Actualités Armée de l'air 10




BA 279 - Châteaudun (08/07/2014)

La base aérienne 279 devient un EAR
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 08/07/2014 08:24
Le 2 juillet 2014, la base aérienne 279 de Châteaudun "Lieutenant Marcel Beau" a procédé à sa cérémonie de dissolution, présidée par le général Serge Soulet (accès privé), commandant les forces aériennes (CFA) et commandant le soutien des forces aériennes (CFSA) .

Un chapitre important de l’armée de l’air se ferme dans la région dunoise. De nombreuses décorations ont été décernées au profit du personnel des différentes unités de la base. La cérémonie a également été l’occasion de remettre le drapeau de la 52ème escadre de reconnaissance au service historique de la Défense (SHD), moment très marquant pour tous les aviateurs et civils présents.
La base aérienne 279, après 60 années d’existence, a vu des générations d’aviateurs se succéder pour accomplir les nombreuses missions dont elle fut la plateforme principale. Sa dissolution entre dans le cadre de la mise en œuvre des restructurations annoncées par décision ministérielle en septembre 2013. Elle sera désormais rattachée à la base aérienne 123 d’Orléans en tant qu’élément air rattaché 279 (EAR). Les missions principales, notamment de stockage des aéronefs, se poursuivent sur le site. Châteaudun reste le point de regroupement unique de tous les aéronefs de la Défense en fin de vie et en attente de démantèlement. (pris en compte )

Revue des troupes par le général Serge Soulet - © Armée de l'air


Le drapeau de la BA 279 de Châteaudun était celui de la 52ème escadre de reconnaissance - © Armée de l'air

Droits : © Armée de l'air


Ecole de l'air - Salon-de-Provence (08/07/2014)

Baptême des promotions 2013 à Salon-de-Provence
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 08/07/2014 10:59
Vendredi 4 juillet 2014, le baptême des promotions 2013 de l’École de l’air et de l’École militaire de l’air s’est déroulé en présence du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air et de nombreux invités internationaux, sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence.

C’est au crépuscule que le général Denis Mercier accompagné, de ses homologues militaires africains, a passé en revue l’ensemble des élèves à l’honneur. La promotion 2013 de l’École de l’air porte désormais le nom de "général Martial Valin", tandis que celle de l’École militaire de l’air s’est vue attribuer celui de "colonel Amédée Passemard". Elles ont ensuite procédé à l’échange des drapeaux entre la promotion précédente et celle de 2013. La Musique de l’air, les chœurs des élèves et la Patrouille de France ont clôturé les festivités.
Cette traditionnelle cérémonie a rassemblé près de 2 200 invités. Elle célébrait également le 40ème anniversaire du cours spécial de l’École de l’air (CSEA). En 2013, la promotion a accueilli des élèves officiers du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Cameroun et du Sénégal. De nombreuses autorités civiles et militaires françaises et étrangères (Cameroun, Niger, Bénin, Mali, Gabon, Côte d’Ivoire, Sénégal, Burkina Faso, Maroc) ont été conviées pour partager ce moment d’émotion. La cérémonie, symbole de valeurs, marque l'engagement des futurs officiers de l’armée de l’air à vivre avec honneur et dignité. (pris en compte )

Les 40 ans du cours spécial de l’École de l’air
Créé en 1973 au sein de l’École de l’air, le CSEA est destiné à former des officiers des armées de l’air étrangères dont les pays sont liés à la France par des accords de coopération.
Admis sur concours, les élèves sont tous francophones. Le programme de leur formation (3 ans) est identique à celui de l’École de l’air, sauf l’instruction technique et scientifique qui est adaptée.
Depuis sa création environ 550 élèves, issus de 27 nationalités différentes ont été diplômés à Salon-de-Provence, dont certains sont devenus chef d’état-major dans leur pays.

