Actualités Armée de l'air 18 (2016)



Ecole de l'air - Salon de Provence (27/02/2016)

Baptême de promotion à l'École de l'air
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 27/04/2016 14:51
Une cérémonie de baptême des promotions "rang", officiers sous contrat (OSC) et élèves officiers du personnel navigant (EOPN) s’est déroulée vendredi 22 avril 2016 sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence.

Cet événement était placé sous la présidence du général Francis Pollet, commandant l’École de l’air et la base aérienne 701, en présence de nombreuses autorités civiles et militaires, ainsi que des familles des officiers baptisés.
Le baptême est le moment décisif où une promotion trouve son identité et affirme sa cohésion. Elle atteste aussi des qualités de celles et ceux qui s’engagent au service de la France. Cette année la promotion "rang" a reçu le nom du capitaine Élisabeth Boselli et les promotions OSC et EOPN celui du sous-lieutenant Jacques Mathis.
Après la lecture des biographies des parrains par le général Pollet, la cérémonie a été clôturée par un défilé des promotions et un défilé aérien d’avions Cirrus stationnés sur le base salonaise.

Passage en revue des troupes par le général Pollet, commandant l'Ecole de l'air et la base aérienne 701. - © Armée de l'air


Les officiers durant la cérémonie de baptême. Au fond, le bâtiment des études. - © Armée de l'air


La cérémonie s'est terminée par le défilé de deux Cirrus - © Armée de l'air


Biographie du capitaine Élisabeth Boselli

Élisabeth Boselli, née le 11 mars 1914 à Paris, fut la première femme pilote de chasse de l’Armée de l’air française et sera détentrice de huit records du monde. Diplômée de l’École des sciences politiques de Paris en 1935, sa vocation aéronautique se révèle au hasard d’une conférence sur l’aviation. Après avoir obtenu le 1er degré du brevet de pilote de tourisme le 10 janvier 1938, elle accumule les heures et débute une formation à la voltige au sein de l’école Morane. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale entraîne ensuite l’interdiction des vols civils et suspend sa carrière.

En 1944, elle est engagée volontaire avec le grade de sous-lieutenant. L’année suivante, elle est admise dans l’armée de l’air lorsque les écoles de pilotage ouvrent leurs portes aux femmes. Elle se perfectionne aux techniques de la voltige à l’école des moniteurs de Tours et passe avec succès les épreuves du brevet militaire de pilote de chasse. Elle est brevetée le 12 février 1946 mais les vols d’entraînement féminins sont arrêtés peu de temps après en raison de réductions budgétaires. En mai 1947, elle se tourne vers le vol à voile et bat deux fois le record du monde féminin en altitude (4 800 mètres puis 5 600 mètres en avril 1948 sur un planeur Meise).

Réintégrée dans l’armée de l’air en 1952, Élisabeth Boselli rejoint d’abord l’escadrille de présentation basée à Étampes qui deviendra la Patrouille de France. Présentatrice solo, elle se produit sur son biplan de voltige qu’elle a baptisé "Le Rossignol". Après un passage en 1954 par l’école de chasse de Meknès, au Maroc, elle revient en France et vole sur Mistral. Elle battra plusieurs records à bord de cet avion en 1955 (de vitesse Mont-de-Marsan/La Ciotat avec 746,2 km/h, de distance Mont-de-Marsan/Oran AR avec 1 840 km et le 1er mars 1955, record du monde toutes catégories de distance en ligne droite Creil/Agadir avec 2 331 km en 3 h 30).

Après avoir servi en Algérie où elle assure des missions de liaison dans des conditions difficiles à partir de 1957, elle est nommée capitaine en 1959 au service de la navigation aérienne. Revenue à la vie civile en 1969, elle se consacre à la rédaction de ses mémoires, écrit dans la revue Icare et devient présidente de la commission d’histoire et Littérature de l’Aéro-club de France.

