Actualités Armée de l'air 34 (2020-2021)



BA 702 - Avord (02/06/2021)

BA 702 AVORD : Les traditions se perpétuent au sein des Forces aériennes stratégiques (FAS)

Mise à jour : 01/06/2021 - Auteur : armée de l'Air et de l'Espace - Direction : Armée de l'Air et de l'Espace
Le jeudi 27 mai 2021, le général de corps aérien Bruno Maigret, commandant les Forces aériennes stratégiques (GCFAS), a présidé une cérémonie des couleurs en présence du colonel Olivier Kaladjian, commandant la base aérienne (BA) 702 « Capitaine Georges Madon ».

Une cérémonie particulière aux couleurs du Groupement d’escadrons spécialisés 06.532

Au cours de cette cérémonie, placée sous le sceau du groupement d’escadrons spécialisés (GES) 06.532, des symboles porteurs de sens et perpétuant les traditions des FAS lui ont été remis.
Ainsi, le lieutenant-colonel Benoît, commandant du GES, s’est vu confier le drapeau de la 15e escadre de bombardement. Puis le capitaine Killian, commandant de l’escadron d’armement spécialisé (EAS) 94.532 « Auron », a reçu le fanion de l’unité, nouvellement homologué.
Enfin, marquant la fin de cette cérémonie, l’insigne du 1er groupement de missions stratégiques (GMS) a été transmis au lieutenant-colonel Benoît..

Un groupement qui entre dans l’histoire des FAS

Créé le 1er juillet 2018, le groupement d’escadrons spécialisés 06.532, aujourd’hui 1er GMS, regroupe, au même titre qu’une escadre, toutes les unités des Forces aériennes stratégiques stationnées sur la BA 702 : l’ESTAS 91.532 (escadron de soutien technique et d’armement spécialisé) (?) , l’escadron SYDEREC 92.532 (système de dernier recours) et l’EAS 94.532 (escadron d’armement spécialisé).
Constitué d’unités récentes ou plus anciennes, il était nécessaire de développer et de compléter le patrimoine de tradition du groupement pour l’ancrer durablement dans le paysage de la base aérienne 702 et dans l’histoire des FAS.

Le GES, héritié d’une longue tradition, devient le 1er GMS

Le GES s’est donc vu confier la garde du drapeau de la 15e escadre de bombardement (EB) mise sur pied à Avord en juillet 1935. Ce drapeau, auparavant confié au 1er GMS (groupement de missiles stratégiques), de sa création en 1968 jusqu’à sa dissolution en 2000, marque la continuité historique entre la base aérienne d'Avord, le 1er GMS et le GES aujourd’hui.

Mais le GES s’est aussi vu confier le patrimoine de tradition du 1er GMS, lequel a, pendant 27 années, garanti la capacité de frappe nucléaire à partir des missiles sol-sol balistiques stratégiques S2, puis S3, implantés sur le plateau d’Albion.

De ce fait, en complément de la garde du drapeau de la 15e EB, les personnels du GES pourront porter l’insigne historique du 1er GMS, rendant ainsi un hommage légitime à leurs aînés qui ont servi pendant près de 30 ans dans ce groupement essentiel à la sécurité de la nation. Les unités FAS de la BA 702 sont donc aujourd’hui rattachées au 1er groupement de moyens spécialisés (1er GMS) qui succcède au GES. Texte..

Au cours de cette riche année, l’escadron d’armement spécialisé (EAS) 94.532 a aussi reçu le nom de baptême « Auron » ainsi que son insigne, nouvellement créé à l’image du fanion de l’unité. Ce dernier se distingue de ceux des autres EAS d'Istres et de Saint-Dizier par sa couleur verte, couleur de la comète de l'insigne de la BA 702, marquant ainsi son attachement à la base. Les mécaniciens de l’EAS 94.532 pourront arborer fièrement leur nouvel insigne, homologué sous le numéro A1525.

En parallèle, l’ESTAS a reçu le nom de baptême « Airain » et l’escadron SYDEREC celui de « Astarte » (Ndlr1), complétant ainsi leurs insignes et fanions historiques.