Revue de l'ensemble des élèves par le général Denis Mercier - © Armée de l'air


Échange des gardes drapeaux entre les promotions - © Armée de l'air


Le CEMAA entouré de ses homologues militaires pour le baptême des promotions 2013 - © Armée de l'air


Général Martial Valin
Saint Cyrien de la promotion 1917, il intègre l’armée de l’air en 1926. En 1940, il devient colonel et rallie la France libre puis développe et dirige les Forces aériennes françaises libres (FAFL) avant de les commander en juillet 1941.
Nommé général, il réorganise le transport aérien militaire ainsi que les unités parachutistes. Jusqu’en 1944, en même temps que commandant des Forces aériennes françaises en Grande-Bretagne, il est chef d’état-major général adjoint de l’armée de l’air et chef de la mission de l’air à Londres. En août 1944, il participe à la Libération de Paris à la tête des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Chef d’état-major de l’armée de l’air de 1944 à 1946, puis chef de la délégation militaire française aux Nations unies, il est nommé Inspecteur général de l’armée de l’air de 1947 à 1957.
Il reste le seul général de l’armée de l’air à avoir été maintenu sans limite d’âge, dans l’état-major général, pour avoir commandé en chef devant l’ennemi. Il décède le 19 septembre 1980.

Colonel Amédée Passemard
Né en 1920, il obtient son brevet de pilote à 17 ans et s’engage dans l’armée de l’air en 1938. Il lutte contre la Luftwaffe , prend part à la campagne de Tunisie, puis à la Libération de la Corse. Promu sous-lieutenant en 1944, il rejoint Meknès (Maroc) comme instructeur. En 1946, à l’état-major de la Défense aérienne du Territoire en Afrique française du Nord, il cumule les fonctions d’adjoint au chef du 3ème bureau, chef des transmissions et commandant de l’escadrille d’entraînement.
Il part en Indochine, puis prend la tête de l’aviation légère d’Oranie (Algérie) avant le prendre le commandement de la base de Bangui (République Centrafricaine). En 1965, il commande la base aérienne 125 d’Istres avant d’intégrer l’état-major de la Force aérienne tactique, chargé de la sécurité militaire. Il quitte l’armée de l’air en 1969. Totalisant 5 000 heures de vols et 650 missions de guerre, il décède le 19 août 2013.

Voir biographie détaillée sur le site des "Vieilles Tiges"

Droits : © Armée de l'air


EH 1/44 - Solenzara (04/08/2014)

Dernier vol du Super Puma à Solenzara
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 15/07/2014 12:02
Sur la base aérienne 126 "Capitaine Preziosi" de Solenzara, le Super Puma de l’escadron d’hélicoptères (EH) 1/44, tire sa révérence après de nombreux et loyaux services. Il a effectué son dernier vol, le 10 juillet 2014.

"C’est donc avec une immense fierté qu’aujourd’hui Upoa, nous te disons mauruuru et nana, merci et au revoir" déclare le commandant Maud Grolier, commandant en second de l’EH 1/44. Baptisé "Upoa" du nom d’un oiseau marin polynésien, il est affecté en 1983 sur les îles Tuamotu de la Polynésie Française où il effectue un grand nombre d’interventions. Il participe à l’acheminement de vivres et à des missions de recherche et de sauvetage.
Le Super Puma rejoint la Corse en décembre 2010 où il poursuit et achève son histoire avec près de 6 650 heures de vol à son actif.
Pour en savoir plus sur l’escadron d’hélicoptère (EH) 1/44, cliquez ici

Le Super Puma tire sa révérence sur la BA 126 - © Armée de l'air


Le Super Puma décoré - © Armée de l'air


L'escadron d’hélicoptères (EH) 01/44 et le Super Puma "Upoa" sur la base aérienne 126 Solenzara - © Armée de l'air

Droits : © Armée de l'air


ER 2/33 Savoie - EC 2/30 Normandie-Niémen - Mont-de-Marsan (04/08/2014)

Mont-de-Marsan : les unités chasse à l'honneur sur la BA 118
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 25/07/2014 14:23
Le 24 juillet 2014, les escadrons de chasse implantés sur la base aérienne 118 ont été mis à l'honneur au cours d'une cérémonie présidée par le général Serge Soulet (accès privé), commandant les forces aériennes et le soutien des forces aériennes.

