262.
12 septembre 2012 : (date le la décision) : l'ETEC 65 devient ET 60 (pas d'appellation), reprend le drapeau de la 60e escadre de transport et l'insigne des LAM (insigne repris sans l'inscription "LAM")
- escadrille 1 (Airbus) : traditions ET 2/63 "Bigorre"
- escadrille 2 (Falcon) : traditions du GLAM
- escadrille 3 (TBM 700) : traditions du GAEL
- escadrille 4 (Super Puma) : traditions de l'ELA 52
- EIE (Falcon) : traditions de la BR 226
(voir CIET 340)


ET 1/65 Vendôme

L'escadron de transport 1/65 Vendôme est issu de la 1er escadrille puis du 1er escadron du GTLA 2/60, appellation antérieure du GAEL. L'existence de l'ET 1/65 sous cette dénomination prend effet à la création de la 65e escadre, le 6 juillet 1972. Alors équipé de six Nord 262 Frégate et de deux Mystère XX, le 22 novembre 1973, il a l'honneur de passer le cap des 400 000 heures de vol de l'escadre effectuées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Il est baptisé Vendôme le 31 janvier 1974. La ville du même nom est associée à cet événement.

En janvier 1984, les Mystère XX sont affectés au deuxième escadron Rambouillet en échange de MH 1521 Broussard. Puis, le 1er octobre 1986, le DHC6 Twin Otter vient compléter la flotte du Vendôme. Avec ce nouvel avion, l'escadron découvre de nouveaux horizons, en assurant, par exemple, le détachement au sein de la MFO au Sinaï. Après quelques décennies de bons et loyaux services, le Broussard termine sa carrière le 1er décembre 1987. Tout naturellement, il est remplacé dans sa mission à Berlin par le DHC 6, et un nouveau détachement est créé, assuré par le personnel de l'escadron, En juillet 1988, le 1/65 Vendôme ne conserve que les Nord 262 et voit partir avec regret les Twin Otter au 2/65 Rambouillet. Il perd simultanément le détachement à Berlin avec la création sur place d'une quatrième unité, appelée détachement permanent de transport 4/65. Ce détachement est aujourd'hui dissous. Les Twin Otter reviennent néanmoins au sein de l'unité à partir du 1er mai 1991 (date de la création de I'ETEC 2/65), ce qui confirme en quelque sorte la vocation hélice marquée de l'ET 1/65 Vendôme.

(actualisation après septembre 1992)
1er juillet 1993: l'ET 1/65 Vendôme devient une escadrille.
1er mai 1995 : l'escadrilles 1/65 Vendôme devient la cellule hélices de l'ETEC 65
1er juillet 2004: Retrait des Nord 262.


ETEC 2/65 Rambouillet

L'escadron de transport, d'entraînement et de calibration 2/65 Rambouillet est issu de la 2e escadrille, puis du 2e escadron du GTLA 2/60 GAEL. Son appellation 2/65 est acquise le 6 juillet 1972 à la création de la 65e escadre de transport. Il est équipé à l'origine de vingt et un MS 760 Paris et de dix MH 1521 Broussard.

Le 1er août 1973, il adopte son nom de tradition Rambouillet, La devise " Toujours debout " fait allusion à une grosse tour du XIVe siècle en ces lieux, où mourut, dit-on, François 1er Le 31 janvier 1974, le 2/65 Rambouillet reçoit son fanion et ses insignes en présence de nombreux représentants de la ville concernée.

Le 1er janvier 1984, l'escadron perd les Broussard pour s'équiper de Mystère XX, qu'il conservera jusqu'au 1er juillet 1987. A ce moment-là, il ne lui restera plus que les infatigables MS 760 Paris.

Le 1er juillet 1988, I'ETE 2/65 reçoit les DHC 6 Twin Otter, qu'il conserve jusqu'au 1er mai 1991. A cette date, regroupant le personnel et le parc aérien de I'ECT 3/65 Commercy, Il prend son appellation actuelle d'ETEC 2/65 Rambouillet.

