Contributions page 20

 


EC 1/1 - Jean-Luc Ciappa (01/11/2011)

[...] Je suis à la recherche de renseignements concernant un crash de F84F du 1.1 de St Dizier le 05/02/1960 sur la commune de la Boissière dans l'Hérault. j'ai découvert une stèle près de chez moi certainement le lieu du crash. Il s'agit du Ltt JC Boulanger. Pour ma culture personnelle et pour le devoir de mémoire, je voudrai savoir si vous pouvez me fournir des renseignements ou me dire où je peux en trouver. Merci d'avance

(Rdlr) Difficile pour moi de vous aider dans vos recherches. Je profite néanmoins de votre demande pour rappeler la méthodologie de recherche pour les accidents aériens : sur mon site, il faut "aller" Rubrique "Recherche"
Vous cliquez sur "Dossier des accidents d'avions"
En choisissant l'année 1960 (pour la date de l'accident) et le département Hérault, vous obtenez les éléments suivants :

Cote du dossier Date de l'accident Lieu de l'accident Département / pays de l'accident Type d'aéronef impliqué Numéro et immatriculation Unité de l'aéronef militaire impliqué Unité de l'équipage impliqué
100E 1724 05/02/1960 LA BOISSIERE HERAULT F-84 F 52.9038 F-SCN. EC 01.001 EC 01.001

Avec la cote du dossier, je vous conseille de rentrer en contact avec le SHD Service Historique des Armées
Département de l'armée de l'Air
Château de Vincennes
Avenue de Paris 94300 Vincennes
Téléphones :

Salle de lecture : +1 41 93 22 39
Communication : +1 41 93 20 45
Télécopie : +1 41 93 21 99















3e EIV du GE 315 Roumi - Escadron de Sélection en Vol Gévaudan (Avord) - Jérôme Meyrand (30/10/2011)

J'écris actuellement la biographie d'un pilote de chasse ayant quitté les forces en 2004 et qui est donc passé par le GE 315 de Cognac. L'indicatif radio était "Roumi" un nom que je retrouve dans la description de l'insigne de l'EPAA 315 Cognac (Le 3e EIV Roumi). Pourriez-vous me dire ce que signifie Roumi ?
Pourriez-vous me confirmer que l'indicatif radio de l'escadron Gévaudan qui volait sur Cap 10B à Avord dans les années 80 était bien Rocou ?
Je cherche également le nom de baptême de la promo EFIPN 86/1A à Avord

(Rdlr)
© Gérard Marodon : [...] Le mot "Roumi" vient de "rüm" ou "roum", déformation du grec "rômaios", qui signifie proprement "romain". Ce mot était employé autrefois par les Musulmans pour désigner les Européens, et particulièrement les Byzantins. Plus tard, il s'est généralisé pour s'appliquer à tous les infidèles de race latine. "Roumi" était effectivement l'indicatif radio du 3° E.I.V. de Cognac, avec l'insigne bien connu du guerrier romain, symbole du courage et de la combativité exigés du pilote militaire (l'épée brandie), qui assure en même temps sa sécurité (le bouclier, orné du macaron). En revanche, je suis incapable de te dire quand et pourquoi l'insigne a été créé à l'usage de cet escadron. Je pense que cela doit remonter à Marrakech. Il faudrait que tu interroges des anciens monits (ou élèves) de l'époque à ce sujet. Désolé de ne pas pouvoir être plus complet... [...]

© Yves Thomas : [...]Je confirme que l'indicatif du Gévaudan à Aulnat puis Avord était bien "Rocou". Par contre, je n'ai jamais entendu parlé de nom de promo : cela serait étonnant car ces "promos" étaient composées de jeunes en sélection et non d'élèves en réelle promotion constituée.
Pour le "Roumi" une anecdote des années 68. Le "padre" (aumonier des élèves) volait assez souvent : il avait son pilote attitré, le capitaine Michat dit "monsieur G" commandant d'une escadrille du 3ème (l'autre était Roville) et on lui avait donné l'indicatif "Roumi Vobiscum".
Autre chose. Sur la photo des pilotes du 1/2 en combinaison HA, le X accroupi à droite entre Moyencout et Raseing me semble être Terrasson (sergent/chef). [...] (pris en compte )




































37e RAO (capitaine René Lehideux) - Jacqueline Briffe (24/10/2011)

[...] En recherchant les Lehideux, je suis tombée sur votre site et j’y ai découvert mon père René Lehideux capitaine à Kasbah Tadla.
Je peux vous donner des renseignements sur lui si cela vous intéresse.
A tout hasard, je vous ai mis la carrière résumée de mon père, mais je ne sais pas si vous pourrez le lire. Je possède l’original de ses états de services.

