Actualités Armée de l'air 19 (2016)



EC 2/3 Champagne (SPA 74) - Nancy-Ochey (06/07/2016)

La SPA 75 est centenaire !
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 05/07/2016 16:43
Le jeudi 23 juin 2016, l’escadrille SPA 75 de l’escadron de chasse 2/3 "Champagne" de la base aérienne 133 de Nancy a fêté son centième anniversaire.

Les pilotes, navigateurs, mécaniciens, spécialistes du renseignement et agents d’opérations toutes générations confondues, se sont rassemblés pour les festivités. Lors de la cérémonie qui a eu lieu sur la base d’accueil, le colonel Olivier Lapray, commandant de la base aérienne 133, a rappelé l’histoire de cette escadrille, qui répond présente sur tous les conflits et tous les théâtres d’opérations français depuis sa création à Lyon le 13 juillet 1916.
À cette occasion, la célébration de 100 ans de traditions et de valeurs, s’est poursuivie au château d’Haroué. La maitresse des lieux, madame la Princesse Minnie de Beauveau-Craon a été désignée marraine de l’escadrille SPA 75. Un symbole fort, qui met en valeur les racines lorraines de l’escadrille et ses traditions issues de la Grande Guerre. La soirée, éclatante, a été marquée par un défilé aérien et un spectacle de fauconnerie équestre.

- © Armée de l'air (voir autre photo)


- © Armée de l'air


- © Armée de l'air


Mirage 2000 D n°675 (3-JI) de L'EC 2/3 "Champagne" décoré pour les 100 ans de la SPA 75 (côté droit) - © Armée de l'air


Mirage 2000 D n°675 (3-JI) de L'EC 2/3 "Champagne" décoré pour les 100 ans de la SPA 75 (côté gauche) - © Armée de l'air


- © Armée de l'air


Voir autres photos

Droits : © Armée de l'air


BA 107 "Sous-Lieutenant Dorme" - Villacoublay (11/07/2016)

Anniversaires à Villacoublay
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 05/07/2016 17:27
Lors de la journée de l’aviateur, le 29 juin 2016, la base aérienne 107 de Villacoublay a célébré plusieurs anniversaires dont ses 80 ans.

Une cérémonie militaire, présidée par le général Michel Fritsch (accès privé), commandant en second les forces aériennes stratégiques, a eu lieu en l’honneur de cette journée spéciale. Le colonel Foussard, commandant la base aérienne de Villacoublay, est revenu pour l’occasion sur l’aspect historique dans son discours.
Le général Hervé Bertrand, commandant la brigade aérienne d’appui et de projection et représentant le commandant des forces aériennes, a également mis à l’honneur à cette occasion les 10 ans de l’escadron de soutien technique aéronautique (ESTA) "Yvelines" et les 70 ans de l’escadrille aérosanitaire (EAS), célébrés la même journée. Une remise de décorations, de poignards aux adjudants promus et de brevets de convoyeurs de l’air étaient au programme. Les brevets de convoyeur de l’air ont été remis à de jeunes infirmières de l’escadrille aérosanitaire "Étampes" par deux femmes emblématiques : Geneviève de Galard, figure des convoyeuses de l’air surnommée l’ange de Dien Bien Phu, et le médecin général inspecteur Valérie André, héroïne de guerre et première femme général des armées françaises.

le général Michel Fritsch, commandant en second les forces aériennes stratégiques présidait la cérémonie - © Armée de l'air


Cérémonie sur la BA 107 - Fanion de l'escadron de soutien technique aéronautique (ESTA) - © Armée de l'air


Cérémonie sur la BA 107 - Fanion de l'escadrille aérosanitaire  - © Armée de l'air




