Actualités Armée de l'air 37 (2022)


BA 123 - Orléans (27/01/2022)

Création d’insignes pour deux escadrilles de la base aérienne 123 d’Orléans

Mise à jour : 21/01/2022 - Direction : Armée de l'air et de l'espace
Le 1er janvier 2022, le général Tardif, sous-chef d’activité de l'état-major de l'AAE, a signé la décision de création de deux insignes au profit des escadrilles SAL 14 et SAL 18 d'Orléans.

Les insignes des unités remontent à la Première Guerre mondiale, car, initialement, les unités aériennes n'avaient pas de signes distinctifs. Ce n'est qu'en 1914-1915 que l'état-major souhaite que chaque escadrille possède un signe permettant aux troupes au sol de distinguer les avions amis et ennemis.

SAL 14 « Griffon ailé »

Le premier insigne connu de l’escadrille 14 représentait une croix de Lorraine blanche tréflée, adoptée lors du stationnement de l’unité en Lorraine pendant l’hiver 1916. Le second insigne adopté fut une chimère noire tenant un écusson à croix de Lorraine, dessiné par le sous-lieutenant Blanchot. Rattachée à la 46e division d’infanterie de chasseurs à pied en novembre 1917 en Italie, l’artiste ajoute un cor de chasse sur l’écusson, emblème des chasseurs. La couleur du fond ovale contenant la chimère varie avec chaque appareil de l’escadrille, celui du commandant étant rouge.

SAL18 « Personnage au vent des hélices »

L’escadrille 18 utilisait initialement une étoile bleue sur un fond blanc et inscrite dans un cercle rouge quand elle volait sur Caudron G3, G4 et G6. Lors de son passage sur Salmson 2A2, l’insigne change et devient un personnage perdant son chapeau dans le vent, sur un fond bleu clair. Cet insigne aurait été choisi par le commandant d’unité de l’époque à la suite d’une visite menée par le président français Clémenceau. Lors du passage du cortège présidentiel derrière les avions, moteurs tournant à plein régime, les chapeaux haut de forme des autorités s’envolèrent, poursuivis par leurs porteurs.

Historique des escadrilles

Créées toutes les deux en 1913 , les escadrilles 14 de la VIIe armée et 18 de la 1re armée ne seront pas tout de suite rassemblées. Elles participeront aux grandes opérations qui ont précédé la signature de l’Armistice de 1918. Regroupées par la suite au sein du 34e régiment d’aviation stationné au Bourget, elles seront enfin réunies sous l’unité « Béarn ». C’est en juillet 1944 que le « Béarn » voit le jour, comme les escadrilles auparavant, il continuera son rôle de bombardement. Lors de son déploiement durant la guerre d’Indochine, il deviendra un groupe, puis escadron de transport , tout en continuant ses missions de bombardement sur le théâtre.

En l’honneur de ces escadrilles, leurs deux insignes ont été homologués et sont en cours de fabrication.

Aujourd’hui, les escadrilles sont un symbole historique et leurs insignes sont un hommage aux actions qu’elles ont menées pour la France. À ce jour, les escadrilles SAL 14 et 18 sont liées et leurs personnels travaillent ensemble au sein de l’escadron de transport 4/61 « Béarn » de la base aérienne 123 d’Orléans.

Salmson de l’escadrille SAL 14 - Crédits : © Service Historique de la Défense


Autre Salmson de l’escadrille SAL 14 - Crédits : © Collection Gilles Sigro
(Zoom sur l'insigne)


Insigne de l'escadrille SAL 14 - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Insigne de l'escadrille SAL 18 - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 133 - Nancy-Ochey (17/02/2022)

BA 133 : commémoration de la disparition du Cdt Marin-la-Meslée et du Sgc Uhry

Mise à jour : 17/02/2022 - Direction : Armée de l'air et de l'espace
Ce vendredi 4 février 2022, la BA 133 de Nancy-Ochey s’est rendue à Dessenheim et Sigolsheim pour rendre hommage au commandant Marin-la-Meslée et au sergent-chef Uhry tués au combat il y a 77 ans.