[...]Sur la photo de groupe (de votre site) , mon père est assis au milieu le quatrième en partant de la droite ou de la gauche [...]

Etats de service de René Emile Lehideux né le 7 mars 1887 (autres portraits ci-dessous) :
21/05/1906 : Entré en service comme engagé volontaire pour 3ans à Vitré (70e RI)
29/10/1906 : caporal (70e RI)
12/10/1907 : sergent (70e RI)
15/07/1908 : sous-lieutenant de réserve (70e RI)
30/06/1914 : lieutenant de réserve (70e RI)
01/08/1914 : Rappelé en activité (mobilisation) (70e RI)
23/08/1914 : lieutenant d'active (70e RI)
01/01/1916 : 156e RI
16/11/1916 au 15/12/1918 : prisonnier de guerre
[...]
20/08/1919 : 2e puis 14e Régiment de tirailleurs algériens (Maroc)
24/02/1921 : Admis dans le Personnel Navigant et affecté au 37e RAO
01/08/1921 : Breveté observateur, commandant la 6ème escadrille du 37e RAO
24/11/1922 : affecté comme élève-pilote à Istres
26/02/1923 : Breveté pilote d'avions à Istres
16/04/1923 : reprend le commandement de la 6ème escadrille du 37e RAO
31/08/1923 : commandant le 3e groupe du 37e RAO
11/12/1924 : commandant de la 2ème escadrille du 37e RAO
11/12/1924 : commandant je Groupement Est, 2ème et 19ème escadrille du 37e RAO
25/03/1926 : promu Chef de Bataillon
01/01/1927 : commandant le 3e groupe (Marrakech) du 37e RAO
23/08/1932 : Rapatrié, affecté au 32e RAM
17/01/1933 : Commandant provisoire de la 32e Escadre
02/10/1936 : Commandant la base aérienne n°102 de Dijon (et directeur du parc)
15/12/1936 : Promu Lieutenant-Colonel
25/01/1939 : Etat-major de la 8ème subdivision Aérienne
07/03/1940 : Mis en congé du PN
01/07/1940 : Etat-major du commandement des bases aériennes de Brignolles
01/08/1940 : Renvoyé dans ses foyers par le Secrétariat d'Etat à l'Aviation. se retire à Ille sur Tet (Pyrénées Orientales)

[...]Je vous envoie des images d'insignes ayant appartenus à mon père. Pouvez vous me dire si vous les connaissez et à quoi ils correspondent ? [...]



(Rdlr) Base Aérienne 130 de Salon de Provence (période à déterminer) (mis en place )



(Rdlr) VB55 - 2ème escadrille du 37e RAO (1924) (mis en place )



(Rdlr) insigne identifié comme étant un insigne du Matériel (donc ce n'est pas un insigne, ni de l'aviation militaire, ni de l'Armée de l'air) :
Service du Matériel Type 1 exemplaire non homologué homologué 498 en 1947 sans marque de fabriquant hauteur 28 mm

Homologué qu'en 1947, il est vraisemblable que votre père ne l'a eu en sa possession qu'après la fin de sa carrière militaire.
Il faut remarquer cependant que selon les travaux de "Myrone Cuich" Tome 1, page 151 et le livre de l'Aviation Militaire Française de P Bartlett, l'insigne de la SAL 230 affichait une symbolique très comparable.


A gauche, le capitaine René Lehideux en 1923 dans la tenue de l'aviation militaire de l'époque. A droite, le commandant René Lehideux après 1934, portant l'uniforme de l'Armée de l'air.
Il est à noter qu"il porte toujours sur son aile de casquette le numéro "37" de son ancien Régiment d'Aviation d'appartenance.





12e EB - Olivier Baillon (24/10/2011)

Voici un insigne trouvé avec un insigne de la BR 131 de 14-18, celui-ci fait penser à la 12ème EB ou 12ème RAB, peut-être que d'autres spécialistes auront un avis.





(Rdlr) Il est sensationnel de retrouver cet insigne métallique !!! [...]
Insigne déjà identifié sur ce site :
état-major de la 12ème escadre de bombardement de Reims - Jean-Paul Bonora (09/11/2010)
(pris en compte )







CAP 130 - GB II/22 - 22e EB - François-Xavier Bibert (24/10/2011)



[...]Jean-Paul Bonora vient de me faire passer cette photo à cause du Gypaète, pensant qu’elle avait été faite à Chartres.
Notre ami Franck Roumy, en mission, très à l’est.... actuellement, me dit : Bricy (sans doute possible ) - Groupe de Reconnaissance ( ??)