Une base aérienne riche en histoire

Surnommée affectueusement Villa, la base aérienne (BA) 107 de Villacoublay est enracinée dans l’histoire de l’aviation française. Depuis 1884, avec le vol en circuit fermé du dirigeable "La France", l’histoire de la BA 107 n’a de cesse de s’écrire dans les airs. C’est à partir de 1908 que les premiers avions s’envolent du plateau de Villacoublay, avant 1912, année de l’installation définitive de l’aéronautique militaire.
Raids, records, meetings aériens, l’aérodrome devient vite emblématique après la Première Guerre mondiale, en étant associé aux noms d’aviateurs célèbres tels que Costes, Bellonte, Le Brix, Maryse Hilsz, Hélène Boucher. En 1936, créée par décret ministériel le 1er août, la BA 107 prend sous son aile le centre d’expérimentation du matériel aérien, à l’époque référence ultime des centres d’essai de vol mondialement connu.
En 1947, le groupement aérien d’entraînement et de liaison (GAEL) s’y installe. La décennie suivante laisse place à de nombreux états-majors tels que celui de l’aviation légère de l’Armée de terre puis le commandement des écoles de l’armée de l’air. En 1964, l’escadron d’hélicoptères 3/67 "Parisis" rejoint la BA 107, suivi du groupement central des forces aériennes de la gendarmerie nationale en 1976. Elle accueillera également la direction des centres d’expérimentations nucléaires et le commandement air des systèmes de surveillance, d’informations et de communication.

Droits : © Armée de l'air


Défilé Aérien du 14 Juillet - Champs Élysées Paris (12/07/2016)




Droits : © Armée de l'air


EC 3/11 Corse - Djibouti (20/07/2016)

Retrait des Mirage 2000 D à Djibouti
(Actualité Escadron de Chasse 3/11 Corse facebook)

Mise à jour : 20/07/2016 20:00
Une page se tourne pour l'Escadron de chasse 3/11 "Corse" ... Depuis 2002, notre unité volait à la fois sur les Mirage 2000 de défense aérienne (2000C puis 2000-5) et sur le Mirage 2000D, appareil dédié à l'assaut conventionnel. Le 1er juin, le major général des armées, le général d’armée aérienne Gratien Maire, a présidé la cérémonie officielle de retrait des 2000D du territoire djiboutien.

Cette cérémonie a été l'occasion de rappeler le rôle joué par nos équipages et leur monture durant toutes ces années de présence dans la Corne de l'Afrique. L'occasion également, de rendre hommage au capitaine Tony Romero, pilote de l'EC 1/3 Navarre, et à son navigateur le lieutenant Mathieu Collombat, de l'EC 4/33 Vexin, décédés le 24 juin 2003 à bord de leur 2000D, en service aérien commandé durant une mission de nuit à Djibouti.
Un navigateur du "Corse" a enfin été décoré de la Médaille de l'Aéronautique au cours de la cérémonie.
Afin de célébrer dignement le départ de nos trois avions verts (le "Corse" perd donc désormais sa particularité d'avoir en son sein deux versions bien différentes du Mirage 2000), nous avons réalisé une décoration spéciale rappelant les années de présence des "Muds" à Djibouti, que nous vous laissons admirer ci-dessous. Merci à l'ET 88 pour son support lors des prises de vue! Vous retrouverez également dans notre boutique les patchs édités pour l'occasion. Plus d'images à venir.
Au revoir, les 2000D ! Quant au "Corse", restez connectés pour suivre nos missions en République de Djibouti, à bord de nos Mirage 2000-5!
(pris en compte )

Photos : J. Marcès BA188



Droits : © Armée de l'air


ET 1/62 Vercors - ET 3/62 Ventoux - Évreux (21/07/2016)

Les Casa s'installent à Evreux
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 20/07/2016 17:35 - Auteur : Ltt Alexandra Lesur-Tambute
Le 8 juillet 2016, un premier Casa CN 235 a élu domicile sur la base aérienne (BA) 105 d’Évreux. Cette étape marque officiellement l’arrivée des escadrons 1/62 "Vercors" et 3/62 "Ventoux", ainsi que des mécaniciens de l’escadron de soutien technique aéronautique (ESTA) "Oise" de la base aérienne 110 de Creil sur la base de transport normande.