Deux cérémonies de commémoration, présidées par le colonel Alexandre Richard, commandant la base aérienne (BA) 133, ont eu lieu ce vendredi 4 février 2022 sur les communes de Dessenheim et Sigolsheim en hommage au commandant Marin-la-Meslée, As de l’aviation, et au sergent-chef Uhry, son équipier, tombés le 4 février 1945. Le général Louis Pena, commandant en second de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA) et ancien commandant de la base aérienne 133, représentait à cette occasion le chef d’état-major de l’armée de l’Air et de l’Espace (CEMAAE).

Après une première cérémonie à la nécropole de Sigolsheim en hommage au sergent-chef Uhry et aux autres Aviateurs décédés lors de la Seconde Guerre mondiale, le dispositif constitué par du personnel de l’escadron de soutien technique aéronautique (ESTA) 15.003 « Malzéville » et de l’escadron de chasse 2/3 « Champagne » s’est rendu à la stèle du commandant Marin-la-Meslée à Dessenheim. Héritier des traditions de l’escadrille SPA 67 ayant vu évoluer l’illustre pilote, l’escadron de chasse 2/3 « Champagne » de la base aérienne 133 est présent chaque année dans cette commune du Haut-Rhin près de laquelle est tombé le commandant Marin-la-Meslée, parrain de l’escadron.

Les élus locaux, associations d’anciens Aviateurs et familles des disparus ont également participé à cet hommage aux côtés des troupes placées sous le commandement du commandant Jean-Baptiste, commandant l’escadron de chasse 2/3 « Champagne ». Ils ont pu profiter à cette occasion du défilé aérien de deux Mirage 2000D de la 3e escadre de chasse..


Le CDT Marin-la-meslée disparaît à Dessenheim en 1945 - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Deux Mirage 2000D ont survolé la cérémonie - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Dernière Citation du commandant Marin-la-Meslée, commandant du Groupe 1/5 "Champagne" - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Bischwiller (67) : Stèle "En mémoire du Sergent-chef Pierre UHRY
"Enfant de Bischwiller, né le 17 octobre 1919, pilote des Forces Aériennes Françaises Libres, au sein du Groupe de Chasse I/5 Champagne, Ailier du Commandant Marin-la Meslée. Tombés au champ d'honneur au cours d'une même mission à Dessenheim (Haut-Rhin), le 4 février 1945.
" - Crédits : © Photo Jean-Loup Frommer
D'abord inhumé au cimetière de Rustenhart (68), commune juste au sud de Dessenheim, depuis 1965, il repose à la Nécropole Nationale de Sigolsheim (68).

Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 125 - Orange-Caritat (23/02/2022)

Mirage 2000C RDI - Retrait de service : 23 juin 2022

Source : 24/01/2022 - Groupe Facebook Escadron de Chasse 2/5 Ile de France - Armée de l'air et de l'espace
Annonce prévisionnelle de l'EC 2/5 Île-de-France relative au retrait de service du Mirage 2000C RDI.

Suivez nous jusqu'au bout... Beaucoup de surprises en préparation

Retrait de service du Mirage 2000C RDI - Crédits : © Escadron de Chasse 2/5 Ile de France

Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 190 - Tahiti-Faa'a (16/03/2022)

FAPF : Clap de fin pour le C160 Transall

Mise à jour : 11/03/2022 - Direction : Armée de l'air et de l'espace
Lundi 28 février, le C160 Transall, en renfort au sein des Forces armées en Polynésie française (FAPF) depuis le 19 juillet 2021, a décollé en direction de la métropole, sa mission s'étant achevée.

S’il s’agissait de la dernière mission du Transall en Polynésie - celui-ci étant progressivement retiré du service cette année - il ne s’agissait pas pour autant de son premier renfort longue durée. En effet, deux C160 avaient déjà été déployés en Polynésie, entre juillet 1995 et avril 1996, afin de faire la jonction entre le départ des Caravelle et l’arrivée des Casa CN-235.

Au cours de ces sept mois de présence, cinq détachements composés de cinq personnels navigants et de neuf mécaniciens se sont succédé pour appuyer les Forces armées en Polynésie française dans le cadre de la réalisation de leurs missions. Si ce renfort était initialement lié à la visite d’un des deux Casa de l’escadron de Transport 82 « Maine », celui-ci a été prolongé en raison de la projection temporaire d’un CN-235 en Nouvelle-Calédonie fin 2021, le Transall ayant alors repris une partie de ses missions logistiques, tout en restant en mesure d’intervenir dans un délai de 48 heures au profit de la Nouvelle-Calédonie.