Si je comprends bien votre page sur le 22ème EB : Ce serait donc un Bloch 131, entre octobre 1938 et septembre 1939, à Bricy.

Questions subsidiaires :
22ème de Bombardement ou de Reconnaissance à cette époque ?
Y a-t-il un moyen en N&B de différencier les « Gypaètes » des CAP 130 et CAP 115 ??? [...]

(Rdlr) [...] Si l'on se réfère à cette page sur le 22ème EB , le GB II/22 a été effectivement équipé de Bloch 131 à partir d'octobre 1938 et stationnait à Orléans depuis novembre 1936 (mes sources : je ne sais plus).
De là à conclure que cette photo a été prise à Bricy, je ne ferai pas le pas.


Questions subsidiaires :
- 22ème de Bombardement ou de reconnaissance à cette époque ?
22ème Escadre de Bombardement (sans hésiter).
Il est à noter cependant que le Bloch 131 (tout comme le Potez 540) était le fruit des élucubrations effectuées pour satisfaire le concept de polyvalence BCR (Bombardement, Chasse, Reconnaissance) qui fut un temps à la mode. Par ailleurs, la part faîte (un moment) entre l'Aviation Lourde de Défense et l'Aviation Légère de Défense était abandonnée en 1938.

- Y at-il un moyen en N&B de différencier les "gypaètes" des CAP 130 et CAP 115 ???
Pour moi, la nuit, tous les chats sont gris ... et sur les photos, tous les gris sont gris. Je ne sais pas distinguer.
A choisir, sur mon site, l'escadrille CAP 115 est déjà illustrée (par un Amiot 143), avec l'autorisation de Jean-Paul Bonora, j'utilise donc cette photo pour l'escadrille CAP 130 orpheline d'illustration.
... Et j'attends que preuve soit faite de l'erreur commise.


Réponse de François-Xavier Bibert :

[...] Pour une fois je vais vous apporter un peu de contradiction, grâce à notre ami Franck Roumy ...

De là à conclure que cette photo a été prise à Bricy, je ne ferai pas le pas.

Franck, grand spécialiste de Bricy est affirmatif : c’est à Bricy avec un élément de preuve, la photo que je vous joins en pièces jointes.... Il pourra éventuellement nous en dire plus, si vous avez encore un doute....


22ème de Bombardement ou de Reconnaissance à cette époque ?
22ème Escadre de Bombardement (sans hésiter).
Peut être mais : Franck m’avait déjà fait passer un document du SHAA que j’ai retrouvé tardivement et dont je vous joins trois pages : la couverture (titre du document), les insignes (que j’ai redessinés et que j’ai placé sur une de mes deux pages sur Chartres... Vous pouvez les récupérer (mais je peux vous les envoyer en grande taille).
Vous verrez que sur la page 10 du document en question (fichier 12), c’est incontestable : « ...le 22ème se mue en Groupe de reconnaissance... » (à prendre en compte )




Insignes des 4 escadrilles de la 22ème Escadre Lourde de Défense pour l’année 1936
(avec une autre représentation, adaptée d’un historique du Groupe « Maroc » rédigé après la guerre)









Corrections de forme - Jean-Eric Zobrist (02/12/2011)

[...]Toujours fidèle au site "Traditions Air = une passion, la référence", j'ai relevé un lien mort et un doublon.
Bandeau bleu à Gauche >> autres unités >>
1°/ on trouve 2 fois "Bretagne"
2°/ EAS 6/560 = lien mort, car aucun renvoi?
3°/ pour une meilleur compréhension, ne pas dissocier le CFIP 322 de l'EPAA 315 par un trait ou alors rappeller "EPAA SUITE" devant l'insigne du CFPI 322. Bon courage pour la suite ...
j'ai, hélas 12 pages prêtes à envoyer sur les GOM, GSRA, ESRA, ELO etc ... Mais beaucoup de travail pour toi. [...] (pris en compte )

(Rdlr) Bonne réception. Je te remercie :-)
Je prends en compte.
Je suis très reconnaissant à tous ceux qui prennent la peine de relever toutes ces imperfections qui enlaidissent le travail.
La merveilleuse "édition html" permet le lien d'un point à un autre dans un cheminement compliqué, mais ceci à condition de ne pas se tromper.
Sans parler de la maîtrise du clavier, des "copier-coller" hâtifs, des fautes de frappe et d'orthographe. Pour les 12 pages à envoyer, il ne faut pas dire hélas car je les accueillerai avec bonheur et enthousiasme.
A défaut et en attendant, elles seront placées dans les contributions (et donc en mémoire) avant d'être prises effectivement en compte (ce que je vais faire d'ailleurs pour les ELA ... Ainsi, l'internaute y trouvera quand même son compte) [...]