Une mise en place sans interruption opérationnelle

À compter du 26 juillet 2016, toutes les équipes Casa de l’armée de l’air seront définitivement installées aux côtés de leurs camarades évoluant sur C160 Transall, à Évreux. Pour garantir une continuité opérationnelle, le transfert a été réalisé progressivement : "Un échelon précurseur composé de quatre aviateurs du "Ventoux"a été accueilli dans les locaux du 1/64 "Béarn", tandis que neuf mécaniciens de Creil ont été intégrés au sein de l’ESTA 2E064, explique le commandant Julien, futur commandant du 3/62. Puis, l’ensemble de mon escadron est arrivé le 18 juillet." Le 25 juillet, les équipages du "Ventoux" devraient emménager dans leurs nouveaux locaux et ainsi recevoir l’intégralité du "Vercors" le 26 août.

Transall et Casa réunis au sein de la 64e escadre
Le "Vercors" et le "Ventoux" intégreront la 64e escadre de transport, tandis qu’un nouvel ESTA verra le jour. Ce dernier aura sous sa coupe aussi bien les mécaniciens Transall que les mécaniciens Casa. Pour les nouveaux arrivants, l’entente avec leurs camarades transporteurs est déjà optimale. "Nous avons été très bien accueillis par la base aérienne d’Évreux et notamment par la 64e escadre, souligne le commandant Julien. Ce déménagement avait été préparé et révèle l’entraide dont les aviateurs font preuve quotidiennement."

Évreux, l’un des deux pôles transport de l’armée de l’air
Annoncée depuis plusieurs mois, l’arrivée des Casa sur la BA 105 s’inscrit dans une démarche de réorganisation des flottes de transport. Aux côtés d’Orléans, fief de l’A400M Atlas et du C130 Hercules, la base d’Évreux conforte ainsi sa place dans le domaine du transport, accueillant dorénavant sur son tarmac les C160 Transall et les Casa CN235. La piste aéronautique de Creil devrait, quant à elle, fermer définitivement le 31 août 2016.

8 juillet 2016 : arrivée des Casa à Évreux   - © Armée de l'air


Droits : © Armée de l'air


EC 1/7 Provence - BA 104 Al-Dhafra (EAU) - (4/08/2016)

FFEAU ; l'escadron de chasse "Provence" s'installe aux Emirats arabes unis
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 04/08/2016 17:09 - Auteur : Alexandra Lesur
Le 28 juillet 2016, une cérémonie de prise de commandement s’est déroulée sur la base aérienne 104, en présence de nombreuses autorités militaires et civiles, d’alliés et de partenaires de la France. Présidée par le contre-amiral Antoine Beaussant, commandant la zone maritime de l’océan Indien et commandant les forces françaises aux Émirats arabes unis, cette cérémonie a marqué officiellement l’arrivée de l’escadron de chasse 1/7 "Provence", qui succède à l’escadron de chasse 3/30 "Lorraine".