Officier de la Légion d’honneur, décorée de la Croix de la Valeur militaire et de la Médaille de l’Aéronautique, elle s’éteint le 25 novembre 2005 à Lyon.
la jeune pilote pendant sa transformation sur réacteur Lockeed T.33 arborant l‘insigne de Meknès - © Armée de l'air

(illustrations extraites du magazine "Air-Actualités" n°598 - février 2007 - article "Elisabeth Boselli - Femme d'action et de réaction" page 58 à 61 - Texte : Corinne Micelli)

Biographie du sous-lieutenant Jacques Mathis

Passionné par l’aviation, le sous-lieutenant Jacques Mathis s’engage dans la toute jeune armée de l’air en septembre 1935 à l’âge de 21 ans. Il rejoint, en mars 1936, les bases aériennes de Nancy puis de Romilly. Il est ensuite affecté à l’école des moniteurs de Salon-de-Provence.

Après la défaite de 1940, il rejoint le groupe de chasse I/4 à Dakar au Sénégal. Hélas, l’armistice est signé, événement que le jeune homme a du mal à accepter. En janvier 1943, il décide de rejoindre les Français libres et le groupe de chasse "Normandie". Il se retrouve sur le front de l’Est début juin 1943 où il est nommé aspirant. Jacques Mathis s’affirme comme un pilote de chasse redoutable. Son moral à toute épreuve et son sang-froid en font un authentique guerrier. Il obtient rapidement quatre victoires officielles. Abattu par surprise le 6 septembre 1943, il réussit à regagner les lignes amies malgré de graves brûlures. Rapatrié en Angleterre, le sous-lieutenant Mathis est affecté, dès sa guérison, en juillet 1944 sur Spitfire. Un mois plus tard, il trouve la mort lors d’un vol de nuit.

Chevalier de la Légion d’Honneur, Compagnon de la Libération, Croix de Guerre avec 5 citations, il est aussi décoré de l’Ordre de la Guerre de l’Union soviétique.

Droits : © Armée de l'air


Commandant Charles Tricornot de Rose - Jonchery-sur-Vesles (Marne) - 09/04/2016

Réservez la date : journée Commandant Tricornot de Rose !
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 06/05/2016 08:00
Jeudi 12 mai 2016, la commune de Jonchery-sur-Vesle (Marne) organise une journée d’étude dédiée au commandant Charles Tricornot de Rose, pionnier de l’aviation militaire.

Le commandant de Rose, dans son Nieuport XI - © Armée de l'air


28 février 1916 : Depuis une semaine, la bataille de Verdun fait rage. Le général Philippe Pétain, récemment désigné défenseur de Verdun, lance au commandant Charles Tricornot de Rose : "Balayez-moi ce ciel ! Je suis aveugle". Le commandant de Rose réorganisa alors l’aviation française qui reprit en avril la maîtrise du ciel. Elle doit son salut d’une part à l’engagement sans faille des pilotes et d’autre part aux tactiques développées par le commandant de Rose. Sans pour autant marquer la fin des exploits individuels, avec le commandant de Rose, la chasse est née.
En mai 1916, lors d’un vol de démonstration, le commandant de Rose décède dans l’accident de son Nieuport.
Afin de revenir sur le parcours de ce pionnier de l’aviation militaire, une journée d’étude lui sera consacrée jeudi 12 mai 2016, dans la salle municipale de Jonchery-sur-Vesle. Organisée par le centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH) et la mairie de Jonchery-sur-Vesle. Cette journée, destinée aux curieux comme aux passionnés, sera l’occasion de rendre hommage à celui que l’histoire désigne comme le père de l’aviation de chasse française.

Au programme de cette journée :
09 h 00 : Ouverture : M. le maire de Jonchery-sur-Vesle et autorités militaires. Président de séance : général de corps aérien (2S) Patrick Charaix
09 h 30 : professeur des Universités Jean-Noël Grandhomme (Université de Lorraine-Nancy) : "Le parcours de Charles de Tricornot de Rose avant 1914",
10 h 00 :professeur des Universités François Cochet (Université de Lorraine-Metz) : "De Rose et les questions techniques",
11 h 00 :Mme Thérèse Krempp : "De Rose et l’emploi de l’aviation",
11 h 30 :capitaine Christian Brun (CRéa) : "L’imaginaire du pilote en 1914-1918",
12 h 00 -
12 h 30 :
débats,
13 h 30 : lieutenant-colonel Jean Bourcart (officier de l'arme blindée cavalerie, docteur en histoire, chef du bureau Terre au département "Histoire et Symbolique" du service historique de la Défense (SHD)),
14 h 00 : Emeric de Tricornot de Rose, arrière-petit-fils du commandant,
14 h 15 : Hervé Chabaud (rédacteur en chef du journal l’Union) : "La personne de l’As vue par la presse",
14 h 45 : Marie-Catherine Villatoux (chef de la division Air au département "Histoire et Symbolique" du SHD) : "A l’opposé de l’image de l’as : les "rampants" en 1914-1918",
15 h 15 : général Patrick Charaix: "La mémoire de de Rose dans l’armée de l’air d’aujourd’hui",
15 h 45 : conclusions : professeur des Universités François Cochet,
16 h 30 : cérémonie militaire en présence du général de brigade aérienne Philippe Lavigne, général commandant la brigade aérienne de l’aviation de chasse."