ESR de l'école de chasse de Meknès (BE 708) - Claude Piet (08/12/2011)

Pour faire suite à nos derniers mails, voici ce que je peux vous dire sur l'ESR de Meknès :
Intègrée à l'Ecole de Chasse de Meknès, l'Ecole de Spécialisation Réacteur reçoit ses premiers Magister le 24 février 1958, la dotation complète (environ 40 appareils) étant effective à la fin de cette même année.
Les élèves volent d'abord sur Fouga (25 heures), puis T-33 et enfin Ouragan. le Fouga leur permet de découvrir les techniques du tir air/air et air/sol.
En mars 1961, l'ESR quitte le Maroc pour Tours et est dissoute.
Plus de 17 000 heures de vol ont été effectuées. Les Fougas rejoingnent alors Orange pour former l'Ecole de Transition Réacteur 40/005 créée le 18 février 1961.
A ma connaissance, les appareils de l'ESR étaient entièrement alu et ne portaient pas d'insigne (à vérifier) et avaient des codes dans la série F-TFAx (x de A à Z) et F-TFBx (x de A à Z). Les deux dernières lettres (Ax ou Bx) de l'indicatif étant portée sous le cockpit. (à valider et à prendre en compte )




































10e EC - EC 2/10 Seine - Richard Feeser (09/12/2011)

La date affichée sur le site concernant la dissolution de la 10ème escadre de chasse et celle de l'EC 2/10 Seine était le 01/04/1985.
Suite à une demande de vérification de cette date, le dernier Chef des Opérations de l'escadre Richard Feeser apporte les précisions suivantes :

La 10 et le 2/10 ont été fermés le même jour à savoir le 31 mai 1985 (c'était René de Gaudemaris le commandant de l'escadron "Seine")... Je suis resté à Creil avec Michel Brugnon, dernier commandant d'escadre, en juin et juillet, pour "plier complètement l' affaire" et convoyer les derniers avions à Chateaudun. (pris en compte )







































Informations nouvelles en matière de traditions - Armée de l'air (13/12/2011)

Que vivent les traditions ...

Des traditions d'escadrons et d'escadrilles de combat en sommeil vont être confiées aux unités navigantes du CFAMI (Centre de formation aéronautique militaire initiale) de Salon de Provence et de l'EPAA (Ecole de pilotage de l'armée de l'air) de Cognac.
Le CFAMI et l'EPAA, mais aussi l'ETO de Cazaux recevront chacun un nom de parrain.

Au CFAMI de Salon de Provence :
Les deux Escadrons d'instruction en vol (EIV) qui comprennent deux escadrilles chacun, et l'Escadron de formation des navigateurs de combat (EFNC), sans escadrille constituée, reprendront les traditions suivantes :

- Le 2ème EIV reprendra les traditions de l'ex Escadron de chasse 3/5 Comtat-Vénaissin, avec ses deux escadrilles ERC 571 (Fanion Pirate) et SPA 171 (Dragon). Il prendra pour dénomination « EIV 3/5 Comtat-Vénaissin ». (pris en compte )

- Le 3ème EIV reprendra les traditions de l'ex Escadron de bombardement 2/93 Cévennes, avec ses deux escadrilles VB 109 (Diable Grenadier) et VB 125 (Pierrot). Il prendra pour dénomination « EIV 2/93 Cévennes ». (pris en compte )

- L'EFNC reprendra les traditions de l'ex Escadron de ravitaillement 1/93 Aunis. Il prendra pour dénomination « EFNC 1/93 Aunis ». (pris en compte )

A l'EPAA de Cognac :
les deux Escadrons d'instruction en vol (EIV), qui comprennent trois escadrilles chacun, et le Centre de formation des instructeurs pilotes (CFIP), qui dispose de deux escadrilles, reprendront les traditions suivantes :

