Actualités Armée de l'air 09




ER 2/33 Savoie - Mont-de-Marsan (17/06/2014)

Le Mirage F1 passe le relais à Mont-de-Marsan
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 17/06/2014 09:40 - Auteur : Capitaine Karim Djemai
Après 40 ans de bons et loyaux services passés dans l’armée de l’air, le Mirage F1 a tiré sa révérence, vendredi 13 juin 2014, sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan.

Les aviateurs - pilotes, mécaniciens, personnel de soutien - ayant servi sur cet avion de chasse mythique étaient conviés sur la base montoise, en présence également de leurs proches. "Ce fut un grand honneur d’accueillir les membres de la famille du Mirage F1, estime le lieutenant-colonel Benjamin Souberbielle, commandant l’escadron de reconnaissance 2/33 "Savoie", dernière unité évoluant à bord de Mirage F1. Le fait qu’autant d’Anciens du F1 se soient déplacés suscite aussi beaucoup de fierté. C’est un avion unique qui a profondément marqué plusieurs générations d’aviateurs."
Tout au long de la journée, la grande famille du Mirage F1 a pris beaucoup de joie à se retrouver. Les accolades entre figures familières se sont succédé, tout comme les récits d’anecdotes et de souvenirs partagés.
Cette journée riche en émotions a débuté par une cérémonie militaire présidée par le général Antoine Creux, major-général de l’armée de l’air, également ancien pilote de Mirage F1. Pour saluer l’action décisive de l’escadron 2/33 "Savoie" dans les premières heures de l’opération Serval au Mali, le général Creux a décoré son fanion de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent, avec citation à l’ordre de la division aérienne. "De l’opération Manta à Serval au Mali, de l’Afghanistan à l’ex-Yougoslavie : l’escadron 2/33 "Savoie" s’est distingué sur tous les fronts", a également déclaré le major-général.
Plus tard dans l’après-midi, les principales formations acrobatiques de l’armée de l’air ont ponctué cet événement de démonstrations aériennes. Pour l’occasion, une patrouille de deux Mirage F1 était associée au programme. Les Carol Hotel, nom donné à cette patrouille éphémère, ont réalisé une présentation tactique de l’appareil.
Dans le même temps, un espace dédié aux traditions était installé dans un hangar de maintenance de la base aérienne montoise. De nombreuses pièces rares (photos, cahiers de marches, fanions, écussons) étaient regroupées, revenant sur les 40 ans du Mirage F1 et plus largement, sur les 100 ans de la mission de reconnaissance aérienne. Une exposition photographique réunissant une centaine de clichés d’époque avait également été installée pour l’occasion.
En clôture de cette journée exceptionnelle, une dernière soirée réunissant les Anciens du Mirage F1 était organisée en présence du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air. "Plutôt qu’un discours officiel, je voudrais vous livrer quelques impressions qui ont émaillé ma carrière sur ce fabuleux avion qu’est le Mirage F1, a confié le général Mercier à une assistance émue. J’ai un excellent souvenir de mon premier vol sur F1 C à l’escadron de chasse 1/5 "Vendée". À l’époque, empli de fierté, je m’étais dit : "çà y est, j’y suis arrivé" (…). Aujourd’hui, avec la modernisation de la flotte des avions de combat, le temps est venu pour le Mirage F1 de passer le relais."
La polyvalence des équipages de Mirage F1, ayant pris part à tous les conflits majeurs de ces 40 dernières années, a également été une dernière fois saluée.
Après deux dernières représentations de la Patrouille Carol Hotel (Cazaux les 21 et 22 juin, puis Nancy, les 5 et 6 juillet), le Mirage F1 effectuera un dernier survol de Paris, à l’occasion du défilé aérien du 14 juillet.
Ce sera l’ultime occasion d’admirer, en vol, la ligne en flèche de cet avion de chasse racé. (pris en compte )

Le général Antoine Creux a présidé la cérémonie  - © Armée de l'air


le Mirage F1 a tiré sa révérence vendredi 13 juin 2014 - © Armée de l'air
(Ndlr : la patrouille Carol Alpha en évolutions)



La journée a débuté par une cérémonie militaire - © Armée de l'air
(Ndlr : le fanion de l'ER 2/33 Savoie précéde ceux, de gauche à droite, des escadrilles C 53 , BR 11 et SAL 6)


Le Mirage F1 tire sa révérence  - © Armée de l'air
[Ndlr : le Mirage F1 CR n°611 (118-NM)]


Beaucoup d'invités sont venus honorer cette journée - © Armée de l'air
[Ndlr : le Mirage F1 CR n°611 (118-NM) sous un angle différent]

Droits : © Armée de l'air



CMOS (Centre Militaire d'Observation par satellites) - Creil (18/06/2014)

Reprise des traditions sur la base aérienne de Creil
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 18/06/2014 08:07
La reprise des traditions de l’escadron de bombardement 1/92 "Bourgogne" par le centre militaire d’observation par satellites (CMOS) s’est déroulée jeudi 5 juin 2014 à 10h30 sur la place d’armes de la base aérienne 110 de Creil.