Lors de cette cérémonie, les traditions de l’escadron de reconnaissance (ER) 2/33 "Savoie" ont été mises en sommeil. Dernier escadron du Mirage F1, dont le dernier vol, symbolique, a été effectué lors du défilé du 14 juillet à Paris, l’ER 2/33 s’est dernièrement illustré lors de missions de reconnaissance et d’appui feu au profit des troupes engagées au sol au Mali. Cet engagement a d'ailleurs été récemment récompensé par la remise de la croix de la valeur militaire à cet escadron par le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, en juin dernier. C'est une page qui se tourne pour l'histoire de la reconnaissance, qui se poursuit aujourd'hui avec le Rafale et le drone MALE (moyenne altitude longue endurance). (pris en compte )
Autre temps fort de la journée, le régiment de chasse 2/30 "Normandie-Niémen" a reçu la croix de la valeur militaire avec palme de bronze pour son engagement au Sahel. D’autre part, le 2/30 ainsi que l’escadron de chasse et d’expérimentation 5/330 "Côte d’Argent", appartenant au centre d’expériences aériennes militaires, ont changé de chef. Le commandement du "Normandie-Niémen" a été confié au lieutenant-colonel Yann Malard. Le lieutenant-colonel Damien Gadiou a, quant à lui, pris la tête de l’ECE.

Les quatre fanions de l'escadron de reconnaissance 2/33 "Savoie" - © Armée de l'air


A gauche, le général Soulet remet la Croix de la Valeur Militaire sur le drapeau du régiment de chasse 2/30 "Normandie-Niémen".
A droite, le lieutenant-colonel Souberbielle replie l'un des fanions (SAL 6) du 2/33 "Savoie". - © Armée de l'air



Droits : © Armée de l'air


ESTA 2E061 Loiret - Orléans (07/08/2014)

Une page se tourne pour l'ESTA d'Orléans
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 01/08/2014 09:22 - Auteur : Cdt S. Renoulleau
Mardi 15 juillet 2014, l’escadron de soutien technique aéronautique (ESTA) "Loiret" de la base aérienne 123 d’Orléans a effectué la dernière visite de maintenance programmée d’un C160 dans ses hangars.

Au lendemain de la fête nationale, une page de l’histoire de l’escadron de soutien technique aéronautique (ESTA) "Loiret" s’est tournée sur la base aérienne d’Orléans avec la fin de la dernière visite de maintenance programmée d’un C160 dans ses hangars.
Depuis 47 ans, les mécaniciens ont œuvré successivement au sein du groupe d’entretien et de réparation des matériels spécialisés (GERMaS), de l’escadron de soutien technique spécialisé (ESTS) puis de l’ESTA afin d'entretenir la flotte Transall qui a déjà réalisé plus de 1 300 000 heures de vol depuis 1967.
Tourné vers la maintenance de l’A400M Atlas à partir de septembre 2014, l’ESTA "Loiret" accompagnera dorénavant le C160 dans ses chantiers de retrait de service.

Une page se tourne dans la bonne humeur pour l'ESTA d'Orléans - © Armée de l'air
(VI = Visite Intermédiaire)


Droits : © Armée de l'air


EC 2/30 Normandie-Niémen - (26/08/2014)

Décès de Jean Sauvage (*), ancien du "Normandie-Niémen"
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 26/08/2014 09:12
Jean Sauvage, ancien pilote du "Normandie-Niémen" pendant la Seconde Guerre mondiale, est décédé vendredi 22 août 2014 à l’âge de 97 ans.

