Contributions page 29

 



Insignes du GIRA 591 de Villacoublay - Olivier Baillon (29/11/2017)

[...]"L'état-Major créé également trois Centres Spéciaux d'Instruction et d'Entrainement des Réserves (CSIER). Ces centres permettent un entrainement complet des pilotes, observateurs, mitrailleurs et radiotélégraphistes dans toutes les subdivisions d'arme (chasse, bombardement, observation). Le plus grand CSIER est créé à Orly, pour les huit cents pilotes et les trois cent cinquante observateurs, mitrailleurs et radio. Pour permette à chacun de s'entrainer et au cas ou un réserviste ne trouve pas de place en escadrille, en Cercle Aérien, le ministre de l'Air avait maintenu provisoirement les Centres Aériens civils de Lyon, Douai et Angers. En 1934 il est prévu que les centres de Lyon et Douai soient transformés en CSIER."

Je pense que les insignes ci-dessous sont ceux du CSIER de Lyon, celui de droite pour le cercle de bombardement, l'autre pour le CSIER lui même (présence des 3 chevrons inversés bleu-rouge et vert, observation, bombardement et chasse), les CSIER étant les seules unités ou les réservistes peuvent suivre ces 3 instructions. Le lion représente la ville de Lyon. Le Hanriot 436 en photo n'est pas à priori de la 1ère escadrille du GAO 2/561 de Villacoublay ou 1ère escadrille Chasse du GIRA 591 de Villacoublay. Enfin c'est ce que je pense… [...] (pris en compte )




Insignes du GIRA 591 de Villacoublay (suite) - Cercle Aérien de Lyon (Groupe Bombardement) - Patrice Gout (24/02/2018)

[...] Voici la photo du Cercle Aérien Régional (CAR) de Lyon (groupe de bombrdement ?) [...] et les fiches qui attestent cette identification (pris en compte )






Au sujet de la SAL 33 - Yvon Goutx (06/12/2017)

[...] 1 - Concernant la photo du Mirage III R n°306 (33-CO), selon le 3ème volume sur les Mirage III, de B. Chenel, E. Moreau et M. Liébert, le n°306 F-UICT (comme le n°315 F-UICL ont reçu cet insigne de l’EB 2/92 lors d’une campagne de tir à Cazaux de l’ER 1/33 “Belfort”. Cette campagne de tir a eu lieu du 4 au 30 novembre 1973. Ensuite il y a une petite erreur dans le livre qui dit : "Pendant ce temps, l’ER 03/033 envoie 3 pilotes et 2 avions à Bordeaux pour un échange avec la 92ème EB du 5 au 16 novembre". Juste en dessous on peut voir le Mirage IIIR n° 315 arborant cet insigne de l’EB 2/92 (au niveau du flan droit du réacteur, sous l’avant de la dérive (voir photo jointe et la légende d’Eric Moreau, dit “le Mirage IIIR n°315 porte, souvenir d’un détachement de Vautour IIBR, l’insigne de l’EB 2/92 à l’arrière du fuselage.
Je suis convaincu que le détachement du 5 au 16 novembre 1973 était effectué avec les 2 avions (le 306 et le 315) de l’ER 1/33 “Belfort” [...] (pris en compte )




[...] 2 - Concernant la photo du Mirage III R n°335 (33-CO), (contribution validée par Alain Hamon, c'est l’insigne de L’AG 51 Immelmann qui était basé à Bremgarten qui était un hibou [...] (pris en compte )




Au sujet de la SAL 33 (suite) (07/12/2017)

(Ndlr) Il faut relever :
- la présence du dessin d'un éléphant sur le flanc gauche d'un Farman 40 de l'escadrille F 33 en 1916 ou 1917
- celle d'une tête d'éléphant, tête haute sur le flanc d'un F5 Lightning du GR I/33 Belfort en 1946 ou 1947
On peut se demander si ce fait ne relève seulement que d'une simple coïncidence.





