La 54ème Escadre Electronique Tactique de Metz

 Article paru dans Air Actualités n°466 octobre 1993 (Lcl Henri Guyot) à actualiser.

La 54e EET, créée le 1er janvier 1988, trouve ses origines dans la compagnie de contre-mesures CCM 30/813, créée le 1er avril 1954 à Fribourg (RFA) au sein du 1er commandement aérien tactique (CATac). La CCM 30/813 devient escadron de guerre électronique EGE 30/813 le 1er février 1956, puis escadron électronique EE 50/540 le 1er novembre 1960.

Le 1er avril 1963, l'EE 50/540 (Fribourg) se scinde en trois : le groupe électronique GE 30/450, stationné àLahr Hugsweier, pour les contre-mesures ; l'escadron électronique EE 40/450, stationné à Hornisgrinde, pour les contre-mesures actives ; le centre d'exploitation du renseignement tactique CERT 50/450, stationné à Lahr Ville, pour l'exploitation des interceptions sol ou air.

Le GE 30/450 quitte Fribourg pour la base aérienne d'opérations 139 de Lahr (RFA) en juillet 1963. Il comprend alors cinq détachements (DT), tous en RFA : DT 1 de Fribourg, DT 2 de Berlin, DT 3 de Goslar (enclave militaire du Schalke), DT 4 de Furstenfeldbruck et DT 5 de Baden. Il rejoint ainsi l'escadrille de liaison aérienne ELA 55, chargée de la mise en oeuvre des Noratlas 2501 Gabriel, qui devient escadrille électronique 54 " Dunkerque " le 1er janvier 1964. (voir contribution 1)

Le 1er juillet 1966, le GE 30/450 est dissous. Le personnel de la portion centrale de Lahr rejoint la BA 128 de Metz Frescaty pour constituer le groupe électronique 35/351 ; l'EE 40/450 devient EE 40/351 ; le CERT 50/540 devient CERT 55/351. Ces nouvelles appellations marquent l'appartenance de ces unités à la Force aérienne tactique 1ère région aérienne (FATac/1ère RA) naissante. Le groupe s'accroît d'un sixième détachement, le DT 6 du Stoberhai (RFA), tandis que le DT 1 quitte Fribourg pour Strasbourg. En octobre 1968 est créé le DT 7 de Furth-ImWald (RFA).

Le 1er juin 1969, l'EE 40/351 devient EE 41/351 qui absorbe en octobre 1971 le DT 1 de Strasbourg.

A partir du 1er juin 1972, l'ensemble de ces moyens est regroupé sous la coupe du groupement électronique tactique GET 30/351 qui est constitué comme suit : à Metz, un organisme de commandement, le CERT 55/351, un escadron de maintenance spécialisée EMS 31/351, I'EE 54 " Dunkerque " sous contrôle opérationnel du commandant du GET, et en RFA l'EE 41/35 1 (Achern), six détachements électroniques (DE 32 de Berlin, DE 33 de Goslar, DE 34 de Furstenfeldbruck, DE 36 de Bad-Lauterberg, DE 37 de Furth-Im-Wald, DE 38 de Baden-Oos).

Le 1er octobre 1978 est créé le centre d'instruction de guerre électronique CIGE 56/351, dont le rôle est la formation des intercepteurs linguistes ou techniques. Mai 1979 voit la création des escadrons électroniques sol (EES) : les DE 32, 33, 36, 37 deviennent respectivement EES 32, 33, 36 et 37 tandis que l'EMS s'appelle désormais groupe de maintenance et de mise en oeuvre GMMO 31/351. Mais c'est la création du centre d'opérations du GET (COGET) qui marque le plus l'organisation opérationnelle du groupement, puisqu'elle aboutira le 1er juillet 1986 àla dissolution du CERT.

Fin 1987, l'escadrille devient escadron électronique 54 " Dunkerque " : selon les documents détenus à l'EEA, c'est le 7 novembre 1985 que l'EMAA a changé l'appellation d'escadrille en escadron. Ce changement fut initié en mars de la même année par le CDT Bottine, commandant de l'escadrille, en vertu de "l'organisation et des moyens d'un escadron définis dans le règlement de manoeuvre du Transport Aérien Militaire." (c'était du reste "la seule escadrille" du COTAM). (voir contribution 3)

Le 1er janvier 1988 est la dernière étape importante dans l'organisation de l'unité qui adopte la structure d'escadre. Ainsi naît la 54e escadre électronique tactique, qui reprend les traditions de la 54e escadre de bombardement, dont les origines remontent au 1er juillet 1932. L'EE 54 devient l'escadron électronique EE 1/54 et conserve l'appellation de tradition " Dunkerque ".; il regroupe trois escadrilles électroniques : l'EE 11/54, l'EE 21/54 et l'escadrille électronique de recueil et d'exploitation EERE 31/54. Signalons que ces trois escadrilles reprennent respectivement les insignes des 1ère, 4e et 3e escadrilles de la 54e escadre de bombardement.