Avec cette cérémonie, la base aérienne 702 a rendu un hommage appuyé aux unités des FAS qui évoluent dans ses murs et qui concourent, au quotidien, à la réussite de sa mission première : la dissuasion.

Cette journée s’est clôturée par une démonstration du savoir-faire des équipages de Rafale biplaces de la 4e escadre de chasse qui avaient déployé pour l’occasion la patrouille Requin Mike.


(Ndlr) Astarte : sans doute en mémoire de l'acronyme (Astarté = Avion Station Relais de Transmissions Exceptionnelles) attribué au C160 H de l'EE 1/59 Astarté de 1988 à 1992 puis de l'EA 1/59 Bigorre de 1992 à 2001.

BA 702 Avord : Les traditions se perpétuent au sein des Forces aériennes stratégiques (FAS) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace



BA 702 Avord : Les traditions se perpétuent au sein des Forces aériennes stratégiques (FAS) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


BA 702 Avord : Les traditions se perpétuent au sein des Forces aériennes stratégiques (FAS) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


BA 702 Avord : Les traditions se perpétuent au sein des Forces aériennes stratégiques (FAS) - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 133 - Nancy-Ochey (28/05/2021)

Dissolution de l’escadron de transformation Mirage 2000D sur la base aérienne de Nancy-Ochey

Mise à jour : 28/05/2021 - Auteur : armee de l'Air et de l'Espace - Direction : Armée de l'Air et de l'Espace
Ce jeudi 27 mai 2021 s’est tenue la cérémonie de dissolution de l’escadron de transformation Mirage 2000D (ETD) 4/3 « Argonne » sur la base aérienne (BA) 133 de Nancy-Ochey.

Lors de cette cérémonie militaire présidée par le général Bertrand Jardin, commandant la Brigade aérienne de l’aviation de chasse (BAAC) du commandement des forces aériennes, le fanion de l’ETD a été remis des mains de son commandant, le commandant Jean-Christophe, au Service historique de la Défense, marquant officiellement la dissolution de l’unité dont les missions seront reprises par l’escadron de chasse 2/3 « Champagne ».

La cérémonie a été clôturée par le passage en formation serrée de huit Alphajet de la Patrouille de France et quatre Mirage 2000D de la BA 133 suivi des démonstrations aériennes de la Patrouille de France puis des Couteau Delta (patrouille de démonstration tactique sur Mirage 2000D) pour leur première présentation de la saison depuis leur reprise cette année.

Dissolution de l’escadron de transformation Mirage 2000D sur la base aérienne de Nancy-Ochey - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Dissolution de l’escadron de transformation Mirage 2000D sur la base aérienne de Nancy-Ochey - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Dissolution de l’escadron de transformation Mirage 2000D sur la base aérienne de Nancy-Ochey - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Dissolution de l’escadron de transformation Mirage 2000D sur la base aérienne de Nancy-Ochey - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Dissolution de l’escadron de transformation Mirage 2000D sur la base aérienne de Nancy-Ochey - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Dissolution de l’escadron de transformation Mirage 2000D sur la base aérienne de Nancy-Ochey - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 125 - Istres (10/06/2021)

Remise de son fanion à l’Escadron de transformation Phénix (ETP) 3/31 "Landes"

Mise à jour : 07/06/2021 18:00 - Page Facebook "Base aérienne 125 Istres
Une cérémonie militaire présidée par le GCA Bruno Maigret, commandant les Forces aériennes stratégiques (FAS) et en présence du Col David Marty, commandant la BA125 a eu lieu ce vendredi [04/06/2021].

Elle a permis la mise à l’honneur de la 31ème Escadre et des unités qui la compose notamment avec la remise de fanion de au lieutenant-colonel Mickaël, son commandant symbolisant l’ancrage durable de l’identité de cette nouvelle unité au sein de l’Armée de l'Air et de l'Espace.