Le 1er EIV reprendra les traditions de l'ex Escadron de chasse 1/13 Artois, avec ses deux escadrilles SPA 83 (Chimère) et SPA 100 (Hirondelle). La SPA 155 (Petit Poucet) constituera sa troisième escadrille. Il prendra pour dénomination « EIV 1/13 Artois ». (pris en compte )

- Le 2ème EIV reprendra les traditions de l'ex Escadron de chasse 2/12 Picardie, avec ses deux escadrilles SPA 173 (Oiseau de Paradis) et SPA 172 (Perroquet). L'EALA 9/72 (Petit Prince) constituera sa troisième escadrille. Il prendra pour dénomination « EIV 2/12 Picardie ». (pris en compte )

- Le CFIP Centre de formation des instructeurs pilotes prendra l'appellation d'Escadron de formation des instructeurs pilotes (EFIP). Il reprendra les traditions de l'ex Escadron de chasse 1 /11 Roussillon, avec ses deux escadrilles (1ère et 2e escadrille du GC III/6). Il prendra pour dénomination « EFIP 1/11 Roussillon ». (pris en compte )

Décisions précédentes (02/09/2011 - Chasse)
Décisions suivantes (12/06/2012 - Transport) (12/09/2012 - Transport)












19ème escadrille (BR 7) du 37ème RAO (rectification d'un nom) - "Chichoi84" (23/12/2011)

Dans la retranscription d'une légende de votre site, une erreur s'est glissée. Sur la légende de la photo du 37ème régiment d'aviation au Maroc. Il est écrit (sergent Bestollin) alors qu'il s'agit du sergent Bertollin (pris en compte )
Adolphe Baptiste Bertollin né le 24 janvier 1901 à Le Pontet (84)
Merci à vous pour vos recherches [...]








































A propos de décorations - Jean-Eric Zobrist (27/12/2011)

(Ndlr)Suite communiqué de presse de l'Armée de l'air

[...]Pour être juste et complet, on doit aussi visualiser dans ton site, les unités de l'Armée de l'air suivantes, décorées de la Croix de la Valeur Militaire avec palme de brouze, c'est à dire : unités citées à l'ordre de l'Armée Aérienne.

Afghanistan / OPS Pamir :
Escadron d'Hélicoptères 1/67 "Pyrénées"
Escadron de Drones 1/33 "Belfort"

Libye / Harmattan
Escadron de Chasse 3/3 "Ardennes"
Escadron de Chasse 1/91 "Gascogne"
Groupe de Ravitaillement en Vol 2/91 "Bretagne"
Escadron de Chasse 2/4 "Lafayette"
Escadron de Détection et de Contrôle Aéroporté (36° EDCA "Berry")
Escadron de Chasse 1/7 "Provence"

Pour être complet, je porte à ta connaissance le fait suivant : "Circulaire n° 13913/SDBC/DECO créant une fourragère à la couleur croix de la Valeur militaire du 28 novembre 2011". (fils de nuances rouge et blanc mélangées rappelant les couleurs de la CVM) Le texte en est long, mais à l'avenir, il faut s'attendre (hélas) à voir un jour une unité de l'Armée française, porter cette distinction : 2 citations à l'ordre de l'armée (palme de bronze) sur la CVM (croix Valeur Militaire) sur un même théatre d'opération.

Actuellement, je travaille sur les unités FAFL, Compagnon de la libération et citées à l'ordre de l'armée aérienne. J'ai fait aussi quelques recherches sur le GLA 49 et l'Escadrille AEF, avec écrits en début d'année 2012.[...]

(Rdlr)J'avais souligné cette actualité de Saint Dizier, non pas pour entrer dans le domaine lié aux décorations, trop compliqué à traiter dans le cadre de ce site, mais juste pour le plaisir d'afficher le beau fanion de l'EC 1/7 Provence qui va se métamorphoser très prochainement (le 1er avril) avec l'arrivée du Tigre de la SPA 162.









Insigne à identifier - Guy Rufray (07/01/2012)

[...]... à propos de la dernière photo de Jean-Paul Bonora :
Il s'agit de la deuxième version de l'insigne de la Spa 94. Le premier insigne était un crabe noir (j'ai envoyé une photo d'un avion portant cet insigne à Albin Denis qui le présente sur son site). Le deuxième représentait toujours ce crabe mais sur une "Marianne" ou peu être " Mars" (voir photo jointe). C'est celui de la photo de Jean-Paul sur un Spad VII et non pas XIII. Le troisième insigne est évidemment la fameuse "Mort qui fauche".