Le CIGE est définitivement rattaché à l'escadre avec l'appellation mécanographique CIGE 10/54, le GMMO devient groupe d'entretien et de réparation des matériels spécialisés de Recherche électronique GERMaS RE 15/54, l'EE 41/351 d'Achern s'appelle désormais EES 4/54, les autres escadrons électroniques sol devenant EES 2/54 de Berlin, 3/54 de Goslar, EES 6/54 de Bad-Lauterberg, EES 7/54 de Furth-Im-Wald. Cette réorganisation s'accompagne de l'arrivée de nouveaux vecteurs à l'escadre : l'hélicoptère ELINT technique (HET) de type Puma modifié pour l'analyse technique des signaux radars, mis en place à Goslar en janvier 1988, et le C 160 G Transall Gabriel, en deux exemplaires, remplaçant le fidèle Nord Gabriel, dont le dernier des sept exemplaires effectue l'ultime mission opérationnelle le 26 octobre 1989.

La réunification de l'Allemagne, accompagnée du retrait des forces aériennes soviétiques en Centre-Europe, entraîne pour l'escadre un redéploiement de ses moyens stationnés outre Rhin : le HET et l'EE 2 1/54 quittent Goslar pour le centre d'essais en vol de Mont-de-Marsan dès mai 1992, les EES 6/54 de Bad-Lauterberg et 3/54 de Goslar sont dissous respectivement en juin 1992 et juillet 1993.

Dans le cadre de la montée en puissance de la chaîne de renseignement tactique air mise en oeuvre par la FATac, le centre de fusion du renseignement électromagnétique CFRE 12/54 est officiellement créé en août 1992.

(actualisation après septembre 1992).
01.09.2006 : Dissolution de la 54° EET.


EE 1/54 Dunkerque

Le 1er janvier 1964, l'escadrille électronique 54 est créée à Lahr-Hugsweier. Elle est équipée de trois Nord 2501 Gabriel V.

Elle reprend l'insigne et les traditions de l'escadrille MF 20 qui, le 12 novembre 1914, fut la première unité aérienne à mettre en oeuvre des avions équipés d'un appareil de télégraphie sans fil pour effectuer des réglages d'artillerie, créant ainsi les prémices de la guerre électronique. La MF 20 ayant pour insigne le lion de Flandre françaises, l'escadrille électronique prit alors le nom de la ville de Dunkerque, celui des provinces étant réservé aux escadrons. (voir contribution 1)

De 1964 à juillet 1966, l'escadrille effectue ses missions au profit du 1er commandement aérien tactique à partir de Lahr, puis est transférée à Metz, son lieu de stationnement actuel.

A partir de ce moment là, son équipement croît progressivement : elle possédera jusqu'à neuf Nord 2501 dont sept Gabriel (type V ou VI). Puis le retrait du service de ces appareils entraîne une déflation lente jusqu'à leur disparition le 26 octobre 1989. Fin 1987, l'escadrille devient escadron électronique 54 " Dunkerque ".

En 1988, l'arrivée à l'EE 54 du C 160 G conduit à une restructuration. Le GET 30/35 1 devient la 54e escadre électronique tactique, et l'escadron électronique qui lui est intégré prend l'appellation EE 1/54 Dunkerque Dans le même temps sont créées trois escadrilles au sein de cet escadron : l'EE 11/54 mettant en oeuvre les derniers Nord 2501 G et dès 1989 les C 160 G, l'EE 21/54 dont l'outil opérationnel est l'hélicoptère (Puma), et l'EERE 31/54.

Ancien insigne de l'EE 1/54 :

(actualisation après septembre 1992)
01.09.2006 : L'Escadron Electronique 01.054 "Dunkerque" devient Escadron Electronique Aéroporté 01.054 "Dunkerque" et autonome à cette date.
01.09.2009 : L'Escadron Electronique Aéroporté 01.054 "Dunkerque" change de numéro mécanographique et devient Escadron electronique Aéroporté 00.054 "Dunkerque".

(voir contribution 2 et 3)


EE 11/54

EE = Escadrille Electronique

L'escadrille électronique 11/54 perpétue les traditions et porte l'insigne de la BR 228 : le Coq.

Créée le 1er février 1916 à Toul, équipée de Maurice Farman 80 chevaux, elle est placée sous les ordres de la VIe armée en mars et rejoint Verdun où elle combat devant le Mort-Homme et le bois des Corbeaux.

En octobre 1916, elle est équipée de Caudron G-6 et devient C 228 ; elle participe alors à la reprise des forts de Vaux et de Douaumont. En avril 1917, elle prend part à la bataille du Chemin des Dames et se bat ensuite en Flandre.