Au total, le Transall a effectué plus d’une soixantaine de missions sur un territoire grand comme l’Europe, toutes à la physionomie particulière en raison des 118 îles et atolls. Rotations logistiques, évacuations sanitaires, entraînements de formation et de maintien en condition opérationnelle des équipages ont constitué l’essentiel de ses missions. Le Transall a en outre effectué plusieurs missions de transport d’autorités à l’occasion de visites officielles comme celle du président de la République fin juillet 2021 ou encore de la commission d’information nucléaire. Par ailleurs, les équipages ont également pu s’entraîner au vol tactique à basse altitude (150 pieds – 50 m d’altitude), plus couramment réalisé au-dessus de grandes étendues désertiques en opération extérieure.

Le capitaine Camille et son détachement, le dernier des cinq, perçoivent ce renfort comme une expérience enrichissante. En particulier, les pistes d’aviation praticables en Polynésie ont constitué un défi à plus d’un titre : dimensions, orientation, vents défavorables, proximité immédiate du relief ou d’une étendue d’eau, chaque piste présente des caractéristiques qui lui sont propres.

Enfin, partout où ils ont été déployés, les Aviateurs ont gardé en mémoire l’accueil chaleureux des populations auprès desquelles ils ont été mis à profit.

Clap de fin pour le C-160 R217 64-GQ en Polynésie française - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Clap de fin pour le C-160 R217 64-GQ en Polynésie française - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 105 - Evreux (17/03/2022)

Le Transall fait ses adieux

Mise à jour : 17/03/2022 - Direction : Armée de l'air et de l'espace
Après plus d’un demi-siècle de service, le C160 Transall prend une retraite bien méritée.

Du 14 mars au 1er avril, près de 50 Aviateurs lui rendent hommage à travers une tournée d’adieu en France métropolitaine qui relie 24 villes en 20 jours.

Des équipages de plusieurs escadrons se relaient pour l’accompagner pour cette dernière mission. Il arbore pour l’occasion une livrée tricolore reprenant le design de la cocarde de l’armée de l’Air et de l’Espace. Le C160 Transall a posé ses roues partout dans le monde, aussi bien sur les terrains sommaires que sur les plus grands aéroports internationaux. Pendant sa longue période de vie opérationnelle, l’avion de transport tactique a été remarquable pour le largage de parachutistes, le ravitaillement de troupes par les airs et le déploiement de passagers et de fret à l’autre bout du monde.

Durant cette tournée, il se rend sur plusieurs bases aériennes (anciennes et actuelles) et sur des terrains d’aviation qui symbolisent ses 59 années de service. Dès les quatre premières étapes, le ton de la tournée est donné : faire un dernier adieu aux parachutistes. Ces militaires qui ont le plus souvent quitté sa soute par la voie des airs, depuis les portes latérales ou la rampe arrière. Lors de la première étape reliant la base d’Orléans à la base aéronavale de Lann-Bihoué, des commandos marine des forces spéciales ont été largués en ouverture automatique et en ouverture manuelle au-dessus de Lorient. Le lendemain, c’est au tour des forces spéciales terre du 1er RPIMa (régiment parachutiste d’infanterie de marine) de sauter pour la dernière fois sur le C160 depuis le terrain de Biarritz.

La troisième étape a conduit les participants de la tournée à Pau, qui abrite la maison mère des parachutistes, l’École des troupes aéroportées (ETAP). Une nouvelle occasion pour réaliser plusieurs rotations de parachutistes qui n’ont pas hésité à lancer pour la dernière fois depuis la soute du Transall : “Et par Saint-Michel ! Vive les paras!” Une tradition qu’ils ont scandée avec une pointe d’émotion, relayant la profonde fraternité d’armes qui existe entre les équipages de transport et les parachutistes des trois armées.