Droits : © Armée de l'air


CIET 340 "Général Lionel de Marmier" - Orléans - 01/06/2016

Le CIET fête ses 70 ans !
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 30/05/2016 15:11 - Auteur : Marie Broyer
Samedi 28 mai 2016, le centre d’instruction des équipages de transport 340 "Général Lionel de Marmier" a célébré ses 70 ans d’existence. Retour sur une cérémonie haute en couleurs.

Le centre d’instruction des équipages de transport (CIET) 340 a fêté son 70e anniversaire sur la base aérienne 123 d’Orléans-Bricy. Présidée par général Claude Tafani, directeur des ressources humaines de l'armée de l'air, et en présence du lieutenant-colonel Le Floch, anciens commandants du CIET, une cérémonie empreinte d’émotion s’est déroulée sur la base aérienne 123 d’Orléans-Bricy. Saluée par le passage d’un TBM 700 et d’un Falcon 900, elle fut l’occasion de mettre en avant les hommes et les femmes de cette unité emblématique. Ainsi, à travers l’ordre du jour, le général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air, a tenu à rappeler les missions et l’engagement du CIET 340 : "Durant toutes ces années, le CIET n’a eu de cesse de participer, dans le cadre de ses missions régaliennes, à des exercices ou des opérations aéroportées majeures, ainsi qu’a des missions opérationnelles sur tous les continents." Le CIET a notamment servi dans le cadre de l’opération Serval en 2013.
À l’occasion de cette cérémonie d’anniversaire, des fanions ont été remis aux trois escadrilles qui reprennent les traditions des escadrilles d’origine. La réorganisation du CIET 340 en 2015 s’est, en effet, accompagnée de l’apparition de trois nouvelles escadrilles: l’escadrille Opérations, qui reprend le nom et les traditions de l’escadrille de liaison aérienne (ELA) 53, l’escadrille Standardisation, qui reprend les traditions de l’ELA 46, et l’escadrille Instruction, qui reprend les traditions de l’ELA 57. Le CIET a pour mission principale de former les équipages de transport aérien militaire de façon à leur permettre de réaliser toutes les missions logistiques et tactiques qui sont les leurs en temps de paix comme en temps de guerre.
Lors de cette cérémonie, le médecin général inspecteur (MGI) Valérie André, ancienne de l’ELA 53, a remis, conjointement avec le général Claude Tafani, le fanion de l’ancien ELA 53 au commandant de l’escadrille Opérations. Une pale de rotor anti-couple décorée des insignes de l’unité a été remise au MGI Valérie André.

© Armée de l'air


Le médecin général inspecteur (MGI) Valérie André, ancienne de l’ELA 53, a remis, conjointement avec le général Claude Tafani, le fanion de l’ancien ELA 53 au commandant de l’escadrille Opérations. © Armée de l'air


© Armée de l'air


Une pale de rotor anti-couple décorée des insignes de l’unité a été remise au MGI Valérie André. © Armée de l'air


Hommage au capitaine Aude Tissier
Un hommage a été rendu au capitaine Aude Tissier, décédée en 2003 dans l’accident d’un Casa en Ariège.
Âgée de 28 ans, elle était pilote au CIET et était l’une des rares femmes pilotes de transport. Elle était également la seule femme à former des pilotes de transport. Le 28 mai, une salle portant son nom a été inaugurée en présence du général Claude Tafani, du lieutenant-colonel Le Floch et de la famille du capitaine Aude Tissier. Ils étaient accompagnés par des brigadiers et des camarades de promotion du capitaine.