Au sujet du GLA 48 - Bernard Gaudineau (14/12/2017)

[...] Pour compléter vos infos concernant le GLA 48 stationné à Dakar-Ouakam à l'origine puis, à Dakar-Yoff vers déc. 1957 ou, Janv. 58 ?.
Lors de mon séjour d'avril à décembre 1961, le GLA 48 était équipé de six Douglas C-47B "Dakota" :
 - FSCGC n°15-883 puis n°42-93715
 - FSCGD n°44-76699
 - FSCGE n°43-15072
 - FSCGF n°41-38592
 - FSCGG n°43-49593
 - FSCGH n°43-48484
 
 Voici trois photos :
 img 284 & 285 : C-47B n°15-883 FSCGC, lors cérémonie de prise de commandement du Cdt Rondeau (2,05 m) remplaçant le Cdt Peychet
(zoom 1 - zoom 2 - zoom 3)


voir légende ci-dessus (zoom 1 - zoom 2)


 img 283 : C-47B n°43-49593 FSCGG escale à Tidjikja le 15/06/1961- ligne 3330, dite "Le Mauritanien" (de Yoff à Néma en 7 à 8 escales)  

 [...] Dans le hangar à côté du nôtre à Yoff, était stationnée l'escadrille sénégalaise (personnel français en majorité) équipée également de 2 ou peut-être 3 C-47 dont le n° 44-76356.
De plus, concernant, l'équipement du GLA 48 en avion de transport qui, de 1958 à 1963, outre quelques "Alouettes II" dont le nombre m'échappe, l'unité a exploité uniquement des C-47 "Dakota" et était basé non pas à Ouakam, mais à Yoff ...
 [...]
1/Parmi les types d'avions qui ont été en service et qui ne figurent pas sur votre site, le GLA 48 stationné à Ouakam, selon mon camarade Claude Lanssade (affecté de août 53 à mai 56) comprenait 2 escadrilles:
 - la 1ère escadrille équipée de LeO 453 (version à moteurs P &W du LeO 451) et de Ju 52/AAC 1.
 - la 2ème escadrille était équipée de "Flamand" Dassault MD 312 et/ou 315 ? et de "Broussard" MH 1521.
2/ Le terrain de Ouakam n'était pas "dakotable" d'où, avec l'affectation des C-47 "Dakota", le GLA a rejoint Yoff ... aux environs  de déc. 1957 ou janv. 58 ? cela, en tenant compte des dates d'affectation, selon l'étude publiée par l'ami Pierre Cornu :
 -FSCGC sn 42-93715 en 06/61 (c'était précédemment l'indicatif du C-47 N° 15-883 des photos de la prise de commandement du Cdt Rondeau et, N° d'avion que je ne retrouve pas sur le document de Pierre Cornu ?...)
 -FCSGD sn 44-76699 en 12/57
 -FSCGE sn 43-15072 en 12/57
 -FSCGF sn 41-38592 en 04/60
 -FSCGG sn 43-49593 en 04/63 (mais déjà présent en 1961, puisque j'en volé de nombreuses fois à son bord !)
 -FSCGH sn 43-48484 en 06/59
 En ce qui concerne le FSCGB sn 44-76356, affecté au GLA 48 en 01/58, il a été versé à la "Sénégalaise Air Force" le 17/03/61 sous l'indicatif 6W-SAB. [...]
 
Le rectangle "Après" ne devrait-il pas renvoyer au GAMOM 81 ??? De plus, ce GAMOM avec ses Nord 2501 "Noratlas", devait être basé à Dakar-Yoff et non à Ouakam, pour la même raison que pour les C-47 ?...  [...]

(Ndlr) Pas d'accord parceque le GAMOM 81 a une autre filiation, débutant par l'EPS 1/81 passant par l'EOM 81 et le GAMOM 80 ... à voir pour le stationnement)

• Lignes régulières sur C 47 " Dakota " du GLA 48 à Dakar-Yoff (1961)
3305 : Dakar Yoff - Nouakchott - Akjoujt - Atar - Port Etienne - Atar - Yoff
3320 : Yoff - Bobo Dioulasso - Bouaké - Niamey - Agadès - Zinder / et retour
3329 : Yoff - St Louis - Noakchott - Boutilimit - Tidjikja - Tamchakett - Aioun el Atrouss - Timbédra - Nema / et retour via Aleg
3330 : Yoff - St Louis - Nouakchott - Boutilimit - Aleg - Tidjikja - Aioun el Atrouss - Timbédra- Nema / et retour via Moudjéria

[...] (pris en compte )


Au sujet du GLA 48 (suite) - Didier Fillaud (21/12/2017)

[...] Suite à la contribution de Bernard Gaudineau, voici quelques compléments sur le GLA 48 de Dakar.

