Actualités Armée de l'air 30 (2019)


31ème EARTS - Istres (05/10/2019)

(Source : groupe de ravitaillement en vol 2/91 bretagne (facebook)

Ce matin, [vendredi 04 octobre 2019] lors d'une cérémonie qui s'est tenue sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier, notre unité [groupe de ravitaillement en vol (GRV) 2/91 Bretagne] a été renommée Escadron de Ravitaillement en Vol et de Transport Stratégiques 01.031 "Bretagne". Elle est à présent équipée de l'A330 MRTT "Phénix".

(NdlR) Changement au sein de la 31ème EARTS (FAS) (complément d'informations de sources diverses) :
• Le Groupe de ravitaillement en vol (GRV) 2/91 "Bretagne"
devient l’escadron de ravitaillement en vol (ERV) 4/31 "Sologne" (*)
- équipement : 11 C 135-FR
et 3 KC 135-R (*)
- Escadrilles de tradition : LET 465
et SPA BI 54
• L’Escadron de ravitaillement en vol et de transport stratégique reprend le nom et les traditions du "Bretagne", et devient l’ERVTS 1/31 "Bretagne"

- équipement : 2 A 330 MRTT
(à ce jour)
- Escadrilles de tradition : BR 108 "Pégase"
- F 25 "Etoile américaine" - BR 129 "Lapin trimardeur" - SAL 22 "Louve Romaine" ( CFER )
• Le Centre de maintenance MRTT devient l’Escadron de soutien technique aéronautique 15/31 « Camargue ».

Simultanément étaient célébrés les 55 ans des Forces Aériennes Stratégiques (FAS)


Voir vidéo


Les FAS en 1987 (Document pdf)


(*) 4/31 car en prévision (à l'avenir), deux escadrons devraient s'intercaler dont l'actuel ET 3/60 "Estérel"
avec une flotte rénovée
(**) retrait de service prévu en 2025.


A 330 MRTT Phénix de L'ERVTS 1/31 Bretagne - 4 octobre 2019


55 ans des FAS - Crédits : @ E. Bourty / Armée de l'air
Le A 330 MRTT Phénix escorté par 4 Rafale B des FAS - Saint-Dizier - octobre 2019



Sources : Armée de l'air
Droits : ©Armée de l'air


ET 52 - Base aérienne 186 Nouméa-Tontouta (12/10/2019)

(Source : Base aérienne 186 Nouméa-Tontouta (facebook)
Mardi,[08 octobre 2019] l'Escadrille de reconnaissance Outre-mer 80 (EROM 80) célébrait ses 70 ans depuis sa création à Bach-Mai près de Hanoï en 1949.
Les traditions ont été reprises en avril 2016 par l'Escadron de Transport 52. Les 29 membres de l'escadrille se sont vus remettre la fourragère alors que le CASA 235-200 arborait une livrée spéciale pour l'évènement.




CASA 235-200 (52-IC) - ET 52 La Tontouta (Nouvelle Calédonie) décoré à l'occasion des 70 ans de l'EROM 80 - 8 octobre 2019


CASA 235-200 (52-IC) - ET 52 La Tontouta (Nouvelle Calédonie) décoré à l'occasion des 70 ans de l'EROM 80 - 8 octobre 2019


Sources : Armée de l'air
Droits : ©Armée de l'air


Ecole de l'air - Base aérienne 701 de Salon de Provence (21/10/2019)

La promotion 2019 de l’École de l’air dans les ailes de l’EFC1

Mise à jour : 21/10/2019 - Auteur : Aspirant Romain Bresson - Direction : Armée de l'air
Ce vendredi 18 octobre 2019, Florence Parly, ministre des Armées, a confié aux élèves de première année de l’École de l’air, les traditions de l’Escadrille Française de Chasse n°1 (EFC1). Celle-ci fut la première unité militaire reconnue Compagnon de la Libération. À cette occasion, une cérémonie historique s’est déroulée sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence, en présence des représentants de l’Ordre de la libération et des unités Compagnon de la Libération des trois armées.