La cérémonie s’est poursuivie avec la lecture d’un ordre du jour par le GDA Pierre Reutter, directeur de la DSAé relative à la remise de la certification d’agrément de navigabilité EMAR/FRA 147. Ce certificat est essentiel dans le cadre de la formation du personnel participant aux tâches d’entretien et de maintenance des A330 Phénix. Il s’agit du premier agrément du Commandement des FAS concernant la formation de type.

Empreinte d’émotions, la cérémonie s’est terminée avec la lecture d’un témoignage de satisfaction au profit du lieutenant-colonel Guillaume, commandant la 31ème EARTS pour « son engagement sans faille pendant l’état d’urgence sanitaire ». En effet à compter de mars et sur tous les front, l’escadre a poursuivi ses missions principales et celles de secours à la population avec des évacuations de patients par l’A330 Phénix équipé du kit Morphée.

Remise du fanion à l’Escadron de transformation Phénix (ETP) 3/31 "Landes" - Crédits : © Adj O.Fabre / armée de l’Air et de l’Espace.


Remise du fanion à l’ETP 3/31 "Landes" et de la certification d’agrément de navigabilité EMAR/FRA 147 - Crédits : © Adj O.Fabre / armée de l’Air et de l’Espace.


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 942 - Lyon-Mont-Verdun (11/06/2021)

Le Commandement de la défense aérienne fête ses 60 ans

Mise à jour : 11/06/2021 - Auteur : Armée de l'air et de l'espace - Direction : Armée de l'Air et de l'Espace
Si les prémices des mesures de défense aérienne sont observables à l’aube du premier conflit mondial, c’est, cependant, en 1961 qu’est créé le Commandement de la défense aérienne, placé sous la direction de l’armée de l’Air. 60 ans plus tard, nous vous proposons une rétrospective ainsi qu’un zoom sur le champ d’action de ce commandement.

Les premières mesures de défense passives voient le jour en 1914 avec la mise en place d’un système de détection visuelle et acoustique des bombardements sur Paris. En 1941, les premiers radars sont installés. L'Inspection de la défense de l’air voit aussi le jour, remplacée en 1945 par le commandement de la défense aérienne du territoire (DAT) dont les moyens s’avèrent insuffisants pour mettre en œuvre le plan de défense aérienne prévu en métropole et en Afrique du Nord. Trois zones de défense aérienne sont créées en 1948 (ZDA) et sont subordonnées à la DAT ; l’une couvrant le Nord, la deuxième la côte méditerranéenne et la Corse, et la dernière l’Afrique du Nord..

Création d’un commandement « Air » des forces de défense aérienne

Par le décret n°61-581 du 27 mai 1961, paru au Journal officiel le 10 juin 1961, la défense aérienne est réorganisée avec la création d’un Commandement de la défense aérienne confié à l’armée de l’Air, sous le commandement d’un officier général de l’air relevant du premier ministre et du ministre des Armées. Ainsi, le général de division aérienne Louis Delfino - qui a commandé le Régiment « Normandie Niemen » en URSS - est nommé à la tête de l’état-major de la défense aérienne et du Commandement air des forces de défense aérienne (CAFDA). En tant que commandant de la défense aérienne, il élabore et met en œuvre le plan militaire de défense aérienne, en conformité avec la politique de défense en vigueur, établit les programmes d’expérimentation des matériels de défense aérienne et les travaux des organismes chargés de la circulation aérienne, et traite les conflits avec les défenses aériennes étrangères, et les autres armées. Il assure aussi le commandement du CAFDA, créé par l’important décret de Groupement d’unités aériennes spécialisées.

CODA et ZAD

De l’état-major de la défense aérienne dépendent aussi le centre d’opérations de la défense aérienne (CODA) et les zones aériennes de défense (ZAD). Le CODA, basé à Taverny, est chargé du contrôle continu des opérations de défense aérienne. Il prépare les opérations, recueille et diffuse les messages d’alerte, et conduit les opérations de sûreté aérienne. En outre, il assure la circulation aérienne opérationnelle militaire. Trois zones aériennes de défense (ZAD) sont définies. Elles disposent chacune de Centres de détection de contrôle (CDC) - anciennement Stations maître radar (SMR) - et d’escadres d’intercepteurs. La métropole comprend la ZAD Nord, avec un poste de commandement à Creil - dont le centre d’opération est à Romilly - et la ZAD Sud, commandée depuis Aix-en-Provence – dont le centre d’opération est à Aix Mignet. La troisième ZAD se trouve en Algérie. Elle couvre aussi la mission spécifique de maintien de l’ordre. À l’époque, la défense aérienne de l’Est de la France relève encore du 1er commandement aérien tactique mis à la disposition du commandement allié en Europe.