Prenant la suite de la SAEL 372 créée en 1944, le GLA 48 apparaît au 01/01/1948 dans les archives du SHAA. Les avions employés sont d’une grande variété (et d’un âge certain!). Pour l’escadrille de liaison on trouve à différentes époques des mélanges de Stinson HW-75, Caudron Pélican, Luciole, Goéland, NC-701/702 Martinet, N1000 Pingouin, MS500 Criquet. Pour le transport des Glenn Martin 167, LeO 45/453 et bien sûr l’incontournable AAC1 Toucan (“Julie” pour les équipages!).

Puis apparaissent des avions plus “modernes”: le MD 315 Flamant, puis le C47 et le MH 1521 Broussard. Les hélicoptères Bell 47 arrivent en 1957. Fin 1957, l’encombrement des parkings avec l’arrivée des T6 de l’EALA 3/73 va entrainer le déménagement (terminé en juillet 1958) vers le terrain de Yoff. En effet la proximité de ce dernier limitait déjà, depuis la fin de la guerre, le développement du trafic à Ouakam. Cependant la base reste implantée à Ouakam avec les mess, services techniques, médicaux… Seuls les avions partent pour Yoff dans un hangar sur le sol duquel est dessinée une superbe mosaïque représentant l’insigne “au touareg” du GLA 48 (mosaïque qui était encore visible récemment malgré la cession du hangar après l’Indépendance).

Au début des années 60, le GLA 48 dispose de 6/8 Broussard, 6/8 C 47 et entre 3 et 9 Bell 47. La dissolution intervient le 31/10/1963: les Dak rejoignent le GT 1/63 Bretagne à Thiès et les autres appareils permettent la création du GAMOM 81.

Le 1/11/1963 cette dissolution du GLA 48 ainsi que la dissolution du Datef 164 d’Atar (Mauritanie) équipé de Flamant, entraine le regroupement des aéronefs à Yoff sous la bannière du GAMOM 81 (je sais bien, Henri, qu’on ne contrarie pas son moniteur mais la filiation du GLA et du GAMOM sont véridiques: voir pièce jointe!). Le GAMOM est dissous le 31/03/1965, il donnera naissance à une escadrille éphémère qui sera dissoute dès la fin 1965.

Des N2501 seront ensuite détachés à Dakar par rotation des escadrons de métropole: ce détachement sera pérennisé en 1970 avec la création de l’ETOM 55.[...]




Au sujet du GE 313, 2ème EIV - foulard identifié - Didier Bonnet (19/12/2017)

[...] En me promenant sur www.traditions-air.fr/, j’ai trouvé dans les photos du GE 313 d'Aulnat un foulard représentant un singe brodé sur un tissu de soie bleue clair et identifié par « Promotion xx x ».
C’était l’emblème de la promo 70/3 (kilo)…
La queue du "babouin" est en forme de 3, Le babouin était le surnom du commandant du 2ème escadron "Cdt Rousseau" à cause de ses longs bras … et le singe trainait son casque comme un boulet… La vie n’était pas drôle tous les jours…
Voilà, c’était pour info [...] (à prendre en compte )

Sur cette photo (EFIPN) je suis le seul à porter le "chapeau" ??
De gauche à droite, les 8 au premier plan : (?) - Patrick Huet - (?) - (?) - Jacques Rambach - Bernard Perticoz (partiellement caché) - Michel Haize
Les 9 au 2ème plan : Bernard Bégon - Cartier - Alain Franzoia - (?) - Jean-Maurice Combemorel - Gérard Legauffre - de Jaegger - (?) accroupi - Didier Bonnet
Les 3 à l'arrrière plan : Jacques Gervaise - (?) - Eric Coutray de Pradel