En janvier 1918, elle est transformée sur SPAD biplace puis sur Breguet XIV A-2 en juillet. A partir du janvier 1920, elle devient successivement la 2e escadrille du 4e régiment d'observation (RO) du Bourget jusqu'au 1er août 1920, la 2e escadrille du 34e régiment d'aviation d'observation (RAO) jusqu'au 1er juin 1924 et enfin, la 2e escadrille du 34e régiment d'aviation mixte (RAM).

Elle constitue le 1er juillet 1932 une escadrille du groupe de la 54e escadre. Ce groupe devenu autonome opérera sur Breguet 693 durant la Bataille de France sous l'appellation groupe de bombardement et d'assaut GBA I/54. Le GBA I/54 est dissous en novembre 1942 à Lézignan.

(actualisation après septembre 1992)
Situation inchangée en matière de traditions.
31/08/2003 : dissolution de l'EE 11.054
01.09.2006 : Lors de la dissolution de l'Escadre en 2006, il est décidé de créer deux escadrilles : l'escadrille "PN" et l'escadrille "renseignement". l'escadrille "PN" reprend les traditions de l'EE11.054 (filiation indirecte suite à la mise en sommeil).
(voir contribution 3)


EE 21/54

EE = Escadrille Electronique

L'escadrille électronique 21/54, stationnée d'abord à Goslar en RFA, perpétue les traditions et porte l'insigne de la SAL 259, la Guêpe qui fut quelquefois prise pour une fourmi...

L'AR 259 fut créée en février 1918, par dédoublement de l'escadrille SAL 22 et devint SAL 259 en mai de la même année.

Elle participa à la deuxième bataille de la Marne, à la contre-offensive qui, à partir du 18 juillet, marqua le début du reflux allemand sur le front occidental et à de nombreuses batailles de la fin de la guerre.

Elle fut dissoute le 16 avril 1919. Son insigne fut repris par l'escadrille 290 qui devint en 1920 la 8e escadrille du 4e RO, puis le 1er août 1920 la 14e escadrille du 34e RAO et, le 1er juin 1924, la 14e escadrille du 34e RAM.

Cette unité constitue, le 1er juillet 1932, la 4e escadrille de la 54e escadre puis la 4e du GBA 11/54 sur Breguet 693 en avril 1940. Le GBA 11/54 est dissous le 9 août 1940 à Toulouse Francazal.

(actualisation après septembre 1992)
mai 1992 : dissolution de l'escadrille.


EERE 31/54

EERE = Escadrille Electronique de Recueil et d'Exploitation

L'escadrille électronique de recueil et d'exploitation 31/54 perpétue les traditions de l'escadrille HF 1 (Henri Farman), mise sur pied à Toul en 1912. Comme son numéro l'indique, c'est la première escadrille de l'aviation militaire, donc la première créée.

En juin 1915, l'escadrille, dotée d'avions Maurice Farman F 40 lourds et lents, et devenant ainsi MF 1, choisit pour insigne un escargot ailé. Le gastéropode traînant sa coquille symbolise avec beaucoup d'humour la lenteur des appareils de la MF 1.

C'est l'insigne que porte toujours 1'EERE 31/54, même si sa forme et ses couleurs ont quelque peu varié au cours des années.

Le travail fait pendant la Grande Guerre vaut plusieurs citations à l'ordre de l'armée à cette unité exceptionnelle qu'est la MF 1. Elle aura droit, ainsi que son personnel, au port de la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire le 9 février 1919. Le 25 février 1918, la MF 1 devient l'escadrille SAL 1 (Salmson). Ensuite, elle constitue successivement au Bourget, le 1er janvier 1920, la 5e escadrille du 4e RO, le 1er août 1920, la 13e escadrille du 34e RAO, et le 1er juin 1924, la 13e escadrille du 34e RAM.

Elle est, à partir du 1er juillet 1932, la 3e escadrille de la 54e escadre, pour devenir en avril 1940, la 3e escadrille du GBA 11/54.

(actualisation après septembre 1992)
juillet 1993 : dissolution de l'escadrille.
01.09.2006 : Lors de la dissolution de l'Escadre en 2006, il est décidé de créer deux escadrilles : l'escadrille "PN" et l'escadrille "renseignement". l'escadrille "renseignement" reprend les traditions de l'EERE31.054 (filiation directe).
(voir contribution 3)

Implantations successives de la 54e escadre Electronique Tactique

Metz Frescaty du 1er janvier 1988 au 1er septembre 2006

Avions successivement utilisés par la 54e escadre Electronique Tactique

Nord 2501 Gabriel du 1er juillet 1964 au 26 octobre 1989
C 160 Transall Gabriel depuis janvier 1988
Puma Elint de janvier 1988 à mai 1992