La remise du fanion du CMOS 1/92 "Bourgogne" et des fanions des escadrilles BR7 et BR35 était présidée par le général Thierry Caspar-Fille-Lambie (accès privé), commandant la défense aérienne et les opérations aériennes (COMDAOA), en présence des représentants d’industriels, élus et militaires.
À l’issue de cette cérémonie, les participants ont été conviés à l’allocution du COMDAOA et à une exposition portant sur les traditions du "Bourgogne" rassemblant des illustrations historiques, des reproductions d’œuvres de peintres de l’air et des maquettes de satellites et de fusées.

De la BR7 au CMOS La BR7 est une unité navigante de la Première Guerre mondiale, dont sont issues les traditions du CMOS. Dès 1914, les Farman de l’escadrille n°7 participent à l’observation et à la transmission des premières photographies aériennes des fronts allemands par le lieutenant René Roeckel : la mission de reconnaissance aérienne photographique est née. En 1925, le lieutenant Vandelle décide de créer l’insigne du "Pierrot" que le personnel du CMOS arbore encore aujourd’hui.
Situé sur la base aérienne de Creil, le centre militaire d’observation par satellite (CMOS) prend en charge l’ensemble de l’imagerie spatiale, de l’expression du besoin jusqu’à la réception de l’image. Le CMOS élabore les plans de travail du système Hélios, réceptionne et diffuse les images prises par les satellites. Il hérite des traditions de l’escadron de bombardement 1/92 "Bourgogne" et du "Pierrot".

Pour en savoir plus

Voir aussi

La remise du fanion du CMOS 1/92 "Bourgogne" - © Armée de l'air


Cérémonie de la reprise de traditions sur la base aérienne de Creil - © Armée de l'air



BA 120 "Commandant Marzac" - Cazaux (21/06/2014 / 22/06/2014)

Meeting Aérien exceptionnel et historique : 80ème anniversaire de l'Armée de l'air
(Actualité Armée de l'air)

Dossier de presse


EPA 749 - Grenoble (23/07/2014)

Remise d'insigne pour la classe préparatoire de l'EPA
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 10/07/2014 08:23
Mercredi 18 juin 2014, la classe préparatoire à l’enseignement supérieur (CPES) de l’École des pupilles de l’air (EPA) a reçu son insigne, qu’elle a elle-même créée, au cours d’une cérémonie, présidée par le colonel Jean-Xavier Chabane, commandant l’EPA.

C’est une grande nouveauté pour cette classe intermédiaire entre la terminale et les classes préparatoires destinée à favoriser l’accès aux études supérieures scientifiques à de jeunes bacheliers issus de milieux peu favorisés, créée dans le cadre du plan égalité des chances. Alors que les classes de l’air ont leur "Poussin", la CPES n’avait auparavant pas d’insigne propre.
Ce sont les "Khûbes", étudiants en troisième année de classes préparatoires, qui ont épinglé l’insigne sur la veste de leurs cadets. Le général et astronaute Michel Tognini, ancien élève de l’EPA était également présent. Étudiant au parcours d’exception, il est devenu le parrain officiel de cette 6e promotion.
La naissance d’une nouvelle tradition à l’École des pupilles de l’air : cet insigne sera remis chaque année aux élèves de la promotion de CPES, marquant leur appartenance à la troisième division*.
La sixième promotion de la CPES a elle même conçu cet insigne dont l’héraldique est : "Sous les montagnes du Vercors qui se dessine de bleu azur au matin, la racine s'élève de son aile de Pipin. La plume du savoir suivra celui qui la porte, l'étoile le guidera à sa porte."
Acteur du plan égalité des chances, cet établissement public accueille plus de 700 élèves et a pour missions principales l’aide aux familles pour les collégiens et lycéens et l’aide au recrutement des futurs officiers de l’armée française pour les classes préparatoires. Retrouvez plus d’information sur le site du ministère de la Défense. (pris en compte )

*La 1e division correspond aux années de collège, la 2e aux années de lycée et la 3e aux classes préparatoires.