 
(Ndlr) Un grand merci, c'est donc le foulard de la promotion 70K.
En étant un peu plus attentif, j'aurais pu m'en apercevoir sur l'une des photos du bar de l'escadron

Dautre part, à la vue de cette photo de promotion, j'en déduis que c'est Patrick Huet, mon élève attitré de cette promotion qui m'a donc offert ce foulard. Je garde un excellent souvenir de ce dernier et reste très fier de sa réussite dans l'Armée de l'air (entre autres, présentateur alpha du Jaguar à la 11, équipier de la Patrouille de France 1984-1986, il a ainsi notamment participé à la première tournée aux US)



Au sujet de BA 108 de Marignane - Benoît Colin (05/01/2018)

[...] Savez vous à quelle date la BA 108 (Marignane) a été créée ou a pris ce numéro.
En effet, le GC I/8 (et la 8ème escadre) y a été basée à partir du 1er janvier 1936. Or tous les gens qui sont affectés à cette unité sont en général affectés à la BA 105 (Lyon Bron) dans les documents que je trouve. Pour certains d'entre eux, il est dit qu'ils passent à la BA 108 de Marignane le 15 octobre 1936. J'ai l'impression que c'est la date que je cherche. Avant cette date, il semble que la base aérienne de Marignane n'était qu'un détachement de la base de Lyon. il est vrai que Marignane est une base d'origine Marine, et la 1ère unité air à y être basée est la 8ème escadre qui a une origine Marine. il a donc peut être fallu une dizaine de mois pour nommer cette base dans le système air. Le très bon site Traditions air nous dit par ailleurs que la 8ème escadre est seule sur cette base jusqu'en janvier 1937. Votre avis ?
Cette question est significative, car celà voudrait dire que tous les gens qui ont été à la 8ème escadre et qui sont dit être en poste à la BA 105 sont en fait à Marignane, et ne sont peut être jamais passés par Lyon. (à prendre en compte )

NB : j'ai trouvé ce très bel insigne du Lion dans la collection de mon Grand père ! Taille réelle 2 cm de long [...] (pris en compte )



(Rdlr) Je ne sais que répondre pour la BA 108 de Marignane : j'ai recherché dans l'ouvrage du SHAA traitant des insignes des bases aériennes (Bernard Thévenet), logiquement, l'historique de cette base n'a pas été abordée, elle est juste citée BA 108 par le fait qu'elle n'a jamais été dotée d'un insigne ... Affaire à suivre ...


Complément d'informations : Le créateur de cet insigne est Levavasseur, un marin. Avez-vous contact avec sa famille a tout hasard ?




Au sujet de BA 108 de Marignane (suite) - Benoît Colin (14/01/2018)

[...] Pour apporter un peu d'eau au moulin concernant la BA 108, voici un extrait (que j'ai rendu volontairement dépersonnalisé), d'une fiche matricule d'un mécano qui a été au GC I/8. On voit clairement sur sa fiche matricule qu'il est dit "nommé à la BA105" (c'est à dire Lyon) avec la mention "8ème escadre", ce qui est incongru puisque cette escadre n'y a jamais été. D'où ma théorie que le terrain de Marignane était un détachement de Lyon jusqu'au 15/10/1936, date à laquelle cette homme "passe" à la base de Marignane. Il n'a pas dû faire un long déménagement, car il était déjà à Marignane. Donc pour le moment, je pense que la création de la dénomination BA108 ou Base aérienne de Marignane date du 15/10/1936.[...]




Au sujet de BA 108 de Marignane (suite) - Christian Maillot (29/01/2018)

[...] Au sujet de la Base aérienne 108 de Marignane, une 8e Escadre aérienne (5e Brigade aérienne de Lyon dont l'état-major est commun à la B.A. 105) est bien listée dans " État des officiers de l'Armée de l'air... Arrêté au 1er juillet 1936 ", mais aucune trace de B.A. 108, néanmoins, le Groupement des services administratifs de la B.A. 105 dispose d'officiers chargés des moyens administratifs de la 8e escadre et le Parc de la B.A. 105 a une annexe à Marignane. [...]