© Armée de l'air


EC 2/8 Nice - 8ème escadre de chasse - Cazaux - 25/06/2016

Les SPA 73 et 78 sont centenaires !
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 24/06/2016 14:49
Jeudi 17 juin, la base aérienne (BA) 120 de Cazaux célébrait les cent ans des escadrilles SPA 73 et 78. Un événement majeur pour la chasse aérienne française.

Organisé par le lieutenant-colonel Raphaël Nal, commandant la 8e escadre, la cérémonie d’anniversaire était présidée par le général Philippe Lavigne, commandant la brigade aérienne de l’aviation de chasse, accompagné du colonel Fabien Lefèbvre, commandant la BA 120. L’événement réunissait les anciens des deux escadrilles centenaires et des jeunes officiers français et belges, actuellement en formation sur la base cazaline.
Après la cérémonie, les invités ont pu assister à une présentation aérienne. Un Rafale, la patrouille des Red Devils, originaire de Belgique, un F16, l’équipe de voltige de l’armée de l’air et la Patrouille de France étaient réunis pour rendre hommage à ces centenaires d’exception.

Zoom sur… la 8e escadre de chasse
Constituée des escadrons 1/8 "Saintonge" et 2/8 "Nice", la 8e escadre de chasse est une unité de formation de pilotes de chasse. Les instructeurs y dispensent à des élèves français et belges une formation au combat aérien et au tir air-sol. Un troisième élément, l’escadron d’entraînement 2/2 "Côte d’Or", joue le rôle d’agresseur lors des simulations d’attaque aérienne.
Tous sont appuyés par l’escadron de soutien technique aéronautique "Pilat", qui assure la maintenance des Alphajet de la BA 120. La 8e escadre de chasse compte en tout près de 450 personnes et 40 aéronefs. Elle totalise 9 000 heures de vol annuellement.

© Armée de l'air


Alpha Jet B n°? (AT-33) et n°1030 (AT-10) de l'EC 2/8 Nice, décorés pour le centenaire des SPA 73 et SPA 78 © Armée de l'air


Alpha Jet B n°1030 (AT-10) et n°? (AT-33) de l'EC 2/8 Nice, décorés pour le centenaire des SPA 73 et SPA 78 © Armée de l'air



Les fanions des escadrilles SPA 73 et SPA 78 © Armée de l'air


Voir autres photos

© Armée de l'air


ET 1/61 Touraine - Orléans - 17/09/2016

Journée des Anciens au Touraine
(Source : page Facebook de l'unité - 19 juillet 2016)

Le 24 juin dernier avait lieu la Journée des Anciens au Touraine.
A cette occasion et en présence de nombre de nos glorieux prédécesseurs étaient organisés plusieurs événements :
Les escadrilles VB101 "Opérations" et BR113 "Équipages" ont reçu leurs fanions et le droit de porter leur insignes d'escadrilles dûment homologués ; Le président de Ratier-Figeac à inauguré en présence d'autorités l'hélice d'A400M offerte par sa société qui trône dorénavant devant les bâtiments du Touraine ; Ceci s'est terminé par un repas de prestige sous la dérive de l'A400M pour célébrer les liens qui nous unissent à nos anciens.









CIEH 341 "Colonel Alexis Santini" - EH 5/67 Alpilles - Orange - 01/07/2016

Fanions, macarons et poignards sur la base aérienne d'Orange
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 28/06/2016 17:18
Mardi 21 juin 2016, sur la base aérienne 115 d’Orange avait lieu une cérémonie de remise d’insignes à des élèves du centre d’instruction des équipages d’hélicoptères (CIEH) 00.341.

Remise de fanions, remise de macarons, remise d’insignes de brevet spécialité : sur le tarmac de la base aérienne 115 "Capitaine de Seynes", c’est une cérémonie haute en couleurs qui s’est déroulée, présidée par le général Hervé Bertrand, commandant la brigade aérienne d’appui et de projection. L’escadron d’hélicoptères 5/67 "Alpilles" a ainsi reçu deux fanions d’escadrilles : celui de la première escadrille 4/67 "Durance" et celui de la deuxième escadrille VB 135. Le CIEH "Colonel Alexis Santini " a reçu, quant à lui, le fanion de l’escadrille GAO (groupe aérien d’observation) 2/520, héritant ainsi des traditions qui lui sont associées.
Ensuite, neuf jeunes pilotes en formation au CIEH ont reçu leur macaron des mains de leur parrain. Deux d’entre eux ont également reçu leur poignard d’officier.
Cette cérémonie fut saluée par le passage de trois Fennec du CIEH et de l’EH 5/67 "Alpilles".