Désormais, les élèves de première année de l’École de l’air auront la garde du fanion de l’EFC1, et porteront la fourragère noire et verte, aux couleurs de la Croix de la libération. Cette unité historique, créée pendant la Seconde Guerre mondiale, a reçu la Croix de la Libération dès 1941 pour son engagement au service de la liberté, en particulier au siège de Tobrouk, dans la bataille de Crète, la campagne de Syrie et en Méditerranée.
Après une allocution du général Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’Armée de l’air, la ministre des Armées a effectué la remise du fanion de l’unité et la décoration de la croix de la libération. Puis, les élèves ont reçu les fourragères qu'ils ont fièrement arboré. Les troupes ont ensuite défilé sous les ailes de la Patrouille de France. Une cérémonie forte en sens, rappelant à chacun les valeurs qui ont animé les Aviateurs de la France libre en juin 1940.
En coopération avec l’Ordre National de la Libération, l’Armée de l’air a souhaité faire revivre ce patrimoine en recréant l’EFC1 à Salon-de-Provence, où des jeunes filles et des jeunes hommes rejoignent l’École de l’air pour devenir officier. Les élèves de première année récemment incorporés ont été officiellement reconnus comme constituant l’EFC1 et sont désormais dépositaires du titre d’unité Compagnon de la libération. Cette reprise de compagnonnage symbolise la transmission par les anciens de certaines valeurs aux plus jeunes.
Cette cérémonie, consacre des valeurs qui inspirent : la combativité, le sens du devoir, et l’engagement de chacun au profit de la liberté de tous. Elle procède d’un moment historique et d’un témoin pour les générations futures. En appui à cette manifestation, un livre intitulé "Les ailes de la liberté" retraçant l’épopée de l’EFC1 et rendant hommage aux Aviateurs FAFL sera édité et distribué à la promotion.

L’Escadrille Française de Chasse n°1

Symbole de la France qui refuse la collaboration avec l’ennemi, des Aviateurs français ont rejoint les unités de la Royal Air Force (RAF) pour poursuivre le combat. Fin 1940, suite à un accord entre le général de Gaulle et le ministère de l’air britannique, il est décidé que des pilotes de chasse français libres stationnés en Afrique Équatoriale Française seront dirigés sur l’Egypte pour constituer une escadrille française de pilotes portant un uniforme français. Le 9 avril 1941, l’Escadrille Française de Chasse n°1 (EFC1) est créée.
Le 21 juin 1941, l’EFC1 reçoit la Croix de la Libération, devenant ainsi la première unité militaire distinguée. Elle est un creuset de l’Armée de l’air actuelle puisque après sa dissolution elle laisse place aux premières unités des Forces aériennes françaises libres (FAFL). Elle remporte 17 victoires en 165 missions, neuf de ses pilotes sont faits compagnons de la Libération. Un exemple pour les jeunes élèves officiers, qui ont pu mesurer l’engagement de ces hommes au service la liberté.

Le Saviez-vous ?

L'insigne de l'Ordre est la croix de Lorraine, et il porte au revers la devise : «Patriam servando, victoriam tulit» («En servant la patrie, il a remporté la victoire»). Le ruban vert et noir symbolise l'état de la France en 1940, alliant le noir du deuil au vert de l'espérance. La fourragère est une décoration récompensant une unité militaire, pour faits de guerre ou de bravoure exemplaires.