Au sujet d'une légende photo (GC I/4 - SPA 153) - Benoît Colin (14/01/2018)

[...] Un des pilotes qui a été au GC I/8 pendant la période mai / juin 40 est René Darlay. J'ai la chance d'avoir sa photo d'identité garantie. Voir ci joint.
Comme il est ensuite passé au GC I/4 j'ai cliqué sur Traditions Air, et je suis tombé sur la photo jointe légendée "Henri Vérant à bord d'un Curtiss H 75 - GC I/4 (SPA 95 - SPA 153) - Dakar Ouakam 1941 - 1942". Or on reconnait parfaitement René Darlay sur cette photo ! Aucun doute possible ! La raie des cheveux, le sourire, le port de tête penché ! Pouvez vous me dire qui a fait cette légende et pourquoi ? Au passage j'aimerai avoir une copie HD de cette image puisqu'elle rentre dans le cadre des pilotes du GC I/8..[...] (pris en compte )




Farman F 60 et F 63 - François-Xavier Bibert (05/02/2018)

[...] Suite à un fil récent "aéroforums" concernant un Goliath j’ai été en contact avec M. Dominique Rouchon (que je ne connais pas).
Il me signale une erreur sur ma page "Chartres" concernant la légende d’un Goliath : ce serait un F.60 et non un F.63.
Cette photo que Jean-Paul m’avait transmise figure également sur le site "Traditions air" [...], avec sans doute la même erreur...

les explications de M. Rouchon ...
Concernant cette machine, Jean Liron dit en légendant une photo :
« Le F 60 Bn4 avec son avant modifié (moteur Salmson). Utilisé à Chartres pour école au bombardement à six exemplaires. L’avion était jugé insuffisamment puissant pour des missions de guerre offensive. »
La photo est de mauvaise qualité et ne laisse apparaître aucun insigne ou code.
Concernant votre site :
Sur les six appareils construits (ou Bn2 transformés, ce que j’ignore), deux apparaissent sur votre site.
• Le codé 23, qui est faussement identifié comme un F 63 Bn4.
• Le codé 25, qui lui est identifié correctement. Il est dans le chapitre des accidents.
Reste à trouver les codes des quatre autres machines… [...] (pris en compte )


Au sujet de l'historique de la SPA 162 - (Ndlr - 10/02/2018)

[...] En relayant l'actualité Armée de l'air "La SPA 162 Tigre célèbre ses 100 ans" (Mise à jour : 07/02/2018 - Auteur : Mathieu Moulin - Direction : Armée de l'air) Je lis : "Dissoute en 1927, la SPA 162 revoit le jour le 1er mai 1952 sur la BA 118 ..."
C'est ce que j'avais écrit en 1992 dans mon ouvrage "Des avions et des hommes"

Ma source d'information était la plaquette du 1/12 éditée à la même époque sous la coupe du Cdt Denis Mercier (voir pièce jointe).
Depuis lors, à force de travailler sur ces sujets, je doute fort que la SPA 162 ait jamais été la 108ème (ou 8ème) du 3ème RAC de Châteauroux : la 8ème escadrille de ce régiment ne fut créée qu'en septembre 1921 et cette escadrille hérita de l'insigne et des traditions de la SPA 75. La SPA 162 a effectivement été envoyée en Pologne au sein de l'Armée Haller mais il semble bien qu'elle fut dissoute à l'issue
Il faut donc en déduire que sa dissolution est intervenue plutôt en 1920
Appel aux experts ...
[...]




Réponse de Bernard Palmieri :
La SPA 162 a eu une vie bien compliquée ...
D’après les documents que je détiens et ce que j’ai trouvés au SHD : La SPA 162, après la 1ère GM, est bien envoyée en Pologne avec l’Armée Haller, sous les ordres du Cne Bonneton, pour lutter contre les Bolchéviques en Pologne, en avril et mai 1919.
A l’automne 1919, elle est absorbée par la 19e Escadrille polonaise et le personnel français revient en France.
Les 108e et 109e escadrilles qui devaient théoriquement entrer dans la composition du 3e RAC de Châteauroux, de traditions respectives SPA 162 et 507 et qui étaient détachées en Pologne, n’entrent finalement pas dans sa composition. A mon sens, la SPA 162 n’existe donc plus dès 1919.
Ses traditions sont redonnées à la 6e escadrille du GC III/6 le 1er mai 1939, mais le cdt de groupe préfère au tigre (et à la guêpe de la 89, pour la 5e escadrille), le masque de comédie (et de tragédie pour l’autre escadrille) qu’on connait bien au III/6, futur “Roussillon”.
La 162 est donc toujours à la trappe, au moins visuellement ! Pas de retour plein et entier avant 1952 et le “Cambrésis”.
En espérant avoir été clair ... (pris en compte )