(Rdlr) Merci Guy. :-)
Oups ... C'est corrigé pour le SPAD VII
Oups ... Avant de faire appel au reste de l'humanité, peut-être faudrait-il d'abord consulter la documentation de référence ?

(© SHAA "Les escadrilles de l'aéronautique militaire française" - Symbolique et histoire - 1912-1920)
Escadrille 94 :
Symbolique
Le premier insigne de l'Escadrille 94, choisi en août 1917, représentait un crabe noir, parfois sur un disque blanc. En décembre 1917, ce même crabe est figuré sur le bouclier tenu par un buste de la République, constituant le nouvel insigne de l'unité.
Enfin, un mois plus tard, c'est l'insigne personnel du lieutenant Martenot de Cordoux, qui s'impose à toute l'escadrille, la célèbre "Mort qui fauche", puissante évocation du destin parfois tragique des pilotes de combat. (pris en compte )





Photo du Rafale C120 - Lionel Vion (08/01/2012)

[...] le Rafale C120 est immatriculé 113-IY et non TY [...] (pris en compte )












































CAP 10B et CAP 20 EVAA - Régis Biaux - (11/01/2012)

[...] merci de corriger la légende de la première photo (l'alignement des CAP 10B blancs à damiers). Le CAP 10B au premier plan est le n°02 et non 2 comme mentionné. Il y a eu 4 appareils de pré-série et 2 furent affectés à l'EVAA. D'ailleurs, si tu regardes la photo, il y a un petit 0 devant le grand 2 noir inscrit dans le cercle blanc. La correction est importante car l'EVAA a aussi pris en compte le CAP 10B n°2 qui lui portera le code "VT" alors que le "02" est le "VQ". (pris en compte )
Ma deuxième remarque et correction concerne le même genre d'anomalie mais cette fois pour le CAP 20 Lourd (l'Arlésien" avec Coco). Il s'agit aussi du CAP 20 n°02 et non 2 comme mentionné. Là aussi, pour les CAP 20, deux appareils de pré-série, dont le n°02 pour l'EVAA. Tu pourras constaté, le marquage N°02 sur la gouverne de direction. Idem comme pour le CAP 10B, l'Armée de l'Air et l'EVAA ont aussi eu en compte un CAP 20 (standard) n°2.
Malheureusement ce CAP 20 n°2 immatriculé aussi F-TFVV, (le premier à porter ce code qui sera repris plus tard par l'Arlésien CAP 20 n°02), fut détruit le 30.06.1974 à Aulnat au cours d'une répétition de voltige aérienne prévue pour une présentation l'après-midi du même jour. (désentoilage d'une aile en vol), pilote Adj Dousson tué. (pris en compte )





































ERS 1/91 Gascogne - Bernard Palmieri (10/01/2012)

[...] Le Mirage IV P n° 59/F-THCF dont vous présentez une photo en "livrée spéciale retrait" à Mont de Marsan, le 23 juin 2005, appartient à l'Escadron de reconnaissance stratégique (ERS) 1/91 "Gascogne", et non plus à l'EB du même nom.[...] (pris en compte )

(Rdlr) [...]Oups !!! Heureusement que vous êtes là pour relever les bévues ... et elle est grosse celle-là.
Effectivement, j'ai loupé un épisode du feuilleton des "Gascons" : 1er juillet 1996 - 23 juin 2005
J'aurais dû m'en apercevoir lorsque j'ai rajouté la vidéo relative au retrait du Mirage IV P.
Eh bien non ! Pourtant cette vidéo, je la regarde souvent, elle m'émeut chaque fois un peu plus (et c'est pas seulement pour la musique).
Je répare : vos contributions sont toujours très précieuses dans mon travail. Merci encore.











































Escadrille régionale de chasse 564 - Eric Bénard (24/01/2012)

Concernant l'escadrille 564, l'insigne de la SPA 266 lui a été officiellement attribué par décision ministérielle n° 1519/1/L/EMAA du 15 novembre 1937. Le 1er janvier 1939, l'ERC 564 devient 2ème escadrille du GC II/8 et prend comme insigne celui de la SPA 38 suite à l'IM n° 177/1/L/EMAA du 17 février 1939.