Remise d'insigne à l'EPA - © Armée de l'air


Insigne de la classe préparatoire à l’enseignement supérieur  - © Armée de l'air




Droits : © Armée de l'air


EH 1/67 Pyrénées - D'jamena (Tchad) (01/07/2014)

Tchad : déploiement d'hélicoptères de l'Armée de l'air
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 19/06/2014 11:05
Le 18 juin 2014, deux hélicoptères Caracal et un hélicoptère Puma de l’armée de l’air ont été acheminés sur la base aérienne de N’Djamena par gros porteur Antonov 124. Ces hélicoptères appartiennent à l’escadron 1/67 (EH 1/67) "Pyrénées" de la base aérienne 120 de Cazaux. Dans le cadre des relèves, ils sont déployés pour un mandat de 4 mois au sein de la Force Epervier. Un deuxième hélicoptère Puma, complètera prochainement ce dispositif.

Une cinquantaine d’aviateurs sont dès à présent sur le territoire tchadien pour relever les équipages du 3e régiment d’hélicoptères de combat (3e RHC) qui sont arrivés au terme de leur mandat. Ils armeront deux hélicoptères Caracal et deux hélicoptères Puma "pirates" - équipés de canons de 20 mm.
Intégrés au groupement Air de la force Epervier, les équipages et les machines du "Pyrénées", ils reprendront les missions d’évacuation sanitaire (EVASAN), de sauvetage aéroterrestre (SATER) et de soutien et d’appui aux forces déployées sur le théâtre. Ils participeront également aux deux missions permanentes du dispositif Epervier: la protection des intérêts français (tout particulièrement la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad), et conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad, le soutien logistique (ravitaillement, carburant, transport, formation) aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes.

Tchad : déploiement d’hélicoptères de l’armée de l’Air - EMA / armée de l'Air


Sources : EMA
Droits : © Armée de l'air


EC 1/7 - ECE 5/330 - Schleswig (Allemagne) (01/07/2014)

50ème édition de "Nato Tiger Meet" en Allemagne
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 25/06/2014 17:12
La 50ème édition de l’exercice Nato Tiger Meet (NTM) se déroule depuis le 16 juin 2014 sur la base aérienne de Schleswig en Allemagne et s’achèvera le 27 juin.

Le NTM réunit quasiment tous les pays de l’Otan qui ont pour emblème un tigre ou par extension un félin. À ce titre, il s’agit du plus important exercice aérien tactique d’Europe. Avions de chasse, ravitailleurs, Awacs, hélicoptères, ce sont près de 40 aéronefs qui opèrent simultanément afin de recréer un scénario réaliste, proche des conditions rencontrées en temps de guerre. On y retrouve des missions de type CAS (Close Air Support - appui aérien rapproché), CSAR (Combat Search and Rescue – recherche et sauvetage au combat), et des COMAO (Composite Air Operations – opérations aériennes complexes). Ces dernières constituent la majeure partie des missions réalisées lors du NTM. Chaque escadron participant se déploie avec un aéronef spécialement décoré pour honorer son appartenance à la communauté des "Tigres". Cette année, l’armée de l’air française est représentée par deux Mirage 2000-5 de l’escadron de chasse et d’expérimentation 5/330 de Mont-de-Marsan et deux Rafale C et un Rafale B de l’escadron de chasse 1/7 "Provence" de Saint-Dizier.
Le Nato Tiger Meet se clôture par la remise du Silver Tiger (Tigre d’argent). Cette statuette récompense l’unité la plus méritante durant l’exercice, autant dans la réalisation des missions que dans la mise en valeur des traditions "Tigre". En 2009, l’escadron de chasse 1/12 "Cambrésis" de Cambrai avait remporté ce prestigieux trophée alors que l’exercice se déroulait en Belgique.

Nato tiger meet 2014 - © Armée de l'air


Au premier plan le Mirage 2000 n°51 (118-AS) de l'ECE 05/330 décoré pour le Tiger Meet 2014 - © Armée de l'air


Au commencement
En 1961, trois unités de chasse de l'Otan (le 79th Tactical Fighter Squadron de l'US Air Force (USAF), le 74 Squadron de la Royal Air Force (RAF) et l'escadron de chasse 1/12 "Cambrésis" alors basé à Cambrai, se rassemblent sur la base aérienne de Woodbridge (Angleterre), pour une manifestation aérienne qui reçoit le nom de "Tiger Meet". Un an plus tard, sous la tutelle du lieutenant Mike Dungan (USAF), le Tiger Meet Day est organisé. La journée a pour but de rassembler toutes les unités ayant comme emblème un tigre. Fort de son succès, l’exercice qui a pris de plus en plus d’ampleur, se déroule chaque année dans un pays différent, durant une dizaine de jours. L’ancienne base aérienne de Cambrai l’avait accueillie en 2011.

