Actualités Armée de l'air 23 (2017)



BA 721 - Rochefort sur Mer (09/07/2017)

Baptême de la promotion 2016 à Rochefort
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 07/07/2017 - Direction : Armée de l'air
Jeudi 29 juin 2017, la base aérienne de Rochefort accueillait la cérémonie annuelle de l’école de formation des sous-officiers de l’Armée de l’Air (EFSOAA). Près de 900 élèves sous-officiers se sont retrouvés, en présence de hautes autorités civiles et militaires ainsi que de leurs familles, pour honorer la mémoire du sergent-chef Jacques Lefranc, parrain de la promotion 2016.

Moment symbolique dans la carrière d’un sous-officier, le baptême de promotion met à l'honneur les élèves de l’Armée de l’Air qui ont été formés à Rochefort entre juin 2016 et juin 2017.
Le général Bernard Dupland, adjoint au directeur des ressources humaines de l’Armée de l’Air, présidait la cérémonie aux côtés du général Didier Tisseyre, commandant l’EFSOAA.
Au cours de la cérémonie, cinq aviateurs ont été décorés. Le général Dupland a ainsi décerné quatre médailles militaires et une médaille d’or de la Défense nationale avec citation. Treize adjudants et deux premiers-maîtres nouvellement promus se sont vu remettre leur poignard et leur sabre.
"La promotion 2016 porte le nom du sergent-chef Jacques Lefranc avec une très grande fierté, a déclaré le général Dupland à l’issue du baptême ; la carrière de ce parrain fait figure d’exemple pour nos jeunes sous-officiers de par son engagement, sa combativité, son professionnalisme et ses valeurs"
L’école de formation des sous-officiers de l’Armée de l’Air est l’acteur majeur de la formation des sous-officiers de l’Armée de l’Air. Elle assure 100% de la formation militaire initiale et 65% des formations techniques des aviateurs. En tant que pôle d’expertise du ministère des Armées pour la formation à la maintenance aéronautique, elle forme 100% des mécaniciens aéronautiques de toutes les armées. Au total, 9200 élèves et stagiaires y sont formés annuellement.

Biographie du sergent-chef Jacques Lefranc (source : plaquette remise aux familles (merci à Jean Pieribattista)

Crédits : © Mallaury Buis / Armée de l'Air / Armées


Crédits : © Mickael Bastien / Armée de l'Air / Armées


Crédits : © Stephane Barrat / Armée de l'Air / Armées


Sources : base aérienne 721 de Rochefort
Droits : © Armée de l'air


Ecole de l'air - BA 701 - Salon de Provence (11/07/2017)

Baptême de promotion 2016 de l'École de l'air
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 11/07/2017 - Direction : Armée de l'air
Vendredi 7 juillet 2017 a eu lieu sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence le baptême de la promotion de l’École de l’air 2016 qui porte désormais le nom de promotion "Général Roland Glavany".

La cérémonie militaire s’est déroulée en présence de Mme Florence Parly, ministre des Armées, du général André Lanata, chef d’état-major de l’Armée de l’Air (CEMAA), du général Éric Autellet, commandant l’École de l’air et la base aérienne 701 de Salon-de-Provence, et de nombreuses hautes autorités civiles et militaires.

L’événement a été précédé, dans l’après-midi, par la visite d’une exposition statique d’aéronefs et une démonstration aérienne du Rafale Solo Display, de l’Équipe de voltige de l’Armée de l’Air et de la Patrouille de France.

Inaugurée par la promotion 1936 "Capitaine Astier de Villatte", la cérémonie du baptême de promotion constitue un moment fort qui engage les futurs officiers de l’Armée de l’Air à vivre avec honneur et dignité leur vocation, à l’exemple d’un illustre prédécesseur.

La promotion 2016 regroupe 117 élèves officiers, aviateurs de différentes formations, cursus et spécialités, dont 52 officiers du personnel navigant, 27 officiers des systèmes aéronautiques et 38 officiers des bases. La promotion est composée à 20% de personnel féminin et compte dans ses rangs deux cadets allemands, un élève franco-libyen et douze élèves du cours spécial de l’École de l’air (pays africains francophones).

La promotion a été baptisée suivant un cérémonial traditionnel immuable. Après que la promotion a reçu son nom de baptême, il est procédé à l’échange de la garde au drapeau. Le drapeau de l’École est transmis à la garde montante, composée d’élèves officiers nouvellement baptisés. Ces moments solennels ont été accompagnés par le survol des Alphajet de la Patrouille de France et un éclatement au-dessus de la promotion baptisée.
La promotion École de l’air 2016 a reçu le nom d’un grand homme dont le dévouement, les actes de courage, les remarquables qualités humaines et la passion de l’aéronautique indiqueront aux élèves officiers l’exemple à suivre.