(Rdlr) Je vous remercie. C'est sympa d'éclairer ce point. Néanmoins Je me pose encore la question : est-ce que le GARALD 564 (qui devient ERC 564) a bien adopté l'insigne ... et les traditions de la SPA Bi 266 ou seulement l'insigne de la SPA Bi 266 et les traditions de la SPA 38. De toutes façons, si je comprends bien et pour être au plus proche de la réalité : sur la fiche GARALD 564 - ERC 564, il faudrait que je place un "rouget grondin" sans l'inscription 4/8 à la place du "chardon de Lorraine" ... le reste restant inchangé avec vos précisions affichées.

[...] L'escadrille 266 a été créée le 23 janvier 1918 et a été dissoute le 31 décembre de la même année ; elle a donc eu une existence très courte et on peut penser que le poids de ses traditions n'était pas forcément très important.
L'insigne de l'escadrille (dessin) est joint à ce mail : c'est le rouget-grondin sans numéro. Pour répondre à vos questions, la décision ministérielle n° 1519/1/L/EMAA du 15 novembre 1937 (dont je n'ai pas retrouvé le texte) stipule que l'insigne de la SPAbi 266 est attribué à l'ERC 564 ; il a existé d'aileurs un insigne de rouget-grondin avec le numéro 564 (voir PJ mais nous n'en avons pas d'exemplaire à notre niveau).
Enfin, le 1er janvier 1939, l'ERC 564 devient 2ème escadrille du GC II/8 et prend un nouvel insigne en exécution de l'instruction ministérielle n° 177/1/L/EMAA du 17 février 1939 (pas de trace ici) : celui de la SPA 38 (créée en janvier 1915 et dissoute le 10 août 1919), le "chardon de Lorraine". Je suppose que ceci a été fait parce que les deux escadrilles avaient la même devise (argument qui me semble quand même mince mais nous n'avons aucune autre précision et nous ne savons pas non plus à ce jour où était stationnée l'escadrille 564). (pris en compte )





EPS 1/81 - Source SHD Air via Alain Campo (27/01/2012)

[...]L'EPS 1/81 a été créée le ler mai 1945 à Bizerte Sidi-Ahmed, transformée le 1er juillet 1947 en EOM 81 et déplacée à Bamako, afin d' œuvrer aux côtés de l'EOM 82. L'EOM 81 est ensuite intégrée au GAMOM 80, avec l'EOM 82, du l' janvier 1960 au 30 juin 1961, toujours à Bamako ; à la dissolution du GAMOM 80 le l' juillet 1961, l'EOM 81 est reformée à la même date et repositionnée à Atar le mois suivant. On rencontre alors l'EOM 81 avec le nom de tradition officieux de Mauritanie. Finalement, elle donne naissance au GAMOM 81 positionné au Sénégal (Dakar-Yoff) le l' novembre 1963, jusqu'à sa dissolution le 1er mars 1965. [...] (pris en compte )









































SAL 22 - SAL 51 - SPAbi 54 - BR 260 (38e RAM) - Albin Denis (04/02/2012)

(Ndlr) Sur le site de référence d'Albin Denis : "Les escadrilles de l'aéronautique militaire de 1910 à 1918", concernant la SAL 22 et les autres escadrilles de Reconnaissance et d'Observation du 38e Régiment d'Aviation, le commentaire suivant mérite d'être relayé :

(© Albin Denis)
Lors de sa résurrection comme 12ème escadrille du 38ème RAM, le 1er juin 1924, le personnel navigant ne reprend pas le dessin de la louve romaine. Ce n'est pas un cas isolé, car on observe cette pratique au 35ème RAM de Lyon-Bron. Si les quatres escadrilles de chasse conservent leurs traditions et leurs insignes, il n'en est pas de même pour les unités de reconnaissance et d'observation. Il est donc nécessaire de replacer ces unités dans le bon ordre et surtout de donner les insignes qui changent pendant cette période. Carte postale collection de Roland Brach que je remercie pour son aide.

Le 38eme RAM de Thionville-Basse-Yutz est alors composé de 8 escadrilles :
* 1er groupe de reconnaissance doté de 2 escadrilles équipées de Bréguet XIV :
- 1ère escadrille héritière des traditions de la SAL 51 qui adopte la tête de Napoléon.
- 2ème escadrille héritière des traditions de la SPAbi 54 qui adopte la tête de gaulois.
* 2ème groupe de chasse doté de 4 escadrilles équipées de Nieuport-Delage NiD 29 :
- 5ème escadrille héritière des traditions de la SPA 95 qui conserve son martinet.
- 6ème escadrille héritière des traditions de la SPA 153 qui conserve son gypaethe.
- 7 ème escadrille héritière des traditions de la SPA 62 qui conserve son coq de combat.
- 8 ème escadrille héritière des traditions de la SPA 73 qui conserve sa cigogne.
* 3ème groupe de d'observation doté de 2 escadrilles équipées de Bréguet XIV :
- 11ème escadrille héritière des traditions de la BR 260 qui adopte un perroquet.
- 12 ème escadrille héritière des traditions de la SAL 22 qui adopte une cigogne dans son nid.
Cette période transitoire pour les insignes d'escadrilles ne durera pas, et toutes les unités reprendront tôt ou tard leurs emblèmes d'origine.