Après avoir passé plus de 43 ans sur la base aérienne de Saint-Dizier, l’escadron de chasse (EC) "Provence", équipé de Rafale de l’armée de l’air, est désormais implanté sur la base aérienne 104. Son arrivée s’est traduite par un autre changement : la mise en sommeil de l’escadrille SPA 77 "Croix de Jérusalem", au profit du réveil de l’escadrille "Furie". "Le 1/7 "Provence" fusionne désormais avec la très ancienne SPA 15 "Casque de Bayard" et l’escadrille "Furie" créée en 1939", a précisé le commandant de la base à la lecture de l’ordre du jour.
À la tête du 3/30 "Lorraine" depuis trois ans, le lieutenant-colonel Nicolas a cédé la place au lieutenant-colonel Grégoire. "C’est une concrétisation dans une carrière de pilote. C’est une page d’histoire qui se tourne avec de nouvelles traditions à faire vivre. Je suis à la fois fier et très honoré de prendre ce commandement en ces temps d’opérations intenses", confie ce dernier.
Depuis le début de l’opération Chammal le 19 septembre 2014, les six chasseurs du "Lorraine" ont, en effet, largement contribué aux opérations aériennes et à l’arrêt de la progression de Daech. "Au total, les équipages ont réalisé 800 sorties aériennes et 5 000 heures de vol", a tenu à rappeler le lieutenant-colonel Nicolas. L’escadron "Provence" maintiendra ce niveau d’engagement dans l’opération Chammal et reprendra d’autres missions dévolues à l’escadron, telles que sa participation aux accords de Défense avec les partenaires et alliés de l’armée française au Moyen-Orient. "Une grande part de notre activité [est aussi] dédiée à l’entraînement des forces, notamment à leur participation à des exercices qualifiant», ajoute le nouveau commandant d’escadron.
FFEAU : Passation de commandement Par ailleurs, la cérémonie a également été marquée par la prise de commandement de la base aérienne 104. Le colonel Emmanuel Boiteau, de l’état-major de l’armée de l’air, succède au colonel Mathieu Deflandre, qui a tenu à remercier son personnel : "J’ai eu énormément de chance de travailler aux côtés d’aviateurs exemplaires qui ont su faire face à tous les défis qui nous ont été lancés."
Les forces françaises aux Émirats arabes unis (FFEAU) participent au dispositif des forces de présence des armées françaises. Elles sont constituées d’un état-major de niveau opératif, de la base navale d’Abu Dhabi, de la base aérienne 104 et de la 13e demi-brigade de Légion étrangère. Les FFEAU assurent une présence permanente aux EAU dans le cadre des accords de défense et animent les relations bilatérales de défense de la France avec ses partenaires régionaux. Elles ont également pour mission de soutenir les moyens militaires déployés dans le golfe Arabo-Persique et le nord de l’océan Indien, et de permettre l’entraînement et l’aguerrissement des forces en milieu urbain et désertique.

Voir actualité Armée de l'air du 26/06/2016 - Voir aussi

© Armée de l'air


© Armée de l'air


Dans l'attente de plus concret, dessin "effectué par anticipation" du nouvel insigne métallique de l'EC 1/7 Provence


Droits : © Armée de l'air


RC 2/30 Normandie-Niémen - Itxassou (20/09/2016)

Cérémonie en mémoire d'un ancien du "Normandie-Niémen"
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 20/09/2016 19:06 - Auteur : A. Poincelet
Dimanche 18 septembre 2016 s’est tenue une cérémonie commémorative à Itxassou (64) à la mémoire du sous-lieutenant Robert Iribarne, pilote au régiment de chasse "Normandie-Niémen" pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le sous-lieutenant Iribarne s’était engagé dans les Forces aériennes françaises libres (FAFL) en 1943 à Casablanca. En 1944, il enchaîne les victoires, avant de disparaître le 11 février 1945 dans les environs de Zizen (Prusse orientale) à bord de son Yak-3 lors d’une mission de couverture du champ de bataille. Il totalisait 7 victoires aériennes.
Afin d’honorer la mémoire de ce combattant, c’est devant une stèle représentant une aile de son avion de chasse et autour des membres de la famille du pilote basque et du maire d’Itxassou que se sont réunis une délégation de l'escadron de chasse 2/30 "Normandie-Niémen", son drapeau, et des représentants de l’association du "Normandie-Niémen". La petite-fille de Roland de la Poype , autre figure illustre du régiment de chasse et frère d'arme de Robert Iribarne, était également présente.

(Ndlr) Robert Iribarne est né le 27 septembre 1918 à Bayonne (Pyrénées Atlantique)

© Armée de l'Air


Droits : © Armée de l'air


ET 1/44 Solenzara - Solenzara-Ventiseri (21/09/2016)

Dernier vol pour le Super Puma 2093 (*) du "Solenzara"
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 21/09/2016 14:15
Après 32 ans de service et avec plus de 6000 heures de vol à son actif, le dernier AS 332 Super Puma de l’Armée de l’Air tire sa révérence.