Le choix du parrain d’une promotion suppose un hommage fort à ce dernier. L’année 2017 a été marquée par la disparition du général Roland Glavany, aviateur blessé pendant la Seconde Guerre mondiale, pilote de chasse et d’essai, officier durant la guerre d’Algérie, commandant de bases aériennes. Cette cérémonie a été l’occasion pour l’Armée de l’Air de rendre hommage à ce grand homme de l’aéronautique militaire française.
Le baptême renforce la volonté des futurs officiers de servir leur pays en s’appuyant sur l’exemple de leurs grands anciens.

Roland Glavany sera le premier pilote européen à franchir Mach 2 en 1958 © Armée de l'air

Biographie du général Glavany

Crédits : © Olivier Favre / Armée de l'Air/ Armées


Crédits : © Olivier Fortin / Armée de l'Air / Armées


Sources : Base aérienne 701 de Salon-de-Provence
Droits : © Armée de l'air


BA 106 - Bordeaux-Mérignac (24/08/2017)

Hommage au commandant Caroline Aigle
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 23/08/2017 - Direction : Armée de l'air
Le 21 août 2017, la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac a rendu hommage au pilote Caroline Aigle, au cours d’une cérémonie commémorative, pour les 10 ans de sa disparition.

Décédée le 21 août 2007, Caroline Aigle était la première femme française pilote de chasse à avoir été affectée en escadron de combat. En présence de la famille du pilote, les aviateurs se sont rassemblés rue Caroline Aigle à Mérignac, inaugurée quatre ans plus tôt. À cette occasion, deux Alphajet de l’escadron d’entrainement 3/8 "Côte d’Or" ont fendu le ciel au-dessus du piquet d’honneur.
Pionnière de l’aviation, elle fut brevetée pilote de chasse des mains du chef d’état-major de l’Armée de l’Air, le général Jean Rannou, le 28 mai 1999. En 2000, elle intègre la base aérienne 115 d’Orange et l’escadron de chasse (EC) 2/5 "Île-de-France". Elle prend dès 2005 le commandement de la SPA 57 de l'EC 2/2 "Côte d'Or" de Dijon.
Pilote d’exception reconnue, Caroline Aigle était aussi une sportive de haut niveau qui a su s’illustrer dans le triathlon militaire en individuel aux championnats de France mais aussi en équipe aux championnats du monde. Son parcours suscite toujours autant d’admiration. Elle aura forcé le respect jusqu’à son dernier souffle !

Voir aussi

Hommage à Caroline Aigle - © Emmanuel Labarre / Armée de l'air/ Armées


Hommage à Caroline Aigle - © Emmanuel Labarre / Armée de l'air/ Armées


Sources : BA 106
Droits : © Armée de l'air


BA 113 - Saint-Dizier - BA 105 Evreux (02/09/2017)

Les nouveaux commandants des bases aériennes 113 et 105
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 29/08/2017 - Direction : Armée de l'air
Le 24 et le 25 août 2017, les bases aériennes 113 de Saint-Dizier et 105 d'Évreux ont été le théâtre d’une passation de commandement.

Saint-Dizier
Jeudi 24 août, sur la base aérienne 113 "Commandant Antoine de Saint-Exupéry" de Saint-Dizier, le colonel Bruno Paupy a succédé au colonel Sébastien Michel. La cérémonie à laquelle ce changement a donné lieu s’est déroulée sous l’autorité du général Antoine Creux, inspecteur général des armées Air. Le colonel Paupy vient de l’inspection générale des armées Air où il occupait le poste de chef du bureau des forces-opérations. Cette cérémonie a également été marquée par cinq autres passations de commandement d’escadron de la base. À cette occasion, l’inspecteur général des armées a fait commandeur de la Légion d’honneur le général Philippe Adam, major général de l’Armée de l’Air. Sept décorations dont la Légion d’Honneur, une Médaille militaire et une Médaille de l’aéronautique ont également été remises.

Base aérienne 113 : prise de commandement


Évreux
Vendredi 25 août 2017, le colonel David Desjardins a pris le commandant de la base aérienne 105 "Commandant Viot" d’Évreux. Il succède au colonel Vincent Breton. En provenance de Bruxelles, le colonel Desjardins était jusqu’à présent conseiller politique du secrétaire général de l’Otan. Après deux années de commandement à Évreux, le colonel Breton, quant à lui, rejoint l’état-major de l’Armée de l’Air en qualité d’adjoint au bureau sous-chefferie activités. La cérémonie présidée par le général Philippe Adam, major général de l’Armée de l’Air, marquait également la mise en sommeil d’une unité emblématique de la base, l’escadron de transport "Béarn". (prise en compte )
L’organisation du meeting en 2018 sur la base aérienne normande sera l’un des dossiers phares pour le nouveau commandant de base.