(© Albin Denis)

Outre la numérotation contradictoire des escadrilles, il faut noter que "la tête de Gaulois" de la SPAbi 54, "le Perroquet" de la BR 260, et "la Cigogne dans son nid" de la SAL 22 sont encore à découvrir.
Il faut noter enfin que la "Cigogne dans son nid" de la SAL 22 a un bec qui ne ressemble pas à celui d'une cigogne
Concernant la 35e RAM, il a déjà été relevé sur ce site la BR 207 (2ème escadrille du 35e RA) reprenant l'insigne de la SAL 267 ... sans oublier (mais il n'y a peut-être aucun rapport) la Blanche-Neige d'une autre époque pour le GB I/35 (SPAbi 20 et BR 218) en 1939.

Réponse de Guy Rufray concernant le sujet ci-dessus (05/02/2012) : [...] voici la tête de gaulois adoptée par la 2e escadrille du 38e RAM. Je n'ai rien sur le perroquet ni sur la cigogne sur son nid.

Breguet 14 A2 38e RAM 2e esc (SPA Bi 54) - Thionville - 02/10/1925

Contributions de Guy Rufray et d'Albin Denis concernant le sujet ci-dessus (05/02/2012) :
Les insignes métalliques de ces quatres escadrilles ont existé et étaient même répertoriés par le cdt Moreau-Bérillon (planche 199 CIC) :
SAL 22 : Flamant rose (pris en compte ) :


SPA Bi 54 Tête de Gaulois (vu sur ebay) (pris en compte ) :
(merci à Dan Stella)


Br 260 Perroquet (pris en compte ) :


11ème escadrille du 38ème RAM - Guy Rufray (12/11/2016) (voir ci-dessus)

Je crois que je viens de faire une trouvaille.
J'ai acheté, sur un site internet bien connu, une petite photo de Breguet 14 A2 avec l'insigne du "perroquet" de la 11e escadrille du 38e RAM de Thionville. Il n'y a aucune indication au dos mais le graphisme correspond exactement au dessin de la carte postale envoyé par Albin Denis reproduisant tous les insignes du 38e RA.
Reste à déterminer la couleur et à trouver l'insigne de la 12e esc.

Breguet 14 A2 (détail) - 11ème escadrille du 38e RAM - Thionville - date (?)


De nouvelles informations Le 18/03/2017



















2e escadrille du 3e GAA - Guy Rufray - (01/02/2012)

je viens de retrouver cette photo dans le courrier des lecteurs du n° 10 d'AFM (Aviation française magazine). N 562 comme l'indique Moreau-Bérillon (PL 117) ou esc 549 ? En tout cas 2e escadrille du 3e GAA.



(Rdlr) Effectivement, selon le Cdt Moreau-Bérillon, l'image de l'insigne correspond à la N 562 :


Pour l'escadrille 549 :

L'association de la SPA 84 et de l'escadrille 549 est inexpliquée.

Ce fanion apporte manifestement une contradiction.
Il faut ajouter que l'insigne du singe accroupi a été adopté par la suite, par le GAO 585 de Sétif



Insigne du Casque ailé - Guy Rufray - (03/02/2012)

J'ai trouvé dans le Fana de l'aviation n° 172 cette photo d'un Breguet 14 avec l'insigne du casque ailé. L'avion est celui du Ltt Bertrou alors affecté au 39e RA au Levant (1930). Il reste à trouver l'escadrille. (pris en compte )



(Ndlr) Merci Guy, cette photo vient en complément de celle déjà vue (insigne du casque ailé associé à une "tête de Maure") Effectivement, il reste à trouver l'escadrille.

De nouvelles informations le 04/07/2015













EEA 00.054 Dunkerque - Jean-Eric Zobrist - (08/02/2012)

[...] je pense que le "Dunkerque" a quitté la BA 128 de Metz pour venir "nicher" sur la BA 105 de Evreux à compter du 01 septembre 2011 [...]. (pris en compte )