18 octobre 2019 - Remise du fanion de l’Escadrille Française de Chasse n°1 (EFC1) par la ministre des Armées - Crédits : ADC Guillaume Lecomte / Armée de l'air


18 octobre 2019 - Les élèves de 1ère année de L'Ecole de l'air recoivent les fourragères noires et vertes, aux couleurs de la Croix de la libération - Crédits : ADC Guillaume Lecomte / Armée de l'air


18 octobre 2019 - Les troupes ont ensuite défilé sous les ailes de la Patrouille de France - Crédits : ADC Guillaume Lecomte / Armée de l'air


Sources : Armée de l'air
Droits : ©Armée de l'air


GC 1/2 Cigognes - Base aérienne 116 Luxeuil (30/10/2019)

20e anniversaire du Mirage 2000-5

Mise à jour : 24/10/2019 - Auteur : Lieutenant Lise Moricet - Direction : Armée de l'air.
Le 22 octobre 2019, l’Armée de l’air a célébré le 20e anniversaire de l’arrivée du Mirage 2000-5 dans les forces. Pour l’occasion, une cérémonie a été présidée par le général Jean-Luc Moritz, commandant la brigade aérienne de l’aviation de chasse (BAAC), sur la base aérienne 116 de Luxeuil.

En présence d’élus locaux, de famille et d’anciens pilotes de Mirage 2000-5, les Aviateurs ont fêté l’entrée en service de l’avion de chasse, il y a tout juste 20 ans, en 1999. "Héritier d’une longue tradition de chasseurs français, les gènes du Mirage 2000-5 (…) Inscrit dans la lignée du Mirage III, intercepteur de légende, le –5 a rapidement dépassé ses aînés, et permit à la France d’entrer de plain-pied dans le combat aérien du 21ème siècle." a tenu à préciser le général Moritz.

Avec une envergure de plus de 9 m, une vitesse maximale de 2,2 mach (soit environs 2717 km/h) et un monoréacteur, le Mirage 2000-5 constitue une évolution du Mirage 2000C. Il est le premier avion français à disposer de missiles air-air MICA de type FOX 3. Avion de défense aérienne, il a volé sous les couleurs du 5/330 "Côte d’Argent" de 1998 à 2015, du 2/2 "Côte d’Or" de 2000 à 2007 et du 3/30 "Lorraine" de 2010 à 2011.

Aujourd’hui, le Mirage 2000-5 est mis en œuvre, par le groupe de chasse 1/2 "Cigognes" de la 2e escadre de chasse, depuis 2011 sur la base aérienne 116 de Luxeuil. Maillage essentiel à la posture permanente de sureté aérienne de la France, les équipages assurent 24h sur 24, sept jours sur sept la permanence opérationnelle. Le Mirage 2000-5 intervient également dans le cadre de la mission OTAN "Baltic Air Policing" pour lequel il sera à nouveau déployé à l’été 2020 en Estonie, sur la base aérienne d’Amäri. L’avion de chasse est également présent au sein de l’escadron 3/11 "Corse" depuis 2011 et assure la protection de l’espace aérienne de la République de Djibouti.

Enfin, le dernier né de la famille des Mirage, s’est illustré dans des missions d’entrée en premier, comme l’opération Harmattan en Libye en 2011 et lors de la récente mission Hamilton en 2018. "Depuis 20 ans, le Mirage 2000-5 s’est imposé comme le garant de la supériorité aérienne offrant à la France la capacité d’entrer en premier sur un théâtre d’opération." a notamment déclaré le général Moritz. "Raid aérien de très grande ampleur mené en représailles d’attaques chimiques perpétrées par le régime syrien, l’opération Hamilton fut l’occasion pour les Mirage 2000-5 de battre le record de durée de vol pour ce type d’appareil avec près de 10 h de vol, et cinq ravitaillements en vol chacun" a conclu le GBAAC.

20e anniversaire du Mirage 2000-5 Crédits : 5D_


20e anniversaire du Mirage 2000-5 Crédits : © Giovani Teraiamano / Armée de l'air
Mirage 2000-5 n°49 (2-EA) - GC 1/2 (SPA 3, SPA 103, SPA 26) - Luxeuil - 22 octobre 2019

20e anniversaire du Mirage 2000-5 Crédits : © Giovani Teraiamano / Armée de l'air
Mirage 2000-5 n°49 (2-EA) - GC 1/2 (SPA 3, SPA 103, SPA 26) - Luxeuil - 22 octobre 2019