Né le 8 avril 1917 à Fontenay-sous-Bois, Jean Sauvage s’engage en 1935 pour trois ans dans l’armée de l’air au titre de la 5ème compagnie de l’Air de Chalais-Meudon, dépendant du bataillon de l’Air n°107 de Villacoublay. Admis à suivre les cours de l'école de pilotage de Bourges, il est breveté pilote le 9 avril 1936, puis nommé sergent le 21 mai 1936. Le 1er juin 1936, il est détaché comme élève à l'école civile Caudron de Royan. Le 21 juillet 1936, il est affecté à la base aérienne 109 de Tours, puis à la base de Chartres, le 1er Décembre 1936. Il se rengage le 13 septembre 1938 et il est nommé sergent-chef le 1er octobre 1939. Le 6 décembre 1939, il est mis en route sur l'École de l'air de Versailles et nommé sous-lieutenant le 20 décembre 1939.
Affecté au groupe de chasse (GC) III/3 le 19 mars 1940, il inaugure son palmarès le 12 mai 1940 en abattant en collaboration deux He 111. Il récidive le 20 mai en abattant un nouveau He 111. Il rejoint Perpignan le 17 juin 1940, puis l'Afrique du nord et arrive à Alger, puis Fez, le 12 juillet 1940. Il est mis en congé d'armistice le 1er novembre 1940. Rappelé, il est affecté au GC III/6 le 6 novembre 1941. Nommé lieutenant le 20 décembre 1941, il est stationné avec le GC III/5 à Sfax en Tunisie du 29 mai au 25 juin 1942 (?). Après le débarquement Anglo-Américain en Afrique du nord et le ralliement aux Alliés, il poursuit sa carrière dans l'armée de l'air et le 14 octobre 1943, il fera partie des rares pilotes français à remporter une victoire au cours de la campagne d'Afrique du nord de 1943 en abattant un nouveau He 111 au-dessus de Cap Tenès en Algérie.
Volontaire pour le "Normandie", il y est affecté le 25 octobre 1943 et rejoint le groupe le 7 janvier 1944. Il est affecté à la 3e escadrille "Cherbourg". Le 27 octobre 1944, il obtient sa seule et unique victoire sur le front de l'Est en abattant un Fw 190. Jean Sauvage fait partie des permissionnaires pour la France, le 12 décembre 1944. Il est nommé capitaine quelques jours plus tard et termine ainsi la guerre avec cinq victoires homologuées et le statut d'As.
Le 1er juin 1945, il est affecté au groupe de transport III/15 "Maine". Le 1er mars 1946, il est détaché au ministère des Travaux Publics et des Transports avant d’être dégagé des cadres sur sa demande. Le 1er janvier 1952, il est promu commandant dans le corps des officiers de réserve et termine sa carrière de pilote comme commandant de bord à Air France.
L'armée de l'air tient à exprimer toute sa tristesse et son soutien envers la famille du commandant Jean Sauvage.

Jean Sauvage est décédé à l'âge de 97 ans. - © Armée de l'air


 Volontaire pour le "Normandie", il y est affecté le 25 octobre 1943. - © Armée de l'air


(*) Ndlr : Ne pas confondre avec Roger Sauvage, également un ancien du Normandie-Niémen, parrain de la promotion EMAA 2010, décédé le 26 septembre 1977.

Sources : Biographie Yves Donjon
Droits : © Armée de l'air

Voir aussi actualités du 16/02/2017


31e EA - Istres (01/09/2014)

Création de la 31ème escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégiques
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 01/09/2014 09:48
Mercredi 27 août 2014, la 31ème escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégiques a officiellement été créée sur la base aérienne 125 d’Istres. Elle regroupe le groupe de ravitaillement en vol (GRV) 2/91 "Bretagne" et de l’escadron des soutiens techniques spécialisés (ESTS) 15/93.