La création d’un Commandement de la défense Aérienne a alors pour but l’amélioration de la détection et la rapidité d’exploitation des informations (grâce à des systèmes adaptés aux nouveaux intercepteurs Mirage III comme le STRIDA [Système de Traitement et de Représentation des Informations de Défense Aérienne]), et l’assurance d’une protection contre les attaques à basse altitude.

En 1994, le Commandement de la défense aérienne des opérations aérienne (CDAOA) est créé sur la base de Taverny afin de commander l’ensemble des opérations aériennes depuis la métropole. En 2007, il est implanté sur la base aérienne 942 Lyon-Mont-Verdun. Il est notamment chargé de la défense nationale aérienne sous l’autorité du premier ministre, de la sûreté aérienne, mais également de la surveillance de l’espace extra-atmosphérique.

Le 20 janvier 1945, le général de Gaulle créait, au sein de l’armée de l’Air, le Commandement de la défense aérienne du territoire (DAT), devenu aujourd’hui Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA). Dans le domaine de la dissuasion, près de 20 ans plus tard, fruit de sa détermination, la première prise d’alerte de dissuasion nucléaire aéroportée est effective le 1er octobre 1964.

Le Commandement de la défense aérienne fête ses 60 ans - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air


BA 113 - Saint-Dizier (14/06/2021)

Une nouvelle allure pour le Rafale Solo Display à l’occasion de la livrée 2021

Mise à jour : 10/06/2021 - Auteur : Armée de l'air et de l'espace - Direction : Armée de l'Air et de l'Espace
Changement de design pour le Rafale Solo Display (RSD). Régis Rocca, réserviste citoyen et passionné d’aviation, a contribué au rayonnement de l’armée de l’Air et de l’Espace (AAE) en concevant la toute nouvelle décoration d’un de ses Ambassadeurs.

Jeudi 5 juin 2021, Régis Rocca, réserviste citoyen et designer passionné d’aviation, était l’invité d’honneur de la base aérienne (BA) 113 « Commandant Antoine de Saint-Exupéry » de Saint-Dizier. Celui-ci est en effet le concepteur de la nouvelle peinture de la livrée 2021 du RSD. Il a ainsi pu découvrir, « en avant-première », le fruit de plusieurs semaines de travail. Pour concrétiser ce projet, Régis Rocca a été appuyé par des mécaniciens structure de la BA 113, dont l’adjudant Cédric. Ces derniers ont été chargés de la peinture de l’appareil.

Cette année, le designer s’est inspiré de trajectoires de satellites géostationnaires gravitant autour de la Terre, confondues dans un camaïeu de bleu. Ce choix est une référence directe à la dimension spatiale de l’AAE.

En mettant ses compétences au bénéfice de l’institution, Régis Rocca est un très bel exemple de l’engagement des réservistes citoyens. Par le biais de son expertise, il promeut l’esprit de défense et contribue au rayonnement de l’AAE.

Afin de marquer solennellement cet événement et cet engagement, le colonel Julien Fourneret, commandant la BA 113, a remis officiellement à Régis Rocca la médaille des réservistes volontaires de défense et de sécurité intérieure.

(Ndlr) Voir autres photos

Les livrées antérieures du Rafale Solo Display depuis 2017 :
• 2017
• 2018
• 2019

Nouvelle livrée Rafale Solo Display - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Nouvelle livrée Rafale Solo Display : le colonel Julien Fourneret, commandant la BA 113, a remis officiellement à Régis Rocca la médaille des réservistes volontaires de défense et de sécurité intérieure. - Crédits : © Armée de l'air et de l'espace


Sources : Armée de l'air
Droits : © Armée de l'air