20e anniversaire du Mirage 2000-5 Crédits : © DR

GC 1/2 Cigognes
EC 2/2 Côte d'Or
EC 3/11 Corse
EC 3/30 Lorraine
ECE 5/330 Côte d'Argent


Sources : Armée de l'air
Droits : ©Armée de l'air


Base aérienne 702 - Avord (30/10/2019)

Il y a 95 ans disparaissait le capitaine Georges Madon

Mise à jour : 15/11/2019 - Direction : Armée de l'air
Il y a 95 ans, le 11 novembre 1924, disparaissait le capitaine Georges Madon, As de la Première Guerre mondiale aux 41 victoires, commandant de la SPA38 (escadrille de pilotes d’avions Spad), et parrain de la base aérienne 702 d’Avord..

Après avoir survécu à quatre années de conflit, le "diable rouge", tel qu’était surnommé Georges Madon du fait de la couleur de son Spad XIII, a été victime d’un accident aérien lors d’un vol pour la commémoration de l’armistice du 11 Novembre.
Afin de lui rendre hommage, la base aérienne 702 a consacré plusieurs évènements à son parrain, dont certains à l’initiative de l’adjudant Serge. Cet aviateur passionné d’histoire aéronautique militaire et particulièrement attaché aux traditions a su fédérer les volontés de nombreux acteurs et associer à cette commémoration la SPA 38, escadrille de l’escadron de chasse 3/30 (EC 3/30) "Lorraine" basée à Mont de Marsan.
La base aérienne 702 d’Avord a débuté le cycle de commémoration le 8 novembre par un cross de 8,5km baptisé "les foulées du capitaine Madon" qui a rassemblé 550 participants des formations de l’ensemble de la base de défense de Bourges-Avord. Ce cycle s’est poursuivi par une exposition retraçant la vie du Capitaine Madon, préparée par l’association "les copains d’Avord" et le musée de la base aérienne.
Point d’orgue de ces manifestations, la journée du 13 novembre a débuté par une cérémonie des couleurs et la lecture d’un ordre du jour rendant hommage aux états de service du capitaine Madon. Une délégation de la SPA38 venue de Mont de Marsan avec le fanion de l’escadrille était présente et c’est un sous-officier de l’unité qui a retracé pour l’ensemble du personnel réuni sur la place d’armes le parcours héroïque de ce pilote hors du commun. À l’issue, cette délégation s’est rendue avec les autorités de la base aérienne devant la statue du capitaine Madon pour un dépôt de gerbe. Un Rafale de l’EC 3/30, piloté par le commandant Thibaud, commandant de l’escadrille SPA38, a effectué un passage clôturant la cérémonie.
Cette journée était également marquée par la présence de M. Daniel Marquis, écrivain et auteur d’une biographie de Georges Madon intitulée "Diable rouge". Le commandant Thibaud s’est également rendu disponible pour présenter son Rafale en exposition statique au profit de l’ensemble du personnel d’Avord. Ce dernier était enthousiasmé par l’idée d’une cérémonie ravivant les liens entre la base aérienne d’Avord et la SPA38 : "le Capitaine Georges Madon est la figure emblématique des As de la Première Guerre mondiale pour la SPA 38. Aussi, quand l’adjudant Serge nous a proposé son projet, nous avons fait le nécessaire pour avoir un avion disponible. Les deux sous-officiers présents ont été extrêmement fiers d’avoir été ainsi mis à l’honneur lors des commémorations."
À l’initiative du colonel Laborie, commandant la BA 702, et au regard du succès de cette commémoration, celle-ci est désormais annualisée et fera l’objet d’une édition spéciale pour le centenaire en 2024.

Il y a 95 ans disparaissait le capitaine Georges Madon - Crédits : © Philippine Gautier / Armée de l'air


Il y a 95 ans disparaissait le capitaine Georges Madon - Crédits : © Philippine Gautier / Armée de l'air

Sources : Armée de l'air
Droits : ©Armée de l'air