Première escadre du XXIème siècle

"Officiers, sous-officiers, militaires du rang et personnel civil de l’armée de l’air du GRV 2/91 "Bretagne" et de l’ESTS 15/93, vous servirez désormais au sein de la 31e escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégiques. (…) À l’image de vos prédécesseurs, vous remplirez glorieusement les missions qui vous seront confiées, tout en préparant l’avenir du ravitaillement en vol et du transport stratégique avec la mise en œuvre du futur MRTT." L’ordre du jour déclaré par le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, signe officiellement la création de la première escadre aérienne du XXIème siècle. C’est la première des quatre prévues dans le plan Unis pour "Faire Face" (une escadre "chasse" à Nancy, l’escadre sol/air de défense aérienne-1er régiment d’artillerie de l’air et la 36e escadre de commandement et de conduite aéroportée à Avord). D’autres verront le jour à partir de 2015. Cette structure consiste à réunir dans une même entité, sous les ordres d’un chef, l’ensemble des aviateurs autour d’une même mission, qu’ils soient opérateurs ou techniciens. "Rassembler le personnel autour de la mission de dissuasion prend tout son sens, ici, sur la base aérienne 125 "Charles Monier". C’est le but de la création de la 31e escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégiques. Placée sous la tutelle du commandement des forces aériennes stratégiques, elle garantit la pérennité d’un emploi optimisé des moyens et la poursuite de la voie de l’excellence tracée par nos anciens."

Quatre unités sous son autorité

Outre l’ERV et l’ESTS appartenant directement à la 31ème escadre, elle regroupera également sous son autorité fonctionnelle deux équipes présentes sur la base d’Istres et œuvrant dans le même domaine : l’équipe de marque ravitaillement en vol et transport stratégique du centre d’expériences aériennes militaires et l’équipe d’étude technique centralisée, une unité de la SIMMAD (structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques du ministère de la Défense). (pris en compte )

"Un grand honneur d’être le premier commandant de la 31ème escadre"
Le lieutenant-colonel Olivier Roquefeuil, commandant le GRV depuis 2013, est le premier chef de la 31ème escadre. Il en a reçu le drapeau, dont la base aérienne avait la garde jusqu’ici, des mains du général Patrick Charaix, commandant les forces aériennes stratégiques (FAS). "C’est un grand honneur, déclare le lieutenant-colonel Roquefeuil. Nous allons essayer de faire profiter l’armée de l’air et les futures escadres de tous les enseignements que nous allons tirer de cette nouvelle organisation. Certes, il y a beaucoup de choses à mettre en place. Mais c’est parfaitement réalisable car on sait où on va. Ce nouvel échelon va véritablement mettre de l’huile dans les rouages!" Un défilé aérien avec le passage d’un C135 et de deux Mirage 2000N de l’escadron de chasse 2/4 "La Fayette" a clôturé la cérémonie. Enfin, les FAS se sont vu remettre l’agrément FRA 145 pour l’entretien de sa flotte de C135. Il a été créé à la suite des objectifs fixés par le décret interministériel sur la navigabilité du 7 décembre 2006. L’agrément FRA 145, gage de qualité, est désormais obligatoire pour être habilité à travailler sur un aéronef d’État.

Lire l’ordre du jour complet ici.

Pour en savoir plus, consultez notre hors série sur le Plan unis pour "Faire Face"

 Le drapeau de la 31ème escadre - © Armée de l'air


 Remise du drapeau de l'escadre au lieutenant-colonel Roquefeuil - © Armée de l'air


 La cérémonie s’est déroulée sur la base aérienne d’Istres - © Armée de l'air

Droits : © Armée de l'air


Haut Commandement - Paris (08/09/2014)

Les nouveaux grands commandeurs de l'Armée de l'air
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 05/09/2014 16:26
Mutations, prises de commandement, adieux aux armes… Tous les ans, au mois de septembre, l’armée de l’air revêt un nouveau visage. L’occasion de faire un panorama des grands commandements et des généraux qui sont désormais à leur tête. Présentations en images.