Tournée d'adieu effectuée par le C-160 Transall R212 64-GL - Crédits : © Photo Arthur Bqt, membre de l'Association "Les DCA"
(zoom sur l'empennage)


Tournée d'adieu effectuée par le C-160 Transall R212 64-GL - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace

Tournée d'adieu effectuée par le C-160 Transall R212 64-GL - Crédits : © Adj Loïc Marzin / Armée de l'air et de l'espace
(Vue de dessus)


Tournée d'adieu effectuée par le C-160 Transall R212 64-GL - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Tournée d'adieu effectuée par le C-160 Transall R212 64-GL - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace



Tournée d’adieu du C-160 Transall
Semaine 1
Lundi 14 mars 2022
1
Evreux - Orléans
2
Orléans - Mont Saint-Michel
3
Mont Saint-Michel - Lorient
Mardi 15 mars 2022
4
Lorient - Biarritz
Mercredi 16 mars 2022
5
Biarritz - Pau
Jeudi 17 mars 2022
6
Pau - Blagnac
7
Blagnac - Francazal
Vendredi 18 mars 2022
8
Francazal - Castres
9
Castres - Calvi
Semaine 2
Lundi 21 mars 2022
10
Calvi - Grenoble
Mardi 22 mars 2022
11
Grenoble - Ambérieu
12
Ambérieu - Clermont-Ferrand
13
Clermont-Ferrand - Orléans
14
Orléans - Evreux
Mercredi 23 mars 2022
15
Evreux - Nancy
16
Nancy - Luxeuil
17
Luxeuil - Saint-Dizier
18
Saint-Dizier - Avord
19
Avord -Villacoublay
Jeudi 24 mars 2022
20
Villacoublay - Orléans
Vendredi 25 mars 2022
21
Orléans - Saintes
22
Saintes - Rochefort
Samedi 26 mars 2022
23
Rochefort- Angers
Semaine 3
Lundi 28 mars 2022
24
Angers - Cognac
25
Cognac- Bordeaux
Mardi 29 mars 2022
26
Bordeaux - Mont-de-Marsan
27
Mont-de-Marsan - Salon-de-Provence
Mercredi 30 mars 2022
28
Salon-de-Provence - Istres
29
Istres - Salon-de-Provence
Jeudi 31 mars 2022
30
Salon-de-Provence - Orléans
31
Orléans - Evreux
Samedi 2 Avril 2022
32
Evreux
Dimanche 3 Avril 2022
33
Orléans

Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


Clermont-Ferrand Aulnat (23/03/2022)

Le Transall fait ses adieux - étape à Clermont-Ferrand-Aulnat

Tournée d'adieu effectuée par le C-160 Transall R212 64-GL - Aulnat - 22 mars 2022 - Crédits : © Photo Jean Pieribattista


Tournée d'adieu effectuée par le C-160 Transall R212 64-GL - Aulnat - 22 mars 2022 - Crédits : © Photo Jean Pieribattista


Tournée d'adieu effectuée par le C-160 Transall R212 64-GL - Aulnat - 22 mars 2022 - Crédits : © Photo Jean Pieribattista


Tournée d'adieu effectuée par le C-160 Transall R212 64-GL - Aulnat - 22 mars 2022 - Crédits : © Photo Jean Pieribattista


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


Ecole de l'air et de l'espace - BA 701 - Salon-de-Provence (01/04/2022)

Le Transall C160 termine sa tournée d’adieu par la BA 701

Tournée d'adieu effectuée par le C-160 Transall R212 64-GL - Salon-de-Provence - 31 mars 2022 - Crédits : © R. Léal / Armée de l'air et de l'espace


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 123 - Orléans (23/03/2022)

Mise en sommeil et appel aux anciens de l’ET 2/61 « Franche-Comté »

Source : 23/03/2022 - Direction : Armée de l'air et de l'espacee
L’escadron de transport (ET) 2/61 « Franche-Comté » sera placé en sommeil le 3 juin 2022 à l’issue d’une cérémonie sur la base aérienne 123 d’Orléans-Bricy.

Les anciens du « Franche-Comté » souhaitant participer à la cérémonie de mise en sommeil sont invités à se rapprocher de l’escadron pour s’y inscrire à l’adresse mesfranche2022@gmail.com avant le 3 mai 2022.

Les Aviateurs y clameront la devise de l’escadron « Comtois, rends-toi ! Nenni, ma foi ! » une dernière fois, en attendant une renaissance ultérieure du « Franche-Comté ».



Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 118 - Mont de Marsan (03/04/2022)

Appel aux Anciens du Régiment de Chasse 2/30 « Normandie-Niémen »

Source : 17/03/2022 - Page Facebook du Régiment de Chasse 2/30 « Normandie-Niémen »

Le mardi 21 juin 2022, le Régiment de Chasse 2/30 "Normandie-Niémen" fêtera son 80ème anniversaire sur la base aérienne 118 de Mont-De-Marsan lors d'une journée historique.