L’escadron d’hélicoptères 1/44 "Solenzara" salue le départ de cette machine qui aura, cette année encore, sauvé de nombreuses vies. Tenant sa dernière alerte au profit de la recherche et du sauvetage (SAR) vendredi 9 septembre 2016, elle laisse la place au SA 330 Puma SAR pour assurer la continuité des missions de l’escadron.
Une page de l’histoire de l’Armée de l’Air se tourne donc avec le départ d’hélicoptères qui, de Tahiti à Solenzara, ont toujours permis de contribuer aux missions de service public tout en assurant les missions de préparation opérationnelle des armées.

(*) n°2093-PP
Voir dernier vol du Super Puma n°2057-PO
Voir aussi

© Armée de l'Air


© Armée de l'Air


Droits : © Armée de l'air


EMA - Paris (27/09/2016)

Le général Gratien Maire fait ses adieux aux armes
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 27/09/2016 08:58
Le 23 septembre 2016, le général Gratien Maire a fait ses adieux aux armes lors d’une cérémonie dans la cour d’honneur de l’Hôtel des Invalides.

Le général Gratien Maire a quitté l’Armée de l’Air après 38 années de service. La cérémonie était présidée par le général André Lanata, chef d’état-major de l’Armée de l’Air, qui dans son discours a rendu hommage à la "détermination sans faille" du général Gratien Maire, qui totalise 3 000 heures de vol et est "aujourd’hui commandeur de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite". Par ailleurs le général Denis Mercier, commandant suprême allié Transformation (SACT), a reçu les insignes de Grand Officier de la Légion d’honneur.

© Armée de l'Air


Le parcours du général Gratien Maire

Le parcours du général Gratien Maire débute le 4 septembre 1978 à l’École de l’air à Salon-de-Provence. Breveté pilote de chasse en 1981, il rejoint la 33e escadre sur la base aérienne 124 de Strasbourg avant de prendre le commandement de la 2e escadrille de l’escadron de reconnaissance 1/33 "Belfort" en 1986. Chef de brigade à Salon-de-Provence pendant deux ans, le général prend en 1991 le commandement de l’escadron de chasse 2/30 "Normandie-Niémen", qu’il emmène au Tchad pour assurer des missions de défense aérienne. En 1993, il est nommé chef des opérations, puis commandant en second et enfin commandant de l’école de l’aviation de chasse sur la base aérienne de Tours.
Après un an passé à l’Air War College à Maxwell, en Alabama (États-Unis), il intègre l’inspection de l’Armée de l’Air en août 1997, puis l’état-major de l’Armée de l’Air quelques mois plus tard, avant d’être nommé attaché de défense à Ottawa (Canada) en juillet 2000. Il est nommé adjoint du chef du cabinet militaire du Premier ministre en juillet 2004 et général de brigade aérienne le 1er septembre 2006. En septembre 2008, il s’envole à nouveau vers les États-Unis pour y occuper la fonction d’attaché de défense près l’ambassade de France à Washington. Il est promu général de division aérienne le 1er septembre 2009. De retour à Paris en août 2011, il occupe le poste d’adjoint de l’inspecteur des armées.
Elevé aux rang et appellation de général de corps aérien le 1er février 2012, il est nommé sous-chef d’état-major Relations internationales de l’état-major des armées au mois de septembre de la même année. Le 15 février 2014, il est élevé aux rang et appellation de général d’armée aérienne et se voit confier les fonctions de major général des armées. Acteur politico-militaire de très haut niveau, participant à la définition des orientations stratégiques des armées, directions et services, il contribue de manière décisive à la réponse nationale, alors que la France est attaquée sur son propre sol en 2015. Sa hauteur de vue remarquable guide les travaux de l’état-major des armées relatifs à l’actualisation de la loi de programmation militaire, rendue indispensable par le niveau exceptionnel d’engagement des armées.

Droits : © Armée de l'air