Voir (accès privé)

De gauche à droite :
Le général de corps aérien Patrick Pacorel est inspecteur de l’armée de l’air.
Le général de corps aérien Philippe Steininger commande les forces aériennes stratégiques.
Le général Soulet conserve ses fonctions à la tête du CFA et du CSFA tout en devenant officier général de la zone de Défense et de sécurité sud-ouest.
Le général de corps aérien Jean-Jacques Borel est commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes.
Le général d’armée aérienne Thierry Caspar-Fille-Lambie est inspecteur général des armées (air).


Droits : © Armée de l'air


36ème escadre aérienne de commandement et de conduite aéroportés - Escadre sol/air de la Défense Aérienne - Avord (14/09/2014)

Passation de commandement sur les bases aériennes et détachements air (extraits)
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 10/09/2014 17:40
En cette période de rentrée scolaire, de nombreuses bases aériennes ont vu leur commandement changer de mains. Les 2 et 3 septembre 2014, c’était au tour des aviateurs des bases aériennes de Dijon, d’Avord et du détachement air de Bordeaux-Beauséjour d’accueillir leurs nouveaux chefs

[...] (Avord) Deux escadres sont nées à Avord. Ici, le lieutenant-colonel Lardy prend le commandement de la 36e escadre de commandement et de conduite aéroportés. Après avoir reçu le drapeau de la 36e escadre aérienne, le lieutenant-colonel Lardy le confie à l'unité qu’il commande désormais (3 septembre 2014). (pris en compte )
L’escadre sol/air de la défense aérienne a également vu le jour. Le lieutenant-colonel Emmanuelle Petiot en a pris les rênes.
Le lieutenant-colonel Petiot a ainsi reçu, des mains du général Verney, le drapeau du premier régiment d’artillerie de l’armée de l’air.

Création de la 36ème escadre de commandement et de conduite aéroportée à Avord, sur la base aérienne 702. - © Armée de l'air

Création de l'escadre sol/air de défense aérienne-1er régiment d’artillerie de l’air sur la BA 702 d'Avord. - © Armée de l'air


Droits : © Armée de l'air


3ème escadre de chasse - Nancy (15/09/2014)

Les premières escadres de l'Armée de l'air
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 14/09/2014 20:37
Pour cette rentrée 2014, quatre escadres ont été créées sur les bases aériennes d’Avord, d’Istres et de Nancy. D’autres verront le jour à partir de 2015.

Deux des quatre premières escadres de l’armée de l’air ont été créées sur la base aérienne 702 d’Avord. La 36e escadre de commandement et de conduite aéroportée (EC2A) regroupe quatre unités autour des avions radar E3-F et l’escadre sol/air de défense aérienne-1er régiment d’artillerie de l’air (ESADA-1er RAA) qui réunit trois unités dédiées à la défense sol/air. "Ces deux escadres concernent nos pôles de référence nationale chacun dans leur domaine, confie le colonel Fabien Mandon, commandant la base d’Avord et la base de Défense. C’est une évolution naturelle pour Avord où nous fonctionnions déjà par pôle dans une logique de mission et de réactivité. Le projet CFA 2015, auquel j’ai eu la chance de participer en apportant un regard de terrain, va ainsi clarifier les chaînes locales de responsabilité mises en place au plus près des forces. Et je pense sincèrement que c’est une nécessité pour remettre de la cohérence et pour clarifier notre organisation. En ce qui concerne l’intégration des soutiens, les processus sont parfois complexes au quotidien. Aujourd’hui il faut beaucoup d’énergie pour obtenir ce dont on a besoin. La réforme va permettre de définir une interface claire entre la base aérienne et les soutiens. Améliorer les processus va réellement faciliter le quotidien des aviateurs sur la base aérienne, afin de continuer à être au rendez-vous des opérations." (déjà pris en compte )
La 31e escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégiques a officiellement été créée sur la base aérienne 125 d’Istres, le 27 août 2014. Elle rassemble le groupe de ravitaillement en vol (GRV) 2/91 «Bretagne» et l’escadron des soutiens techniques spécialisés (ESTS) 15/93. Le lieutenant-colonel Olivier Roquefeuil, commandant le GRV depuis 2013, est le premier chef de la 31eescadre. "C’est un grand honneur, déclare-t-il. Nous allons essayer de faire profiter l’armée de l’air et les futures escadres de tous les enseignements que nous allons tirer de cette nouvelle organisation. Certes, il y a beaucoup de choses à mettre en place. Mais c’est parfaitement réalisable car on sait où on va. Ce nouvel échelon va véritablement mettre de l’huile dans les rouages!" Outre le GRV et l’ESTS appartenant directement à la 31e escadre, elle regroupera également sous son autorité fonctionnelle deux équipes présentes sur la base d’Istres et œuvrant dans le même domaine : l’équipe de marque ravitaillement en vol et transport stratégique du centre d’expériences aériennes militaires et l’équipe d’étude technique centralisée, une unité de la SIMMAD (structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques du ministère de la Défense). (pris en compte )
Sur la base aérienne 133 de Nancy, la création officielle de la 3e escadre de chasse, dont le commandement a été remis au lieutenant-colonel Hugues Poinfert, a eu lieu le 5 septembre 2014. Lors de cette cérémonie, ce dernier a ensuite remis le commandement de l’escadron de chasse 2/3 "Champagne" au lieutenant-colonel Yannick Desbois et celui de l’escadron de transformation Mirage 2000D 2/7 "Argonne" au lieutenant-colonel Sébastien Salgues. (pris en compte )