Tous les anciens ayant appartenu au Régiment et souhaitant participer à cette journée de commémoration sont cordialement invités à prendre contact avec la cellule traditions à l'adresse électronique indiquée ci-dessous.



Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 118 - Mont-de-Marsan (09/05/2022)

« Nato Tiger Meet » : premier rassemblement en Grèce pour les Tigres de l’OTAN

Mise à jour : 09/05/2022 - Direction : Armée de l'air et de l'espace
Du 9 au 20 mai 2022, sept Rafale de la 30e escadre de chasse s’envolent sur la base aérienne d’Araxos en Grèce pour une nouvelle édition du « Nato Tiger Meet ».

Le samedi 7 mai, sept Rafale de l’escadron de chasse (EC) 3/30 « Lorraine » et 1/30 « Côte d’argent » ont rugi en arrivant sur la base grecque. Durant deux semaines, ils vont préparer et mener des opérations haut du spectre dans un cadre OTAN. Lors de ce déploiement à l’étranger, ils s’exerceront aux côtés de partenaires de nombreuses nations étrangères : les Grecs, les Belges, les Espagnols, les Suisses, lesAméricains, et Tchèques. Le lendemain, afin de marquer le début de l’exercice, les personnels français ont pris part aux côtés des autres participants à la Flag Ceremony (cérémonie des drapeaux).

Le « Nato Tiger Meet » offre aux personnels français déployés l’occasion de partager et de coopérer avec leurs homologues de l’OTAN. Tous sont issus d’une escadrille « Tigre » et se trouvent souvent engagés dans des opérations communes. Leurs connaissances mutuelles permettent d’envisager les futurs engagements et déploiements avec plus de sérénité et une véritable confiance.

Au fil des jours, les scénarios seront de plus en plus exigeants. Le matin, les équipages mèneront des COMAO (COMposite Air Operations - dispositif complexe de plusieurs aéronefs réalisant des missions aux objectifs multiples), avec une équipe Blue Air opposée aux Red Air, simulant les aéronefs ennemis. L’après-midi, les vols seront rythmés par des missions défensives, offensives et de Close Air Support (CAS – soutien aérien rapproché).

Un peu d'histoire :
Le 19 juillet 1961, le Tactical Fighter Squadron américain organise sur la base aérienne anglo-américaine de Woodbridge en Grande-Bretagne une première rencontre d’unités de l’OTAN ayant pour insigne ou dans leur filiation le tigre. Six Dassault "Super-Mystère B2" de l’escadrille Spa 162 "Tigre" de l’escadre de chasse 1/12 « Cambrésis » de Cambrai-Epinoy prennent part au rassemblement. L’association des Tigres de l’OTAN est née. En 1964, l’armée de l’Air organise pour la première fois le « Nato Tiger Meet » sur la base aérienne de Cambrai. Ces regroupements permettent de développer des liens d’amitié et de favoriser les échanges opérationnels au travers d’exercices. Désormais, le « Nato Tiger Meet » a lieu en principe tous les ans.

Site Nato Tiger Meet - (voir album NTM)

Rafale C n°122 (30-GA) - EC 3/30 Lorraine (SPA 162) - Tiger meet 2022 - Araxos (Grèce) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace



Rafale C n°122 (30-GA) - EC 3/30 Lorraine (SPA 162) - Tiger meet 2022 - Araxos (Grèce) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace



Rafale C n°122 (30-GA) - EC 3/30 Lorraine (SPA 162) - Tiger meet 2022 - Araxos (Grèce) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace



Rafale C n°122 (30-GA) - EC 3/30 Lorraine (SPA 162) - Tiger meet 2022 - Araxos (Grèce) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace



Rafale C n°122 (30-GA) - EC 3/30 Lorraine (SPA 162) - Tiger meet 2022 - Araxos (Grèce) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Rafale C n°122 (30-GA) - EC 3/30 Lorraine (SPA 162) - Tiger meet 2022 - Araxos (Grèce) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace
Rafale B n°309 (30-HB) - EC 1/30 Côte d'Argent (BR 127)


Rafale B n°309 (30-HB) - EC 1/30 Côte d'Argent (BR 127) - Tiger meet 2022 - Araxos (Grèce) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 115 - Orange (10/05/2022)

Renaissance de la 65e Escadre d'Hélicoptères

Mise à jour : 05/05/2022 - Facebook : Base Aérienne 115 "Capitaine de Seynes" Orange Caritat
(en attente du communiqué de presse officiel).