Le fanion de l'EH 5/67 "Alpilles" © Armée de l'air


C'est le général Hervé Bertrand qui présidait cette cérémonie © Armée de l'air


Neuf jeunes pilotes en formation au CIEH ont reçu leur macaron des mains de leur parrain. Deux d’entre eux ont également reçu leur poignard d’officier © Armée de l'air


Droits : © Armée de l'air


EFISOAA - BA 721 - Rochefort - 01/07/2016

Rochefort : Baptême de la promotion 2015
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 24/06/2016 16:51
Le baptême de la promotion 2015 de l’école des sous-officiers de l’armée de l’air (EFSOAA) de Rochefort s’est déroulé ce mercredi 22 juin 2016.

Place d’arme de la base aérienne 721 de Rochefort : un mille-pattes s’avance. Ils sont près de 740 élèves sous-officiers et officiers mariniers à être baptisés ce jour-là, en présence du général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), du général Claude Tafani, directeur des ressources humaines de l’armée de l’air, et du colonel Didier Tisseyre, commandant la base école de Rochefort.
Cette cérémonie traditionnelle constitue un événement marquant dans la carrière des sous-officiers, puisque ceux-ci prennent ce jour-là pour parrain un aviateur qui s’est particulièrement illustré par ses actes. Ainsi, la promotion 2015 est baptisée "Lieutenant René Sorbon" (*). Un parrain d’exception, comme en témoigne le sergent Élodie, représentante de la promotion 2015 : "Notre parrain est un modèle pour tout militaire puisqu’il s’est investi pleinement pour son pays, en allant jusqu’au sacrifice suprême lors d’une mission de récupération."

La promotion « Lieutenant René Sorbon » est aussi parrainée par l’escadron d’hélicoptères 5/67 "Alpilles".

(*) source "Aérostèles" : Lieutenant aviateur René SORBON, officier aviateur, Mort pour la France le 20 mai 1940 au cours d'une mission de récupération d'un avion dans la forêt de Laon.



Pour clore cette cérémonie, deux Rafale du régiment de chasse 2/30 "Normandie-Niémen" ont survolé le dispositif.


Droits : © Armée de l'air


EC 1/7 Provence - Saint-Dizier - EC 3/30 Lorraine - Al-Dhafra (EAU) - 26/06/2016

Echange des traditions
(source : Facebook Armée de l'air)

Ce vendredi 24 juin 2016, les traditions de l' Escadron de Chasse 1/7 Provence ont été remises à son nouveau commandant et transférées vers la base aérienne 104 d'Al-Dhafra (EAU). Le personnel, pour sa part, retire le blason bleu de sa tenue pour, désormais, porter celui de l' Escadron de Chasse 3/30 "Lorraine" ! Pour cette unité, c'est une nouvelle page de son histoire qui se tourne. Après sa réactivation en 2010 comme unité "Rafale" sur la base aérienne 104 d'Al-Dhafra, ses couleurs reviennent sur le sol national en intégrant la 30e Escadre de Chasse.

(source : Facebook EC 1/7 Provence)
Pour résumez la situation :

1. Ce sont les traditions qui ont été transférées, pas les personnels ni les avions. Les pilotes et administratifs qui encore hier portaient l'insigne de l'Escadron de Chasse 1/7 "Provence" ont simplement changé de broche ou de patch pour arborer celui du 3/30. Il n'y a aucun déménagement d'avions ou autres.

2. Les avions portent encore l'insigne du 1/7, mais ils seront progressivement repeints aux couleurs du 3/30. Il en va de même pour ceux du 3/30 à la BA 104 qui recevront les couleurs du 1/7.