Création de la 3ème escadre de chasse sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey. - © Armée de l'air


Droits : © Armée de l'air


EE 51 Dunkerque - Evreux (17/09/2014)

Le "Dunkerque" fête ses 50 ans
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 16/09/2014 11:28
Le 12 septembre 2014, la base aérienne 105 d’Évreux a célébré les 50 ans de l’escadron électronique aéroporté 1/54 "Dunkerque", les 25 ans du C 160 G Transall Gabriel ainsi que les 100 ans de l’escadrille MF 20 dont les traditions et l’insigne du « lion de Flandre » ont été repris par l’escadron.

La genèse
La cérémonie militaire s’est déroulée sous la présidence du général Hervé Bertrand, commandant la brigade aérienne d’appui et de projection (BAAP). "C’est au 1er avril 1953 que remontent les origines de l’actuelle 54e escadre quand l’escadron électronique 50.450 de Fribourg-en-Brisgau en République fédérale allemande se scinde en plusieurs unités, a expliqué le général lors de la lecture de l’ordre du jour. Huit mois plus tard, le 1er janvier 1964, est mise sur pied, à Lahr, l’escadrille électronique 54 "Dunkerque", en hommage au tragique épisode de l’opération maritime "Dynamo" de retraite stratégique des troupes britanniques et françaises en juin 1940." L’escadrille est alors chargée de la mise en œuvre des Nord 2501, la célèbre "Grise" en version Noratlas Gabriel.
De la « Grise » au Transall
Le passage du relais entre la "Grise" et le Transall "fer de la lance du transport aérien français" est réalisé au sein de l’unité, à Metz, le 3 janvier 1989 avec l’arrivée du premier C160 Gabriel. "Ce nouveau vecteur permet depuis aux équipages de réaliser de nombreuses campagnes de recueil contribuant à l’autonomie d’appréciation de situation, a précisé le chef de la BAAP. Et de conclure auprès du personnel du « Dunkerque » : Si les missions et les opérations se succèdent, parfois, à un rythme très soutenu et vous portent en toute discrétion sur les théâtres de crise, vous perpétuez l’excellence et l’engagement légués par vos anciens ».

Le général Hervé Bertrand, commandant la BAAP, a présidé la cérémonie des 50 ans du Dunkerque - © Armée de l'air


L'escadron électronique aéroporté 1/54 a reçu la croix de la valeur militaire avec étoile de bronze - © Armée de l'air


La BA 105 a célébré les 50 ans du "Dunkerque" - © Armée de l'air


Droits : © Armée de l'air