Depuis le 27 mai 1992, avec la réception des deux premiers appareils, l'escadron s'équipe de TBM 700 en remplacement des MS 760 Paris. Ces derniers quittent définitivement la flotte de la 65e ET, le 1er juillet, pour être répartis dans différentes escadres de combat. Escadron jeune et dynamique, I'ETEC 2/65 se veut, comme le Vendôme, l'héritier direct et fidèle des traditions du GAEL tout en faisant sienne la devise de Rambouillet, " Toujours debout ".

(actualisation après septembre 1992)
1er juillet 1993: l'ETEC 2/65 Rambouillet devient une escadrille.
1er juillet 1994 : retrait des Twin Otter (affectés à l'ETL 1/62 de Creil)
1er mai 1995 : l'escadrille ETEC 2/65 Rambouillet devient la cellule Court Courrier et Calibration de l'ETEC 65

Implantations successives du GAEL

Le Bourget
du 1er juillet 1945 à début 1946
Villacoublay depuis début 1946

Nota : la section d'entraînement aérien et de liaison (SEAL), dont le GAEL est l'héritier, était implantée à lssy-les-Moulineaux de la libération de Paris au 30juin 1945.


Avions successivement utilisés au GAEL

Morane 500 du 1er juillet 1945 à 1949
Stinson Reliant du 1er juillet 1945 à ?
Goéland du 1er juillet 1945 à 1952
Nord 1000 Pingouin du 1er juillet 1945 à 1955
P 47 Thunderbolt de juillet 1947 à mars 1960
Siebel de juillet 1947 à 1949
NC 701 Martinet de juillet 1947 à 1956
Yak 11 de 1948 à février 1949
LeO 45 de 1948 à 1954
N 1100 Ramier de1949 à 1964
MD 312 Flamant de 1952 à 1960
MS 760 Paris du 1er juillet 1959 au 1er juillet 1992
Beechcraft D18 E de 1960 à 1968
MH 1521 Broussard de 1964 au 1er décembre 1987
CM 70 Fouga Magister de 1967 à 1969
N 262 Frégate de 1968 au 1er juillet 2004
Mystère XX depuis 1971
DHC 6 Twin Otter du 1er octobre 1986 au 1er juillet 1994
TBM 700 depuis le 27 mai 1992
Falcon 50 depuis le ?
Falcon 900 depuis le ?
AS532UL Super Puma depuis le ?
Airbus A 319 depuis le 8 février 2002

Appellations successives du GAEL et de ses escadrons

65e ET GAEL

 

GAEL 87 du 1er juillet 1945 au début 1946
GLA 2/60 GAEL de début 1946 au 1er mars 1947
GLA 2/40 GAEL du 1er mars 1947 au 15 mai 1948
GLA 2/60 GAEL du 15 mai 1948 au 6 juillet 1972
65e ET GAEL du le 6 juillet 1972 au 1er juillet 1993
ET 65 GAEL du 1er juillet 1993 au 1er mai 1995
ETEC 65 depuis le 1er mai 1995
ET 1/65 Vendôme  
ET 1/65 du 6 juillet 1972 au 31 janvier 1974
ET 1/65 Vendôme du 31 janvier 1974 au 1er juillet 1993
ET 1/65 Vendôme (escadrille) du 1er juillet 1993 au 1er mai 1995
Cellule Hélices depuis le 1er mai 1995
ETEC 2/65 Rambouillet  
ETE 2/65 du 6 juillet 1972 au 31 janvier 1974
ETE 2/65 Rambouillet du 31 janvier 1974 au 1er mai 1991
ETEC 2/65 Rambouillet du 1er mai 1991 au 1er juillet 1993
ETEC 2/65 Rambouillet (escadrille) du 1er juillet 1993 au 1er mai 1995
Cellule Court Courrier et Calibration depuis le 1er mai 1995

Groupes ou escadrons ayant appartenu au GAEL

EC 3/65 Commercy de 1984 à juillet 1987
ETC 3/65 Commercy de juillet 1987 au 1er mai 1991