3. Pour l'instant, le 3/30 est toujours à Saint Dizier, dans les murs de l'ex-1/7. Courant juillet 2016, personnels et matériels déménageront vers leur nouvelle base, à Mont-de-Marsan. (pris en compte )

4. Les locaux que nous occupons actuellement seront ensuite adaptés pour recevoir l'Escadron de Chasse 2/4 La Fayette à partir de 2017.

Concernant les traditions du nouvel EC 1/7 "Provence" qui s'installe sur la BA 104 d'Al-Dhafra, il faut retenir quatre données essentielles :

1. La SPA 77 "Croix de Jérusalem", 2e escadrille de l'EC 1/7, sera mise en sommeil après un dernier défilé au-dessus des Champs Élysées le 14 juillet prochain. (pris en compte )

2. Le 1/7 sera ensuite un escadron avec deux escadrilles : la SPA 15 "Casque de Bayard" et la nouvelle, réactivée au début du mois de juillet, la III/7(6) "Tête de Furie" (illustration ci-contre). (pris en compte )



3. Le nouvel insigne du 1/7 sera bientôt apposé sur nos montures sur la BA104.

4. L'escadrille SPA 162 a été transférée vers l'Escadron de Chasse 3/30 "Lorraine". (pris en compte )


Deux avions de l'EC 3/30 Lorraine au-dessus d'un territoire désertique. A droite, le n°113 porte en face gauche de la dérive l'insigne de la SAL 56. Par tradition, la face droite est seule occupée par le blason du "Lorraine", comme le montre le n°140, à gauche.
Sur cette photographie, les avions arborent encore l'ancienne nomenclature avec le numéro de base sous le cockpit. Le 104 fait référence à la base aérienne 104 d'Al-Dhafra (EAU) où nous étions basés jusqu'en juin 2016 - © Armée de l'air



© Armée de l'air


EC 1/7 Provence - Saint-Dizier - EC 3/30 Lorraine - Al-Dhafra (EAU) - 01/07/2016

Transfert de traditions à Saint-Dizier
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 01/07/2016 10:55 - Auteur : Marie Broyer
Vendredi 24 juin 2016, sur la base aérienne 113 "Commandant Antoine de Saint-Exupéry" de Saint-Dizier, une prise d’armes a marqué un tournant important pour cette base emblématique de l’armée de l’air.

Présidée par le général Philippe Lavigne, commandant la brigade aérienne de l’aviation de chasse, cette prise d’armes était l'occasion de commémorer le centenaire de l’escadrille SPA 77 "Croix de Jérusalem" et d'assister au transfert des traditions des escadrons de chasse 1/7 "Provence" et 3/30 "Lorraine". La SPA 77, tout juste centenaire, sera mise en sommeil au lendemain du 14 juillet prochain, tandis que la SPA 15 "Casque de Bayard" suivra le "Provence" sur la base aérienne 104 d’Al Dhafra. La SPA 162 et ses traditions seront reprises, quant à elles, par l’escadron de chasse 3/30 "Lorraine" à Mont-de-Marsan. (pris en compte )







La SPA 77 :

Basée depuis 1973 à Saint-Dizier, l’escadrille 77 "Croix de Jérusalem" fut créée en 1916. Rattachée à l’escadron de chasse 1/7 "Provence", cette escadrille s’est notamment illustrée lors des deux guerres mondiales.
Équipée de Jaguar, la SPA 77 est allée en Irak, à Mururoa, ou encore en Bosnie. Le 27 juin 2006, elle était déclarée opérationelle sur Rafale. Une nouvelle page débutait alors pour l’escadrille et ses personnels, qui se sont distingués par la suite dans les cieux afghan, libyen, malien et sub-saharien, dans le cadre de l’opération Barkhane, et dans le ciel irakien lors de l’opération Chammal.



ETR 2/92 Aquitaine (4 EC) - Saint-Dizier - 27/06/2016

Une troisième escadrille pour l'ETR 2/92 Aquitaine : la SPA 160 "Diable rouge"
(source : Facebook ETR 2/92 Aquitaine - vendredi 24 juin 2016)

(pris en compte )

Pour les spotters, retenez que le premier Rafale orné du diable de la SPA 160, nouvelle escadrille de l'ETR, est le n°304 - © Photo : ETR 2/92 Aquitaine


© Armée de l'air