Cette cérémonie du 25 août 2017 marquait également la mise en sommeil de l’escadron de transport "Béarn"


Base aérienne 105 prise de commandement


Base aérienne 105 prise de commandement


Sources : © Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


Capitaine Georges Guynemer - Poelkapelle (12/09/2017)

Centenaire de la disparition du capitaine Georges Guynemer, cérémonie du souvenir à Poelkapelle
(Actualité Armée de l'air)

Mise à jour : 12/09/2017 - Direction : Armée de l'air
Lundi 11 septembre 2017, une commémoration a marqué le centenaire de la disparition du capitaine Georges Guynemer. Organisée par le comité franco-belge du souvenir Guynemer, la cérémonie s’est tenue à Poelkapelle, petit village de Flandre occidentale en Belgique, où l’As de l’aviation française s’est abattu le 11 septembre 1917.

Un siècle jour pour jour après la disparition de l’As aux 53 victoires homologuées, des délégations française, belge, britannique et allemande ainsi que des hautes autorités civiles et militaires lui ont rendu hommage. La cérémonie s’est déroulée autour du monument Guynemer situé dans le centre de la commune de Poelkapelle et érigé en 1923 à l’initiative de grands As belges : Willy Coppens, Jan Olieslagers, Edmond Thieffry, Fernand Jacquet et André de Meulemeester. Sur la stèle, une épitaphe rappelle en souvenir de Georges Guynemer : "Héros légendaire, tombé en plein ciel de gloire, après trois ans de lutte ardente. Restera le plus pur symbole des qualités de la race : ténacité indomptable, énergie farouche, courage sublime. Animé de la foi la plus inébranlable dans la victoire, il lègue aux soldats français un souvenir impérissable qui exaltera l'esprit de sacrifice et provoquera les plus nobles émulations."

Dans son allocution, le général André Lanata, chef d’état-major de l’Armée de l’Air, s’est tout d’abord réjoui de voir rassemblé "un cercle regroupant tant les alliés que les adversaires d’hier, désormais indéfectibles partenaires". Il a ensuite retracé le parcours "époustouflant" de Georges Guynemer qui "aura illustré jusqu’au bout sa devise "Faire face", démontrant une énergie, une ténacité et un don de soi qui doivent être cités en exemple.» Soulignant "l’engagement total" de Georges Guynemer, le général André Lanata a également salué le souvenir de l’ensemble des combattants de la Première Guerre mondiale : "J’ai conscience qu’ici, sur terre comme dans les airs, ce furent des centaines de milliers d’hommes et de femmes de nationalités très différentes qui donnèrent leurs vies dans des conditions effroyables au service d’une cause qui les dépasse."

La cérémonie s’est poursuivie avec l’hymne Guynemer, interprété par les enfants de l’école primaire de Poelkapelle, tandis qu’un hélicoptère Sea King dispersait des pétales de roses sur la stèle. Enfin, comme tous les 11 septembre, l’Armée de l’Air a honoré la mémoire de l’aviateur en lisant sa dernière citation rédigée par le général Anthoine, commandant l’armée en Flandre. Celle-ci a été lue par le capitaine Claude Mangin de l’unité de Mirage 2000 de l’escadrille SPA 3, aujourd’hui héritière du glorieux escadron (*Groupe*) de chasse des "Cigognes".

"Cette commémoration est un événement important pour la France, mais aussi pour la Belgique, a précisé Kurt Verwilligen, responsable des relations publiques de la composante Air belge. Nous portons beaucoup de respect au capitaine Georges Guynemer comme l’illustre la stèle érigée à sa mémoire par des As belges. D’une manière générale, les efforts portés par les pilotes durant la Première Guerre mondiale ne doivent pas être oubliés afin qu’un tel conflit ne se reproduise plus jamais."

Le général André Lanata, chef d'état-major de l'Armée de l'Air et Claude-France Arnauld, ambassadrice de France - © Anthony Jeuland / Armée de l'Air / Défense


À gauche, le représentant du roi belge - © Anthony Jeuland / Armée de l'Air / Défense


Commémoration du centenaire de la disparition de Guynemer - © Anthony Jeuland / Armée de l'Air / Défense


Guynemer - "Héros légendaire, tombé en plein ciel de gloire, après trois ans de lutte ardente. Restera le plus pur symbole des qualités de la race : ténacité indomptable, énergie farouche, courage sublime. Animé de la foi la plus inébranlable dans la victoire, il lègue au soldat français un souvenir impérissable qui exaltera l’esprit de sacrifice et provoquera les plus nobles émulations" - © Anthony Jeuland / Armée de l'Air / Défense


Georges Guynemer, l’un des plus grands As français

Engagé comme élève mécanicien à la fin de 1914, il se retrouve pilote de chasse aux "Cigognes" en 1915. À bord de son appareil baptisé le "Vieux Charles", ce combattant tenace ne lâche jamais un ennemi engagé. Il disparaît le 11 septembre 1917 lors d’un combat aérien au-dessus de Poelkapelle. Il avait 22 ans et 53 victoires aériennes homologuées, acquises au cours de plus de 500 combats. Entré au Panthéon en 1922, Georges Guynemer avait pour devise "Tant qu’on n'a pas tout donné, on n’a rien donné", laquelle est aujourd’hui reprise par l’école des officiers de l’Armée de l’Air et sert de modèle à chaque génération de jeunes aviateurs.