Site officiel de la Nato Tiger Association


ED 1/33 Belfort - EIV 2/12 Picardie - Cognac (02/07/2014)

Cognac commémore les 70 ans de la disparition de Saint-Exupéry
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 30/06/2014 16:05 - Auteur : Cne Marianne Jeune
Les célébrations liées aux 80 ans de l’armée de l’air se poursuivent dans le sud-ouest. Vendredi 27 juin 2014, une cérémonie de commémoration du 70e anniversaire de la disparition d’Antoine de Saint-Exupéry, présidée par M. Kader Arif, secrétaire d’État aux Anciens combattants et à la Mémoire, s’est tenue sur la base aérienne 709 de Cognac.

C’est à la fois l’illustre écrivain et l’aviateur de légende, Antoine de Saint-Exupéry, dont les aviateurs de la base aérienne de Cognac ont honoré la mémoire. "À l’occasion des 100 ans de faits d’armes aériens et des 80 ans de l’armée de l’air, je me réjouis qu’une journée soit entièrement consacrée au parcours de ce grand homme, a déclaré le secrétaire d’État. Sa mémoire vit aujourd’hui sur cette base 709 de Cognac."
Au cours de la cérémonie qui a notamment réuni des membres de la famille de l’écrivain aux côtés du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, le fanion de l’escadrille "Petit Prince" a été remis à l’escadron d’instruction en vol 2/12 "Picardie" et la croix de la valeur militaire à l’escadron de drones 1/33 "Belfort". Dans le ciel, les aviateurs contemporains ont rendu un vibrant hommage au pilote de légende en survolant la base aérienne : le Rafale, le Mirage F1, les patrouilles Ramex Delta et Cartouche Doré, l’équipe de voltige de l’armée de l’air, le drone Harfang, sans oublier le passage d’un P-38 Lightning, la dernière monture de Saint-Exupéry. Une stèle créée par l’artiste Anilore Banon a également été inaugurée.
Enfin, cette journée a mis à l’honneur la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la jeunesse. "Je tiens à saluer le travail remarquable réalisé par la fondation en partenariat avec l'armée de l'air pour que survivent à ce grand aviateur ses grandes valeurs humaines, a souligné M. Kader Arif. C’est ainsi par exemple que des lettres et dessins d'enfants sont envoyés chaque année aux pilotes engagés en opérations extérieures. C'est ainsi aussi que des jeunes sont invités à vivre leurs premiers baptêmes de l'air ou passer leurs brevets de pilote".
Antoine de Saint-Exupéry a rejoint l’armée de l’air pendant la Seconde Guerre mondiale. Mobilisé en septembre 1939 au grade de capitaine, il rêve alors de servir dans une unité navigante. À force de détermination, il est affecté au groupe de reconnaissance II/33 en novembre de la même année. C’est de cette unité historique que le 1/33 "Belfort" tire d’ailleurs ses traditions aujourd’hui. Disparu en juillet 1944, en Méditerranée aux commandes de son P-38 Lightning, Antoine de Saint-Exupéry n’a cessé d’enrichir l’héritage de l’armée de l’air à travers ses écrits. Le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, le qualifie lui-même de "héros qui n’a eu de cesse de mettre au service de son pays ses qualités remarquables fondées sur un courage et une détermination sans faille".

le fanion de l’escadrille EALA 9/72 "Petit Prince" (visible à gauche) a été remis à l’escadron d’instruction en vol 2/12 "Picardie" - © Armée de l'air


Le général Mercier remet la décoration de la croix de la valeur militaire sur le fanion de l'escadron de drones 1/33 "Belfort" - © Armée de l'air


Survol du Mirage F1, P 38 Lightning et du Rafale lors des commémorations de la disparition de Saint-Exupéry sur la BA 709 - © Armée de l'air


Autres illustrations :
Drone Harfang décoré pour les 100 ans de la SAL 33 (plus d'informations)