Réveil des traditions ! La 65ème escadre d’hélicoptères reprend du service. Cette escadre née en 1954 à Saïgon, est dissoute un an plus tard à la fin de la guerre d’Indochine. Ce jeudi 5 mai, le général de corps aérien Laurent Lherbette, commandant les Forces Aériennes a remis le drapeau de la 65ème escadre d’hélicoptères au lieutenant-colonel Cédric Loubet, précédant sa prise de commandement.

(à prendre en compte)

Orange - b05/05/2022 - Remise du drapeau de la 65e escadre d'Hélicoptère au lieutenant-colonel Cédric Loubet - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 118 - Mont-de-Marsan (14/05/2022)

Le « Lorraine » scelle son jumelage avec le 1st Squadron

Mise à jour : 13/05/2022 - Direction : Armée de l'air et de l'espace
Fort des traditions entretenues depuis la Seconde Guerre mondiale, l’escadron de chasse 3/30 « Lorraine » a récemment officialisé son jumelage avec le 1st Squadron de la Royal Air Force..

Initié en novembre 2020 par le chef d’état-major de l’armée de l’Air et de l’Espace et son homologue de la Royal Air Force, le jumelage de l’escadron de chasse 3/30 "Lorraine" et du 1st Squadron est lancé. C’est sur la base aérienne de Lossiemouth (Écosse) que les deux escadrons ont scellé ce partenariat historique du 12 au 14 avril 2022. Pour cette première, trois Rafale du "Lorraine", leurs équipages et leurs mécaniciens, ont mené un entraînement conjoint avec les Typhoon britanniques. Outre les échanges entre les différents spécialistes, deux missions tactiques en formation mixte ont permis de développer l’interopérabilité des deux unités « jumelles ».

« Nous sommes deux escadrons aux missions similaires, confie le lieutenant-colonel Rémi, commandant le 3/30 « Lorraine ». Nous participons tous deux à la protection nationale de nos territoires (posture permanente de sûreté), aux opérations au Levant ou encore, plus récemment, au dispositif enhanced Vigilance Activities au-dessus de la Pologne. » Ces similitudes opérationnelles, alliées à l’historique très riche du 3/30 aux côtés de la Royal Air Force, font de ce jumelage une opportunité naturelle d’enrichissement (partage d’informations, échanges réguliers, développement des traditions, etc.). Un partenariat qui se concrétise également grâce aux pilotes en échange au sein des deux escadrons : un pilote français est affecté depuis plus de trois ans au 1st Squadron et le « Lorraine » accueille un pilote britannique depuis septembre 2021.

Le prochain rendez-vous commun devrait se tenir sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan d’ici quelques mois. « Ces événements croisés se feront tous les ans, pour maintenir les contacts », conclut le lieutenant-colonel Rémi.

"Smoke Screen", l’opération emblématique du 3/30 « Lorraine »
Les traditions du 3/30 « Lorraine » sont marquées par l’intégration de l’unité à la Royal Air Force en 1943, sous le nom de 342nd Squadron "Lorraine". L’abnégation de ses équipages, équipés de Boston IIIA, est unanimement reconnue lors de l’opération "Smoke Screen", conduite le 6 juin 1944 sur les côtes normandes. Au petit matin, douze Boston survolent les plages de Normandie à très basse altitude, sur 25 kilomètres, projetant un écran de fumée destiné à protéger les flottes alliées des bombardements allemands. De la pointe de Barfleur à l’embouchure de la Vire, l’opération "Smoke" Screen est un succès.

Patrouille mixte de deux Eurofighter Typhoon FGR.4 du 1st Squadron et de deus Rafale C de l'EC 3/30 Lorraine - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace
Au premier plan, le Rafale C n°142 (30-GU)


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 105 - Evreux (23/05/2022)

L’adieu au vénérable C160 Transall

Mise à jour : 21/05/2022 - Direction : Armée de l'air et de l'espace
Ce vendredi 20 mai 2022, l’armée de l’Air et de l’Espace a rendu un ultime hommage à l’un des transporteurs emblématiques de son Histoire : le C160 Transall.

