Ecole Auxilliaire de Pilotage de Vichy :


Du ? au ?

 Avant
Unité
Stationnement 
Equipement 
Après
 
 EAP
 Vichy
  ?



























Centre de Perfectionnement du Personnel Navigant de Vichy :


Du ? au ?

 Avant
Unité
Stationnement 
Equipement 
Après
 
 CPPN
 Vichy
  ?































Ecole de pilotage d'Istres :


de 1917 à juin 1940

 Avant
Unité
Stationnement 
Equipement 
Après
 
 Ecole d'aviation d'Istres (1)
 Istres
  (2)

(1) Appelations successives
Ecole d'aviation d'Istres en 1917
Ecole de pilotage d'Istres à partir de 1919
Ecole Pratique d'Aviation Troupe à partir de 1929
Ecole de Formation des Sous-Officiers du Personnel Navigant de l'Armée de l'Air à partir d'octobre 1931

(2) Appareils successivement utilisés :
Caudron G3 à partir de 1917
Nieuport 23M "
Morane Saulnier 138 à partir de 1922
Breguet 16 "
Farman F-60 Goliath "
Caudron C 59 "
Breguet 14 "
Nieuport 29 "
Morane Saulnier 230 à partir de 1931
Morane Saulnier 315 "
Caudron C 635 Simoun "
Caudron C 275 Luciole "
Caudron C 600 Aiglon "
Salmson D-6 Cri-Cri "

Liste des commandants de L'Ecole

(source : © Armée de l'air - article extrait d'un numéro du journal de base de la BA 709 de Cognac-Chateaubernard)


Première Guerre Mondiale
C'est au printemps 1917 que fut créée l'Ecole de pilotage appelée : "l'Ecole d'Aviation d'Istres".
A sa création l'école est équipée de Caudron G3 puis de "Nieuport 23 M".

L'entre deux guerres
A l'Armistice le 11 Novembre 1918, l'effectif de l'école est de 2.000 hommes ; elle utilise 500 avions.
La fin des hostilités entraîne une réduction sensible de l'activité de l'école. Après de profondes transformations elle reprend en 1922. Les appareils utilisés sont alors très divers : le Morane Saulnier 138 comme avion de début, le Breguet 16, le Goliath utilisé pour le vol de nuit, le Caudron C 59 comme avion de transformation et de brevet, le Breguet 14 comme avion de perfectionnement en observation de jour, et enfin le Nieuport 29 comme appareil de perfectionnement chasse.

En décembre 1929, l'appellation de l'école change, elle devient alors : "l'Ecole Pratique d'Aviation Troupe".
Rapidement l'école est chargée uniquement de l'instruction du personnel navigant et en Octobre 1931 une nouvelle appellation est née :
"Ecole de Formation des Sous-Officiers du Personnel Navigant de l'Armée de l'Air".
Cette école forme des pilotes et des mitrailleurs pour l'Armée de l'Air, mais aussi des élèves provenant de la Marine et des élèves appelés, brevetés pilotes de tourisme.
 
Les avions utilisés alors sont le Morane Saulnier 230 comme avion de brevet.
En 1936 débute l'instruction au pilotage sans visibilité.
La tension internationale qui s'accroit entraîne de profondes modifications ; des écoles civiles sont créées par :
• Morane à Nimes, Clermont-Ferrand et Angers,
• Henriot à Bourges,
• et Caudron à Ambérieu.
Mais fin 1938, l'école de pilotage d'Istres possède encore 43 appareils : 28 MS 230, 9 MS 315
et 6 C 635 M.

La Deuxième Guerre Mondiale
Avec la déclaration de guerre, la réquisition d'appareils de club va ajouter plusieurs centaines d'excellents "Luciole", "Aiglon", ou "Cri-Cri".
En juin 1940 l'école d'Istres se replie vers Nouvion et Tafaraoui en ALGERIE où elle est finalement dissoute.

L'après-guerre
L'Ecole de pilotage est à nouveau réunie sur le sol métropolitain en 1945 à La Rochelle. Après quelques mois elle vient s'installer sur la base de Cognac.
- Cognac
Jusqu'en 1948 elle utilise pour la formation des pilotes, une large gamme d'appareils hérités de la guerre.
Tiger Moth
Arado 96
Master Miles
Nord 1000
Sipa 11
North-American NAA 57

Après avoir effectué plus de 100.000 heures de vol dans le ciel charentais, l'école fait mouvement en 1948 sur Marrakech.

- Marrakech
La formation des pilotes se poursuivra au Maroc sur Stampe, Morane 472 NAA 57 (BT 9 Américain), remplacés à partir de 1951 par le North Americain T6.
Situé dans le contexte aéronautique de l'époque, le T 6 à moteur en étoile d'une puissance de 650 CV, entièrement métallique, est incontestablement une réussite par ses qualités techniques et opérationnelles, qui l'ont tout naturellement conduit à être défini comme un des meilleurs du moment.
 
- RE Cognac enfin
L'année 1961 voit à nouveau le retour de l'école à Cognac où les T 6 viendront terminer une glorieuse carrière.


(source : © Armée de l'air - article extrait d'un numéro du journal de base de la BA 709 de Cognac-Chateaubernard)


Insigne Section PSV ou VSV (1938) :

(*)

(*) Possibilité d'un zoom en cliquant sur l'image de l'avers de l'insigne.

En langage aéronautique (code Q), QBI signifie que les règles de vols aux instruments sont en vigueur.

Plus d'informations






















Ecole d'Observation d'Avord puis de Châteauroux :

Avord (1ère escadrille)
Avord (2ème escadrille)
Avord (3ème escadrille)
Avord (4ème escadrille)



Ecole d'Observation de Châteauroux


de 1921 à 1940

 Avant
Unité
Stationnement 
Equipement 
Après
 
 
 Avord (1)
  ?

(1)
Châteauroux à partir du xx/xx/1939

Ecole associée à l'Ecole de pilotage à partir de 1923 (et jusqu'en 1935) au sein de l'Ecole Pratique d'Aviation d'Avord

voir GE 319 d'Avord


















EPE 38 de Dax :



EPE = Ecole de Pilotage Elémentaire

de ? à ?

 Avant
Unité
Stationnement 
Equipement 
Après
 
 
 Dax
  ?
























EP de Châteauroux :



EP = Ecole de Pilotage

de ? à ?

 Avant
Unité
Stationnement 
Equipement 
Après
 
 
Châteauroux
  ?

























EMNB de Cazaux :



EMNB = Ecole des Mitrailleurs, Navigateurs, Bombardiers

du 01/10/1945 à septembre 1951 (?)

 Avant
Unité
Stationnement 
Equipement 
Après
 
 EMNB
Cazaux
  (1)

(1)
Vickers Wellington  
Ju 88  
Douglas DB7  
NC 900  

Voir contribution