Décoration d'un TB 30 Epsilon symbolisant la reprise des traditions de l'EALA 9/72 Petit Prince au sein de l'EIV 2/12 Picardie (plus d'informations)


Lockheed - P-38 L Lightning - n° 44-53254/N25Y Autriche - The Flying Bulls


Lockheed - P-38 L Lightning - n° 44-53254/N25Y Autriche - The Flying Bulls (détails)


Discours de Monsieur Kader Arif pour les 70 ans de la disparition de Saint-Exupéry

Dossier de Presse Armée de l'air


ET 1/64 Béarn - ET 2/64 Anjou - Evreux (03/07/2014)

Les escadrons de transport "Béarn" et "Anjou" fêtent leurs 70 ans
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 01/07/2014 17:09
Les escadrons de transport 1/64 "Béarn" et 2/64 "Anjou" ont célébré, le 27 juin 2014 sur la base aérienne 105 d’Évreux, leurs 70 ans.

Pour l’occasion, un C160 Transall a été spécialement décoré aux couleurs des deux escadrons de transport. Les spectateurs ont pu assister à des démonstrations en vol des avions historiques des deux escadrons, notamment du dernier Nord 2501 Noratlas encore en état de vol mais aussi du Junker Ju-52 et DC-3 Dakota. Sans oublier le C160 Transall qui a effectué différents exercices comme du parachutage, du poser d'assaut, ou des déposes de commandos. Cérémonie militaire, visite du musée de la base, séances de simulateur et expositions statiques étaient également au programme de cette journée, alliant aéronautique et festivités.

C160 Transall [R89 (61-ZG) profil droit] aux couleurs des 70 ans de l’ET 1/64 Béarn - © Armée de l'air


C160 Transall [le même R89 (61-ZG) profil gauche] aux couleurs des 70 ans de l’ET 2/64 Anjou - © Armée de l'air



Autres illustrations :
C160 Transall [le même R89 (61-ZG) profil gauche] aux couleurs des 70 ans de l’ET 2/64 Anjou - © Armée de l'air
Le même en couleurs


C160 Transall [le même R89 (61-ZG) profil gauche] aux couleurs des 70 ans de l’ET 2/64 Anjou - © Armée de l'air
Détails



Voir vidéo

Message sur le mur by Escadron De Transport 2/64 Anjou.

Droits : © Armée de l'air


Baptême Promotion 2013 - EFSOAA - Rochefort (06/07/2014)

Rochefort : baptême de la promotion 2013
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 01/07/2014 17:12
Le baptême de la promotion 2013, cérémonie annuelle de l’école de formation des sous-officiers de l’armée de l’air (EFSOAA) de Rochefort, s’est déroulé le mercredi 25 juin 2014 sur la place d’armes.

Plus de 1000 élèves sous-officiers en formation "mille-pattes"se sont avancés devant le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), les hautes autorités civiles, militaires et leurs familles. Cet événement constitue une étape importante dans la carrière d’un sous-officier. Certains d’entre eux vont rejoindre leurs premières affectations et deviendront personnel cadre dans les unités opérationnelles. La sergent Marina Jaillet a été choisie pour représenter les sous-officiers de la promotion 2013. Elle témoigne de son attachement à l’EFSOAA : "J’ai retrouvé des valeurs qui m’étaient chères : la cohésion, l’honneur ainsi que le respect, l’intégrité, le sens du service et l’excellence".
Cet événement célébrait aussi un double anniversaire : les 80 ans de l’armée de l’air et le centenaire de la Première Guerre mondiale. À ce titre, la promotion 2013 a été baptisée "Commandant André Chainat", célèbre "As" de la Première Guerre mondiale.
Pilote de talent et de grande bravoure, le commandant André Chainat s’est illustré dans de nombreux combats tels que les batailles de la Somme et de Verdun où il remporte onze victoires. Mécanicien de formation, il intègre l’escadrille n°3, unité prestigieuse durant la Grande guerre et dont les traditions vivent toujours au sein de l’escadron de chasse 1/2 "Cigognes" de Luxeuil. Avec ses seize citations et ses 4 438 heures de vol, il obtient le titre "d’As de l’aviation française".

Baptême de la promotion 2013 sur la base aérienne 721 de Rochefort - © Armée de l'air

Discours du général Denis Mercier pour le baptême de la promotion 2013 de l'EFSOAA à Rochefort - © Armée de l'air


Le "mille-pattes" des élèves de l’école de formation des sous-officiers de l’armée de l’air (EFSOAA) de Rochefort - © Armée de l'air


Droits : © Armée de l'air