Cette cérémonie de retrait de service organisée sur la base aérienne (BA) 105 d’Evreux a été présidée par le général Hervé Bertrand, inspecteur de l’armée de l’Air et de l’Espace, et le colonel Solène Le Floch, commandant la BA105.

Plus de 55 ans de service pour le vénérable Transall
Sa conception débute à la fin des années 1950 en coopération avec l’Allemagne de l’Ouest. Après un premier vol en 1963 à Melun-Villaroche, « le premier Transall F entre en service au sein de l’armée de l’Air le 22 novembre 1967 et rejoint l’escadron de transport 1/61 « Touraine » à Orléans. Les 53 premiers exemplaires remplacent progressivement le Noratlas en métropole au Centre d’instruction des équipages de transport, à l’escadron de transport 2/61 "Franche-Comté" ainsi qu’à l’escadron 3/61 "Poitou". Il s’implante progressivement sur les sites outre-mer : Polynésie, Antilles, Sénégal, Djibouti, La Réunion et Nouvelle-Calédonie ». Des propos qui résonnent pendant la cérémonie à la lecture de l’ordre du jour par le général Bertrand.

C160, C160 Astarté et C160 Gabriel
Le C160 va régulièrement faire la démonstration de sa rusticité et de sa souplesse d’emploi via ses modes d’actions menés de jour comme de nuit et en toute discrétion tels que les posés d’assaut sur terrain sommaire ou les largages de fret et de personnel. Au côté de ce 4x4 des airs, deux versions spécifiques de l’appareil vont voir le jour : le C160 Astarté et le C160 Gabriel. Au sein de l’escadron 1/59 "Bigorre", « les quatre Avions Stations Relais de Transmissions Exceptionnelles participent à la mission de dissuasion de 1988 jusqu’à la dissolution de l’escadron en 2001 » ; explique le général. Les deux C160 Gabriel, avion de recueil de renseignement électromagnétique rejoignent l’escadron électronique aéroporté 1/54 "Dunkerque" en 1989 à Metz-Frescaty.

Un avion tout terrain sur tous les fronts
Le Transall a été de tous les engagements depuis plus de 5O ans, marquant particulièrement de son empreinte le territoire africain : Niger, Tchad, Gabon, Djibouti, Côté d’Ivoire, Sénégal. « Il a été de toutes les opérations « africaines », de Manta à Epervier, de Serval à Barkhane, en passant par Turquoise », raconte l’inspecteur. Outre ses missions opérationnelles, le C160 a joué un rôle capital dans des opérations d’évacuations sanitaires ou encore humanitaires. Les ponts aériens réalisés lors de la Guerre du Golfe en sont un infime exemple. Le C160 Gabriel s’est, quant à lui, brillamment illustré lors des opérations Harmattan, Chammal, Barkhane ou encore très récemment en se projetant jusqu’en Roumanie.

Une armée de l’Air et de l’Espace audacieuse
Avec plus d’un million 450 mille heures de vol au compteur et 55 ans après son premier vol, c’est un adieu bouleversant qui s’est tenu sur le tarmac de la base aérienne 105 d’Evreux. Les Aviateurs lui ont rendu un ultime hommage bien mérité. Le Transall prend ainsi sa retraite laissant la place aux nouvelles flottes A400M Atlas et C130J Super Hercules. « L’armée de l’Air et de l’Espace est confiante dans la capacité du transport aérien militaire à poursuivre ses missions, grâce aux impressionnantes capacités et à la complémentarité qu’offrent (l’A400M et le C130J) ». Symbole de cette transmission de témoin, le défilé à 4 avions (Transall, Casa, Hercules et A400M) témoigne de l’engagement mais également de l’avenir qui se dessine dans le monde du transport. « Le terme de la carrière intense et glorieuse du Transall signifie pour beaucoup d’entre vous un changement de fonctions. Votre engagement se poursuivra au sein d’une armée de l’Air et de l’Espace audacieuse, agile, ouverte et connectée, qui prépare les aviateurs au combat d’aujourd’hui, et qui est mobilisée sur la formation des aviateurs de demain ».

20 mai 2022 - Evreux - L’adieu au C160 Transall - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


20 mai 2022 - Evreux - L’adieu au C160 Transall - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


20 mai 2022 - Evreux - L’adieu au C160 Transall - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air