EERALA 00.037 - Yvon Goutx (10/03/2018)

[...] EERALA 00.037 de Villacoublay?
Je suppose qu’il s’agit d’une unité de la réserve mais je ne la trouve pas sur ton site. [...]

(Ndlr) Hypothèse :
EERALA 00.037 = Escadron d'Entrainement des Réserves de l'Aviation Légère d'Appui 00.037 - Villacoublay - 1957 - équipement : T6-G
Pour arriver à cette déduction :
En 1951 sont créés sur Vanneau :
• le Centres d'Entrainement des Réserves : CER 301 du Bourget
• le Centres d'Entrainement des Réserves : CER 302 de Lille
En 1957 en passant sur T6-G :
• le CER 302 de Lille devient l'escadrille ERALA 1/37 du Bourget

• le CER 301 du Bourget devient l'escadrille ERALA 2/37 de Villacoublay

J'en déduis que l'EERALA 00.037, dès lors, doit être l'escadron qui coiffe ces deux escadrilles.
(pris en compte )

PS : méthode pour apporter cette réponse, rubrique "Recherche" >>> demander "ERALA*37"
L'étoile "*" permettant de remplacer un caractère ou une chaîne de caractères
.


GIA 602 - Potez 650 - Paul Badré (11/03/2018)

[...] je pense que vous faites une erreur sur la dernière photo du Potez 650. Il s'agit plutôt du X513 et ce serait donc le n°14 que l'on retrouve en 1939 au GIA 602. En effet, les 15 Potez 650 livrés ont reçu les immatriculations suivantes : X601 à 610 (n°1 à 10) et X510 à X514 (11 à 15). [...] (pris en compte )



SPA 37 - Liste des commandants d'escadrilles - Jean-Loup Frommer (04/04/2018)

[...] en 1916, il faut lire : Capitaine Marcel FEIERSTEIN (04/04/1916 au 20/12/1917), au lieu : de 1916 - Cne FEXRSLEIN
Voir la fiche Mdh/Aéro et site Albin Denis
A noter que: le Capitaine Marcel Bonnevay en est le commandant pour 47 jours, du 20/12/1917 au 05/02/1918. [...] (pris en compte )


SETT 346 - Jean-Eric Zobrist (07/04/2018)

J'étais à Reims de 1979 à 1989 et j'ai travaillé avec la SALE, sur le groupe "Palouste" doté d'un réacteur pour le démarrage des avions....
Hier soir, j'ai eu un ancien mécano qui m'a raconté [...] sans preuve concrète à l'appui !
L'insigne A 617 a été homologué sous le nom de Centre d'Instruction des Pilotes et Navigateurs de la Chasse Tout Temps le 07/09/1954.
Issu de l'ECN 1/31 "Lorraine", l'insigne avait les yeux rouges couleur du bombardement lorsqu'il était à Tours. Lorsque le 346 est arrivé sur Reims et pour marquer son appartenance à la chasse, l'insigne a pris les yeux verts lors d'une première commande et suite à erreurs du fabricant, les yeux sont redevenus rouges, puis des dérives de fabrication ont provoquées des yeux sables, voire gris. Ce serait la raison de la diversité des couleurs des yeux du lynx !!!! (pris en compte )

(Ndlr) Cette information permet de ne pas définitivement disqualifier l'appallation "Centre d'Instruction des Pilotes et Navigateurs de la Chasse Tout Temps" validée également par le "Répertoire des blasons Insignes de l'Armée de l'air (homologués de 1945 à 1996) du SHAA"